Génétique : réalités et inquiétudes

(ATTENTION : les bandes-sons ne fonctionnent pas sur certaines version du navigateur Firefox)

Le 23 novembre 2011, l’Université de Lyon proposait dans le cadre des rencontres « Et si on en parlait », un café « sciences et images » sur le thème « Addictions, sexualité, obésité… Une affaire de gènes ? ». Animée par Frédéric Flamant, biologiste à l’Institut de Génomique Fonctionnelle de Lyon (IGFL – ENS Lyon) et Marion Le Bidan, doctorante en philosophie (Université Lyon 3), la rencontre a permis de mieux comprendre la part d’influence de nos gènes sur nos comportements et notre identité. Les intervenants ont également abordé les risques de déformation des connaissances scientifiques par les médias, les politiques…  au profit d’une vision « fataliste »  et un peu simpliste de l’humain.

 

 

En science, il n’existe pas « un gène de… »

Pour bien comprendre le fonctionnement de nos quelques 22 000 gènes, un préambule technique et historique s’imposait.

Le biologiste rappelle que le gène est un « fragment de molécule d’ADN », porté par le chromosome dans nos cellules. Il est composé d’une « séquence de nucléotides », soit de quatre sortes de molécules organiques : les fameuses lettres AGTC (pour adénine, guanine, thymine et cytosine). En modifiant cette séquence, on peut faire muter le gène et déterminer ainsi sa fonction exacte.

Il s’agit ensuite de comprendre les lois sur la transmission des caractères héréditaires : les lois de Mendel. Découvertes en 1865 par l’Autrichien Johann Gregor Mendel,  ces lois constituent la base de la génétique moderne.  Elles permettent notamment d’expliciter un élément fondamental : les allèles. « Les allèles sont les différentes versions des gènes », précise Frédéric Flamant.

Chaque gène est donc représenté par deux allèles, qui peuvent être  dominants ou récessifs. On  appelle « dominants » les allèles qui s’expriment et ont une influence sur l’ensemble des caractéristiques observables d’un individu : apparence physique, fonctionnement physiologique, comportement etc.  Soit le phénotype, en langage scientifique.

Ainsi, deux individus peuvent avoir le même gène, mais si leurs allèles ne s’expriment pas de la même façon – ils n’ont pas les mêmes allèles dominants – alors ces individus seront différents. En ce sens, « l’aspect des gens ne nous renseigne pas directement sur leur patrimoine génétique ».

Frédéric Flamant brosse le portrait des recherches en génétique. Il souligne l’impossibilité de reproduire des expériences visant à découvrir un « gène de l’alcoolisme » ou un « gène de la taille », du fait de la complexité de notre patrimoine génétique. Il passe enfin en revue l’évolution d’une génétique moléculaire à une génétique génomique – qui étudie l’ensemble des gènes – les premières expériences de séquençage du génome humain (1) et leur importante marge d’erreur malgré un coût exorbitant (3 milliards de dollars pour décrypter 3 milliards de nucléotides !). Pour le biologiste, il est temps d’entamer le débat avec le public.

 

La génétique ne permet pas de prédire nos actions ou modes de vie

Qui dit génétique dit déterminisme biologique. Mais qu’est-ce que le déterminisme ? « Un concept compliqué », selon Frédéric Flamant, qui suppose que les gènes indiquent une direction. Toutefois, la variabilité de l’espèce humaine et animale – soit le fait qu’ « il n’existe pas dans le monde vivant deux individus [ou animaux] rigoureusement identiques » – ne permet pas de prouver que la présence de tel gène induise tel comportement ou aspect  physique. Car, « la reproduction n’est pas parfaitement conforme. [Si elle l’était], tous les organismes appartenant à une même lignée, c’est-à-dire descendant d’un même parent, seraient identiques entre eux et identiques à leur ascendant commun » (2).

« Ce n’est toujours qu’a posteriori qu’on pourra éventuellement expliquer un comportement ou un état mental par notre génotype », renchérit Marion Le Bidan. Et non l’inverse. De même pour les traits physiques : une fois adulte, on se reconnaît dans nos photos d’enfant. Pourtant, personne n’aurait pu prévoir notre apparence d’adulte, insiste le biologiste. La génétique ne permettant pas de prédire nos actions ou modes de vie, on ne peut évoquer que des prédispositions ou facteurs de risques, soit « des concepts très flous ». Pour bien se faire comprendre, Frédéric Flamant compare génétique et météo :

De son côté, la philosophe souligne qu’avant de parler de déterminisme, on parlait d’hérédité. Une notion qui a conduit, à certaines périodes, à des politiques radicales qui choquent avec le recul de l’histoire. Par exemple, les États-Unis ont, dans certains États, mené des politiques de stérilisation forcée des « faibles d’esprit », au début du XXe siècle (3). A l’époque, on croyait en effet que ce qui était héréditaire venait « de l’intérieur » (sans encore utiliser le concept de gènes), et que l’on pourrait « améliorer biologiquement » la population. Ces théories eugénistes ont conduit à vouloir empêcher les arriérés mentaux de se reproduire. Or, l’expérience a démontré que l’arriération mentale n’était que très rarement héréditaire. De telles politiques eugénistes  ont toutefois été menées dans d’autres pays à la même époque et systématisées par l’Allemagne nazie à partir  de 1933. L’histoire du XXe siècle rend cruciale la compréhension des enjeux et  la diffusion des connaissances  scientifiques.

Pour mieux comprendre, Marion Le Bidan revient sur la différence entre déterminisme et fatalité :

 

« Distinguer les études sérieuses »

Après un détour par les applications et dérives  de la génétique – médecine préventive, diagnostics permettant aux assurances américaines de trier leurs clients selon leurs facteurs de risques, eugénisme … – Marion Le Bidan propose au public d’étudier des coupures de presse afin de comprendre comment les journalistes rendent compte des découvertes scientifiques.  Force est de constater que titres accrocheurs et révélations tentent souvent de pallier le manque de contenu scientifique. « Quand il s’agit de génétique, le langage des médias est soit très flou, soit catégorique et donc scientifiquement faux », analyse la philosophe. Pour sa part, Frédéric Flamant rappelle que dans tous les cas, on ne peut se fier aux résultats d’une seule étude.

Les études scientifiques peuvent  d’ailleurs être sujettes à caution. Car, comme le pointe le biologiste, leurs résultats et leur publication dépendent parfois de leurs sources de financement ou des éventuels conflits d’intérêts des signataires. La trentaine de participants déplore cette opacité et s’inquiète de cette tendance à vouloir trouver une explication biologique à chacun de nos comportements : obésité, alcoolisme, pédophilie, civisme, homosexualité…  Quid des facteurs sociaux ou environnementaux ?

« En rendant biologiques les causes des comportements déviants, les pouvoirs publics auraient une bonne raison de ne plus s’impliquer dans le financement de programmes d’aide. II faut distinguer les études sérieuses et ne pas confondre corrélation et causalité  (4)», insiste Marion Le Bidan. Porteuse d’espoir, la génétique soulève bien des questions d’éthique. A la société et aux instances représentatives de fixer des cadres aux chercheurs. Citoyens également, ces  derniers se doivent d’expliquer leurs travaux et d’entreprendre un travail de médiation auprès du grand public. Un défi réussi par Marion Le Bidan et Frédéric Flamant ce soir-là.

Coraline BERTRAND

 

(1)        Le génome est l’ensemble du matériel génétique, c’est-à-dire des molécules d’ADN, d’une cellule. Plus d’infos.

(2)        Marion Le Bidan a raconté l’histoire de Carrie Buck, première « faible d’esprit » stérilisée de force dans l’Etat de Virginie. Sa plainte a conduit à un arrêt de la Cour Suprême : Buck vs Bell. Plus d’infos (en anglais).

(3)        « (…) deux événements peuvent être corrélés (reliés) sans pour autant avoir des rapports de cause à effet. Par exemple, on ne meurt pas plus parce qu’on est dans un lit d’hôpital, mais on y est parce qu’on est malade, et quand on est malade la probabilité de mourir est plus grande. Il en va ainsi des corrélations délinquance et origine ethnique : même à supposer qu’elles soient vraies, elles ne démontrent pas le rapport de cause à effet ; il peut se faire que la pauvreté, voire la détresse, soient liées à des discriminations ethniques, c’est alors cette misère qui est une cause possible de délinquance. »  Hubert Krivine, maître de conférences honoraire à l’université Pierre-et-Marie-Curie. Plus d’infos.

Violence des enfants et délinquance : à la recherche de preuves scientifiques ?

(ATTENTION : les bandes-sons ne fonctionnent pas sur certaines version du navigateur Firefox) 

« L’Enfance sous contrôle » ?

Diffusé en préambule de la rencontre, le documentaire de Marie-Pierre Jaury,  L’Enfance sous contrôle (1) enquête sur le diagnostic, les traitements médicaux et les discours associés à ce qu’une partie du milieu psychiatrique appelle « les troubles du comportement chez l’enfant » ou  « trouble des conduites ». Le film donne la parole à des politiques, praticiens et chercheurs – français et étrangers – ainsi qu’à des parents. Les enfants suivis et interviewés ont des comportements jugés « hors-normes » en matière de violence : forte agitation, réactions agressives, désobéissance fréquente… Or, selon certains praticiens, ces comportements seraient susceptibles d’être « diagnostiqués » et « soignés ». Si l’intention du soin peut paraître louable, il n’en reste pas moins que la pertinence scientifique de la définition même de ce trouble et sa médicalisation accrue pose question et dérange une partie importante de la population.

En France, le débat a pris de l’ampleur en 2006 avec la volonté du gouvernement de dépister des troubles de conduite dès la maternelle, complément d’une politique renforcée de prévention et de lutte contre la délinquance. Inquiétés par des discours  jugés trop sécuritaires et critiquant l’extrapolation simplificatrice des connaissances scientifiques complexes et leur utilisation, des chercheurs et professionnels de l’enfance avaient alors créé le collectif Pas de 0 de conduite pour nos enfants (http://www.pasde0deconduite.org/)   afin de plaider pour une « approche préventive et compréhensive » des comportements dits déviants, en prenant en compte le contexte social dans lequel évolue l’enfant.

Troublés par le film, les participants à la rencontre réagissent vivement. Ils s’inquiètent à leur tour des dérives éventuelles de ce dépistage et soulignent d’emblée la part occultée du contexte familial et social, de l’éducation, de la relation parents-enfants dans le développement de comportements agressifs ou violents chez les petits. Certains estiment qu’il doit être rassurant pour les parents de trouver des causes biologiques, génétiques ou neurologiques aux comportements dits déviants de leur progéniture.

 

Une expertise controversée

Afin de clarifier le sujet du débat, Roman Pétrouchine revient sur les tentatives de définition des termes employés : « troubles de conduite », « délinquance », « comportements déviants »…  Complexes, ces notions sont difficiles à cerner. On utilise donc des critères pour les définir. Or, choisir des critères, c’est déjà prendre parti. Une question se pose alors : « est-ce légitime de penser une définition en termes de critères ? » Le psychiatre n’a qu’une certitude : « on parle de délinquance dès qu’il y a confrontation avec la justice ».

Pour rédiger sa thèse de médecine – Le psychiatre et l’enfant délinquant – (http://www.pasde0deconduite.org/IMG/pdf/these_Roman_Petrouchine.pdf)  il a travaillé sur l’expertise controversée de l’Inserm, Troubles de conduite chez l’enfant et l’adolescent (2005). Ce document avait servi de support au gouvernement pour élaborer un projet de loi sur la prévention de la délinquance dont un article préconisait le dépistage des enfants turbulents dès 36 mois. Roman Pétrouchine analyse les deux postures d’expertise qui se font alors face : d’une part une expertise basée sur une approche interprétative et compréhensive – où intervient notamment la subjectivité du psychiatre ou psychologue – et d’autre part, une approche plus mécaniste, qui a recours à des critères très précis de diagnostic. En ce sens, pour évaluer si le patient présente les symptômes de telle ou telle pathologie, le praticien se fiera plutôt à un manuel comme le DSM-IV (2) qu’à sa propre interprétation.

 

« Ne pas réduire la maladie mentale à des causes somatiques »

Face à cette approche mécaniste de l’individu, plusieurs participants expriment leurs craintes. Ils dénoncent le recours aux médicaments – sinon systématique, du moins de plus en plus fréquent – pour traiter les troubles de comportement. « II y aurait plus de 2 millions d’enfants sous Ritaline au Québec. La France est l’un des pays qui consomme le plus de Prozac. Quid des effets secondaires, de l’accoutumance ? » Il faudrait d’abord tenter de comprendre les causes du mal-être de l’enfant, de ses troubles avant de lui prescrire tout traitement thérapeutique. En effet, « on ne devrait pas réduire la maladie mentale à des causes somatiques », rappelle une participante.

Le débat prend fin sur des questions d’éducation. Que penser du dogme de l’enfant-roi ? Aurait-il servi de terreau aux comportements déviants d’enfants peu encadrés ? Roman Pétrouchine juge la question difficile :

L’assistance et le psychiatre semblent tomber d’accord : la cellule familiale, les choix éducatifs, l’équilibre entre amour et autorité apparaissent comme déterminants dans le développement de l’enfant. Et à trois ou cinq ans, rien n’est joué.

Coraline BERTRAND

 

(1)        L’Enfance sous contrôle de Marie-Pierre Jaury, coproduit par Arte France, Point du Jour, Intuitive Pictures, Société Radio-Canada et CNRS Images (France, 2009, 52 mn). « Dans nos sociétés postmodernes, les troubles du comportement de l’enfant et de l’adolescent sont devenus une préoccupation centrale. Certaines études scientifiques, relayées par le discours politique, affirment que l’on peut y voir les prémices d’un parcours délinquant. En Europe, aux États-Unis, au Canada, la recherche s’emploie à trouver des origines psychiatriques, neurologiques ou génétiques à la violence de certains jeunes, et préconise un dépistage toujours plus précoce.

La délinquance est-elle une maladie ? La science et la médecine peuvent-elles répondre à des questions qui hier encore, relevaient de l’éducatif et du social ? Au fil de témoignages (psychologues, pédopsychiatres, psychopathologues et chercheurs en neurosciences), d’analyses et de situations, le film déconstruit et examine le regard que la science actuelle porte sur les enfants et le modèle de société qui en découle. » http://videotheque.cnrs.fr/index.php?urlaction=doc&id_doc=2222

(2)        Le DSM-IV – cité dans l’extrait sonore – est le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, édité par l’Association américaine de psychiatrie. Il recense les pathologies mentales et les symptômes qui y sont associés. Au fil du temps, la liste des symptômes tend à s’allonger. http://www.dsmiv.net/ (en anglais)

 

Homme / Femme : comprendre et dépasser les clichés

(ATTENTION : les bandes-sons ne fonctionnent pas sur certaines version du navigateur Firefox)

Dans le cadre des rencontres « Et si on en parlait » sur  le thème « Cerveau, sexe, gènes… Sommes-nous vraiment programmés ? », l’Université de Lyon organisait le 19 novembre 2011, un café « sciences et images » pour débattre des stéréotypes Homme / Femme. L’occasion de s’interroger sur leurs origines en essayant de faire la part entre explications biologiques et sociologiques. Est-ce pertinent de parler de « cerveau rose » et « cerveau bleu » ? Nos comportements sont-ils davantage déterminés par notre constitution biologique ou notre environnement social ? Christine Détrez, sociologue à l’ENS de Lyon et spécialiste des questions de genre rythmait l’après-midi.

Premier constat : une majorité de femmes s’est déplacée ! Sur la trentaine de participants, plutôt jeunes – entre 20 et 35 ans – on ne compte que cinq hommes. D’emblée, Christine Détrez précise qu’il ne faut pas se leurrer : acquis du féminisme ou pas, les stéréotypes ont la vie dure ! Pourtant,  contrairement aux idées reçues, les femmes n’en sont pas les seules victimes…

Selon la sociologue, pour comprendre leur persistance, il faut commencer par revenir sur une notion méconnue et souvent mal interprétée : le genre. Soit la distinction faite en sciences sociales entre sexe biologique et sexe « social ». Plusieurs questions en découlent : que signifie et qu’implique cette distinction ?  Le genre est-il une théorie ou une idéologie ?

Sexe biologique, sexe social

Apparues dans les années 1970 aux États-Unis et portées par le courant féministe, les gender studies– ou « études de genre » – ont avancé l’idée de la construction sociale de la différence des sexes. Ainsi, on pourrait différencier le genre (masculin / féminin) du sexe biologique de l’individu : homme ou femme. Nos comportements masculins et féminins seraient donc déterminés par notre éducation,  notre environnement socio-culturel, et non pas dictés par notre constitution naturelle.

Afin de situer le débat dans l’actualité française, Christine Détrez évoque le scandale déclenché dans certains milieux par la tentative d’introduction du genre dans les manuels scolaires de SVT, en 2011. Il s’agissait notamment de proposer aux lycéens de « différencier, à partir de la confrontation de données biologiques et de représentations sociales, ce qui relève : de l’identité sexuelle, des rôles en tant qu’individus sexués et de leurs stéréotypes dans la société qui relèvent de l’espace social ; de l’orientation sexuelle qui relève de l’intimité des personnes » (1)

Pour rappel, des associations religieuses ainsi que des représentants de certains partis politiques s’étaient insurgés contre le fait que « l’école devienne un lieu de propagande, où l’adolescent serait l’otage de préoccupations de groupes minoritaires en mal d’imposer une vision de la  »normalité » que le peuple français ne partage pas ». 

Critiques auxquelles avaient notamment répondu un groupe de chercheurs en sciences sociales, dans une lettre ouverte au ministre de l’Education. Ils y dénonçaient « une conception bien partiale de la science : d’un côté, les sciences bio-génétiques, les seules scientifiquement légitimes, d’un autre, la  »théorie du genre » qui relèverait d’un  »discours extra-scientifique » ». Ils y affirmaient encore qu’ « aucun scientifique sérieux ne songerait aujourd’hui à faire reposer le caractère féminin ou masculin sur les seules données biologiques ».

Explications scientifiques versus sexisme

D’après la sociologie, la philosophie ou la psychologie, les rôles de chacun – homme et femme – sont construits en grande partie par l’éducation, la publicité, les manuels scolaires, la télévision… Pourtant, une tendance actuelle cherche à expliciter nos différences de comportement uniquement par le biais de la biologie : « on aurait découvert le gène de l’infidélité chez l’homme ! », se moque la sociologue, pointant la fréquente simplification et déformation des connaissances scientifiques en matière de biologie. Or, cette vision fataliste du « tout biologique » pourrait justifier une absence de remise en cause des rôles attribués et des comportements sociaux entre hommes et femmes.

Pour déconstruire ces explications « biologisant » nos comportements sexués, Christine Détrez cite la neurobiologiste Catherine Vidal (2). Cette dernière insiste sur la plasticité du cerveau : « rien n’est jamais figé dans le cerveau. Sans arrêt, il est en construction, des connexions se font et se défont entre les neurones, en fonction de l’apprentissage ». Ainsi, les différences de résultats entre filles et garçons aux tests psychologiques ou évaluations mathématiques seraient davantage dues à leur éducation et leur confiance en soi qu’à la forme de leur cerveau. En effet, « les différences de cerveau entre individus d’un même sexe sont plus importantes qu’entre les individus de sexe opposé.  Il y aura donc plus de ressemblance entre les cerveaux d’un homme et d’une femme pianistes, qu’entre le cerveau de deux hommes, si l’un est pianiste et l’autre footballeur ».

Christine Détrez analyse alors un best-seller traitant de la « chimie de l’amour ». Le livre cherche à expliquer nos comportements amoureux par nos hormones. Notamment par la présence d’ocytocine, une hormone qui procure une sensation de bien-être et joue un rôle dans le développement du comportement maternel (elle provoque les contractions de l’utérus au moment de l’accouchement et déclenche l’éjection du lait lors de la tétée). Cette hormone aurait une fonction limitée dans le temps et liée à l’autonomie d’un enfant. Au bout de trois ans – soit à l’âge où l’enfant commence à devenir autonome – notre cerveau serait désensibilisé et reprendrait une activité normale. D’où le raccourci connu : « l’amour dure trois ans ». Le livre conseille alors aux femmes – et non pas aux hommes – de travailler à sauver leur couple. On passe d’explications scientifiques à un discours sexué sur l’amour et le couple, pointe la sociologue.

De fait, il faudrait relativiser les explications biologiques de nos comportements d’hommes et de femmes qui peuvent parfois confondre lien de causalité et corrélation : « certes quand je suis amoureuse, je produis telle hormone mais ce n’est pas parce que je la produis que je suis amoureuse », insiste Christine Détrez.

Des images qui nous façonnent

Pour mieux comprendre les stéréotypes et la façon dont ils se transmettent, Christine Détrez propose d’étudier les représentations des hommes et des femmes dans les publicités, les manuels scolaires ou les livres pour enfants. Les débats sont vifs, l’ambiance bon enfant. « La femme est sortie du foyer mais aujourd’hui, elle doit tout assumer : travail, vie de famille, couple, tâches ménagères », déplorent certaines participantes. Comme dans cette publicité avec « SuperCéline » qui a le temps de se faire belle, de travailler, de s’occuper de ses enfants…

La sociologue poursuit son analyse. Dans les manuels de biologie pour enfants (3), « les corps d’hommes sont généralement associés aux muscles et aux mouvements volontaires quand les corps de femmes illustrent plutôt les fonctionnements hormonaux et les mouvements involontaires, comme les réflexes ». Du côté des catalogues de jouets, on retrouve très souvent une petite fille qui joue à la dînette et un petit garçon à la guerre. Et les livres d’histoire continuent à valoriser les « grands Hommes », tout comme à entretenir le mythe de l’homme préhistorique chasseur et de sa femme cueilleuse. 

Un troisième sexe

L’évocation des questions de genre chez les Inuits permet de prendre du recul pour comprendre l’influence de la culture, de la société sur nos représentations des sexes.  Jean-François Delamarre, l’ethnologue invité, membre de l’association Inuksuk pour la valorisation de la culture inuit, pointe une caractéristique étonnante de ce peuple : la possibilité de distinguer sexe biologique et sexe symbolique.

« Il existe des sociétés avec un espace social pour un troisième sexe. L’anthropologie permet de sortir du binarisme homme / femme », insiste-t-il. On en vient au cas des intersexués, ces personnes nées avec des caractéristiques sexuelles ne permettant pas de les classer comme fille ou garçon. Une identité plurielle souvent source de souffrances car mal acceptée par la société et en premier lieu par les parents.  « Les intersexués se battent contre l’assignation à la naissance. Pourtant, ce sont souvent les parents qui réclament l’opération de leur bébé. Ils ont besoin d’avoir un garçon ou une fille et pas une sorte de monstre », résume Christine Détrez.

Pour conclure, l’assistance se demande comment dépasser les stéréotypes. On évoque l’éducation, les choix des parents… Christine Détrez souligne l’émergence d’une littérature antisexiste pour enfants (4), très pédagogique, parfois un peu redondante. Ce jour-là, hommes et femmes tomberont d’accord : s’il ne faut pas faire dire tout et n’importe quoi à la science, il ne faut pas pour autant minimiser l’influence de notre environnement sur nos représentations et nos comportements.

Coraline BERTRAND

Pour aller plus loin :

(1)        Bulletin officiel spécial n° 9 du 30 septembre 2010.

(2)        A visionner : une interview de Catherine Vidal sur le thème « Le cerveau a-t-il un sexe ? ».

(3)        Christine Détrez « Il était une fois le corps… », Sociétés contemporaines 3/2005 (n° 59-60), p. 161-177. DOI : 10.3917/soco.059.0161. Plus d’infos.

(4)        Entre autres, aux Éditions Talents Hauts.

Réflexions sur les « gender studies » à lire sur le webmagazine « la Vie des idées » : entretien avec Laure Bereni (Sociologue, chargée de recherches au Centre Maurice Halbwachs, CNRS, Paris).

Programme en SVT au lycée, sur le déterminisme sexuel.

 

Retours sur le débat « Une autre chimie est-elle possible ? »

En quelques décennies, la chimie a profondément bouleversé notre quotidien : matériaux synthétiques, téléphone, cinéma, tissus synthétiques, médicaments, cosmétiques, pilule contraceptive, papier, journaux, colles, peinture… sont autant d’objets familiers qu’elle a rendu possibles. Mais, si elle suscite de la fascination, la chimie génère également des inquiétudes quant à ses effets possibles sur la santé et l’environnement. Elle se trouve aujourd’hui confrontée à deux défis majeurs : maîtriser les risques et s’adapter aux contraintes écologiques.

Des efforts ont déjà été engagés, pour faire face à ces nouveaux défis : transition vers une chimie verte, nouvelle réglementation REACh, sécurisation des installations…

Dans le cadre de l’année internationale de la chimie (2011), le service science-société a souhaité présenter et discuter ces évolutions : une soirée-débat a été organisée le 12 octobre 2011 pour repérer les avancées, identifier les points de blocage et esquisser des pistes pour l’avenir : pourquoi parler d’une « autre chimie » ? Quelle pourrait être la chimie de demain : une chimie plus sure, plus propre, plus ajustée à nos besoins ? Est-ce que l’avènement de cette « autre chimie » est possible, sans l’adhésion de la société à un projet collectif ?

Lire la synthèse du débat.

Regarder les vidéos des ateliers qui ont lancé les échanges.

Consulter le document-support du débat.

 Trois intervenants étaient présents pour dialoguer avec le public :

  • Marc Lemaire,  Professeur de chimie, averti sur les questions autour de la chimie verte (Institut de Chimie et Biochimie Moléculaires et Supramoléculaires – UMR5246 – Université Claude Bernard Lyon 1)
  • Laurence Lestel, Chargée de recherche en histoire sur les problématiques environnementales contemporaines, liées notamment au secteur de la chimie et de l’industrialisation (UMR Sisyphe 7619, UPMC Paris 6)
  • Emmanuel Lemazurier, Docteur en biochimie et biologie moléculaire avec une spécialité en endocrinologie, chef de projets (Institut National de l’Environnement Industriel et des Risques)

Les thématiques suivantes ont été abordées au cours de la soirée :

  • La chimie entre réalités scientifiques, applications industrielles et perceptions sociétales : comment éclairer les relations complexes entre chimie et société ?
  • La chimie du 21ème siècle : peut-on parler, pour aujourd’hui ou pour demain, d’une « autre chimie » ?
  • Rôles et responsabilités des différents acteurs dans les choix de recherche et de développement de la chimie : quel dialogue pour une chimie au service d’un projet collectif ?

Café « Sciences et Images » sur la thématique « Enfance et violence »

Enfance et violence : peut-on prédire et prévenir les comportements ?

Samedi 26 novembre de 14h à 17h, avec Roman Pétrouchine, psychiatre (Docteur de la faculté de médecine de Lyon ; praticien pour enfants et adolescents à Aulnay-sous-Bois)

Le 12 octobre 2011, le Ministère de l’éducation nationale a présenté un projet de lutte précoce contre l’échec scolaire. Un dispositif d’aide à l’évaluation des acquis en fin de maternelle a été proposé, pour repérer les enfants de cinq ans susceptibles de rencontrer des difficultés. Le protocole, qui inclut une évaluation du comportement à l’école, conduit à classer les enfants en trois catégories : « rien à signaler », « à risque » ou « à haut risque ».

Cette approche a fait l’objet de critiques : elle rappelle le projet de dépistage des troubles du comportement dès trois ans, qui avait été proposé en novembre 2010. Ou encore l’expertise de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) sur le « trouble des conduites chez l’enfant et l’adolescent » : dans son rapport de 2005, l’INSERM pointait un lien entre le trouble du comportement et la délinquance, considérés comme l’expression d’une même pathologie.

En arrière-plan de ces discours, on retrouve la même idée : celle d’un parcours-type du jeune délinquant (ou du jeune en situation d’échec scolaire) depuis la petite enfance. Si « tout est joué à trois ans » ou à cinq, alors il s’agit de repérer les enfants potentiellement à risque pour leur apporter un suivi adapté et prévenir les éventuels problèmes. Sur la base de ce raisonnement, les explications politiques et sociales des problèmes ne risquent-elles pas d’être délaissées, au profit d’explications exclusivement médicales, appelant des réponses médicalisées ?

Le documentaire « Enfance sous contrôle » a été projeté au cours de cet atelier. Les échanges avec le psychiatre Roman Pétrouchine ont ensuite permis de faire le point sur les différents courants de la psychiatrie, questionner le regard que notre société porte sur ses enfants et réfléchir aux enjeux d’une « détection » des comportements « hors normes ».

Pour lire un article plus complet sur ce café, cliquer ici.

Café « Sciences et Images » sur la génétique

« Addictions, sexualité, obésité… Une affaire de gènes ? »

Mercredi 23 novembre de 19h à 21h, avec Frédéric Flamant, généticien (IGFL) et Marion Le Bidan, doctorante en philosophie (Université Jean-Moulin Lyon 3)

Au 19ème siècle, des scientifiques se sont intéressés aux bosses et protubérances du crâne, censées refléter les dispositions intellectuelles et morales des individus. On pensait alors qu’il existait une « bosse des maths », une « bosse du commerce », voire une bosse du vagabondage et de la criminalité !

Au début du 20ème siècle, les lois de Mendel sur la transmission des gènes chez les végétaux sont reprises et transposées aux comportements humains. Des études sont alors publiées sur les déficiences intellectuelles, l’alcoolisme, la criminalité, la prostitution… considérés comme autant de « maladies héréditaires » trouvant leur fondement dans des caractères biologiques (les gènes), transmissibles de génération en génération. Aux Etats-Unis et en Europe, ces recherches ont justifié de nombreuses stérilisations forcées, présentées comme une façon de lutter contre ces « maladies ».

Aujourd’hui, nos connaissances et techniques scientifiques ont largement évolué et gagné en complexité. Des efforts considérables sont menés pour mieux comprendre notre fonctionnement biologique et par exemple soigner certaines maladies génétiques : trisomie 21, mucoviscidose… 

Cet atelier a permis de présenter l’évolution de la génétique, pour faire le point sur nos connaissances scientifiques et sur les discours qui les accompagnent : les addictions, l’orientation sexuelle, l’obésité, la violence… sont-elles causées par nos gènes, indépendamment de tout facteur social, culturel ou comportemental ? Pourquoi les conceptions privilégiant les facteurs biologiques sont-elles souvent privilégiées, au risque de proposer une vision schématique de l’humain ? Sommes-nous à l’abri de dérives sociales, qui utiliseraient de nouveau la science comme caution ?

Pour lire un article plus complet sur ce sujet et ce café, cliquer ici.

Pour retrouver les autres cafés “Sciences et Images” consacrés au déterminisme, cliquer ici.