L’illettrisme

L’illettrisme désigne le problème de ces individus (adolescents, adultes et personnes âgées), qui malgré une scolarisation de durée significative, rencontrent « d’importantes difficultés, voire des impossibilités, dans l’usage du lire, de l’écrire et du compter notamment. » (Fijalkow, 1995).

Souvent invisible, l’illettrisme est pourtant une lourde réalité : en France, 2,5 millions de personnes (7% des 18-25 ans, enquête 2012, Information et vie quotidienne) se trouvent en situation d’illettrisme. Avec la mise en place du plan national « Agir contre l’illettrisme », le gouvernement a voulu fédérer et optimiser les moyens de l’état et de la société civile en matière de lutte contre l’illettrisme. Il s’agit de permettre aux personnes en situation d’illettrisme de réapprendre et de renouer avec la culture de l’écrit.

Ces ressources et la bibliographie vous permettront de préparer la soirée-rencontre du 23 novembre à la librairie Decitre-Confluence. Il s’agit également de comprendre l’illettrisme, le tabou qu’il génère, les inégalités qu’il provoque et les moyens de s’en sortir.

Découvrez le roman de Cécile Ladjali : Illettré

La romancière dit à propos du langage et de l’illettrisme : Que ce soit aux étudiants de la Sorbonne Nouvelle, aux lycéens de Seine-Saint-Denis, ou aux enfants malentendants du Cours Morvan, je dis toujours à mes classes que le bonheur, l’estime de soi, l’empathie sont des principes que seul le langage permet. J’ajoute que les livres étudiés sont l’examen de la vie. (…) Car la langue est notre chair. En tant que professeur de lettres, j’ai constaté l’incroyable épanouissement des consciences capables de formuler et ainsi de se dire tout en disant le monde. À l’inverse, j’ai senti la détresse de celui qui ne parvenait pas à le faire. Illettré m’a permis de traduire romanesquement ce que j’avais toujours cherché à signifier (…) à savoir qu’il n’y a pas de salut possible en dehors du langage maîtrisé. Acculé par son illettrisme, honteux, mon héros (Léo – protagoniste du roman) s’enferme dans une thébaïde de solitude, tandis que ceux qui lui ont à un moment concédé un regard, l’abandonnent tour à tour. Léo est le fruit gâté d’une époque qui, en dépit de ses beaux discours et de son humanisme de pacotille, ne prévoit pas grand-chose pour les êtres comme lui. Le réalisme âpre de la fiction, le regard perdu du personnage, entendent montrer cette déréliction que j’ai souvent croisée dans mes classes et eu tant de mal à contrer par un retour heureux au texte. L’illettrisme est un mal invisible mais prégnant dans nos sociétés. Le parcours en pointillés de Léo, sa brève incursion dans l’existence cherchent à dire la tragédie des laissés- pour-compte, parce que pauvres en mots, en amour, en avenir.”

Bibliographie scientifique
Autres ressources