Ma Ville, le climat et moi : consultation citoyenne

P1010182

De novembre 2014 à juillet 2015, l’Université de Lyon a mis en place une démarche exploratoire de recherche participative sur le climat à l’échelle de son territoire. Associée à une étude de préfiguration d’un observatoire local du climat (EPOC), cette démarche a été menée par le LabEx Intelligences des mondes urbains. Elle a ainsi permis d’additionner à des données techniques des données issues de l’expertise d’usage, du ressenti et du vécu des habitants, ainsi que des questionnements et propositions de recherches et d’actions.  

La démarche de consultation

Cette recherche s’est déroulée en trois étapes :

  1. Des micro-trottoirs ciblant les motivations et les freins des habitants à participer à une recherche sur le climat. (travaux réalisés par des étudiants en Master Géographie à l’Université Jean Moulin Lyon 3, sous la direction de Pauline Texier) ;
  2. Des focus-groupes permettant de cerner leurs représentations/perceptions des changements climatiques à une échelle globale et locale ainsi que des capacités d’actions/réactions des habitants en cas de fortes chaleurs ;
  3. Des étals de marchés visant à élargir le champ des personnes impliquées.

Les deux synthèse cartographiée, fruits de ces rencontres, sont disponibles ici :

gt1 gt2
Groupe de travail n°1 Groupe de travail n°2

Voici en images une présentation des étapes de la consultation :

 

Résultats de la consultation citoyenne

La collecte de données s’est effectuée de décembre 2014 à juillet 2015. Afin d’analyser ces paroles citoyennes, les outils et méthodes de la psychologie sociale ont été mis en œuvre. Ci-dessous deux rapports permettent de comprendre les résultats : un rapport de synthèse grand public et un rapport scientifique d’analyse psycho-sociale.

Téléchargements :

Valorisation et poursuite de la consultation

Du point de vue de la recherche, cette consultation permet aujourd’hui de nourrir un groupe de travail interdisciplinaire en sciences humaines et sociales, pour contribuer à un futur observatoire local du climat. Quelques paroles de chercheurs en vidéo :


En amont de la 21e conférence des nations unies sur les changements climatiques, cette consultation a reçu le soutien d’acteurs publics :

–    Le Label COP21 du Ministère de l’ecologie, du développement durable et de l’énergie.
+ d’info

–    Le soutien de la Direction Régionale Rhône-Alpes de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL), pour l’apport de cette consultation dans le domaine de l’éducation à l’environnement et au développement durable.
+ d’info
–    Le soutien de la Conférence des Présidents d’Université, pour l’apport de cette expérimentation pour le développement durable des campus et l’ouverture de la recherche à la société civile.
+ d’info sur le site de la CPU
+ d’info sur le site du Ministère de l’enseignement supérieur et la recherche
Plusieurs publications sont en cours de travail par un groupe de recherche interdisciplinaire relié au LabEx Intelligences des Mondes Urbains. Ces publications seront mises en lignes au fur et à mesure sur cette page.


Avec le soutien de :

logo-grand-lyon-la-metropole imu-s cop21-label

« Changements de climat : changements de société ? » : Synthèse des débats

 

Dans le cadre des rencontres Et si on en parlait, une soirée-débat a été organisée le 15 novembre 2012 pour faire le point sur les changements climatiques et leurs conséquences pour nos sociétés. Quels sont les différents scenarios envisagés et comment risquent-ils d’affecter nos modes de vie ? Quelles évolutions – techniques, sociales, économiques, culturelles, etc. – la situation exige-t-elle ? Comment lever les freins à l’engagement de changements et adapter nos sociétés à la nouvelle donne climatique ?

Autant de questions qui constituent des défis colossaux pour les chercheurs, les citoyens, les responsables politiques, les acteurs économiques, etc.

En présence d’Hervé Le Treut, climatologue, Institut Pierre Simon Laplace (Paris) ; Jean-Paul Bozonnet, sociologue de l’environnement, Sciences Po (Grenoble) et Patrick Lagadec, spécialiste de la gestion des crises « hors cadre », École polytechnique (Paris), les échanges ont permis de prendre l’ampleur des changements possibles, repérer certains obstacles et identifier quelques chantiers prioritaires à engager pour relever les défis auxquels nous sommes confrontés.

Lire la synthèse des échanges

Regarder la vidéo du débat

Risques chimiques : un fort besoin de dialogue (3)

Développer de nouveaux outils de dialogue

Retour en 3 billets sur le cycle de rencontres consacré à la chimie (2011). Les propos et avis rassemblés dans ces billets ont émané des différents temps d’ateliers et de débat.

Lire le 1er billet – Les risques au cœur des préoccupation des professionnels et des citoyens ?

Lire le 2ème billet – Le refus contemporain des risques en question

Article initialement publié dans la revue L’actualité chimique – octobre/novembre 2012 – n°367-368

 

Un défi de taille : décider de la part de risque socialement acceptable

Au-delà de la recherche, de l’information et de la communication sur les risques, les participants aux débats ont pointé les difficultés à effectuer des choix et à arbitrer entre bénéfices et risques : comment déterminer ce qui est acceptable du point de vue de la société et choisir la solution ayant le plus de bénéfices pour l’ensemble des acteurs ? Comment construire une position commune et collectivement partagée, par-delà les éventuels intérêts divergents ?

Les nombreuses incertitudes qui entourent les développements des produits chimiques ajoutent encore de la complexité : comment s’assurer que la solution apportée à un problème, ou que le produit de substitution proposé, ne génère pas de problèmes plus importants ? S’il est déjà difficile de choisir entre des technologies aux bénéfices et aux risques bien évalués, il apparaît encore plus complexe de choisir entre des technologies qui n’existent pas encore ou dont les résultats et impacts ne sont pas ou peu connus.

Une réflexion collective sur les risques, et la part de risque ou d’incertitude qui peut être acceptée socialement, mérite ainsi d’être engagée. Cette réflexion ne saurait être dissociée d’une réflexion sur les usages et les bénéfices attendus. Pour Lydie Nemausat (FRAPNA) [1], il ne suffit pas de s’assurer que les produits ont un cycle de vie qui respecte l’environnement, il faut aussi vérifier que les nouveaux produits sont vraiment nécessaires et utiles, d’un point de vue collectif. La chimie contribue largement à façonner le monde de demain. Le slogan du syndicat professionnel de la Chimie allemande, traduit par un participant, est d’ailleurs explicite : « Formons le futur ! ». Ce constat invite à interroger la place et le rôle des différents acteurs dans les choix de recherche et de développement, qui sont aussi des choix de société.

 

Développer des outils de dialogue pour rêver ensemble la chimie de demain

Les participants ont souligné l’intérêt d’une contribution des sciences humaines et sociales pour éclairer les choix. Lors d’une visite publique dans son laboratoire, le chimiste Jean-Pierre Cloarec, enseignant-chercheur à l’Institut des Nanotechnologies de Lyon [2], a ainsi fait état des travaux menés au sein du Laboratoire International Associé en Nanotechnologies et Nanosystèmes, un laboratoire franco-québécois qui comporte un volet d’étude « Innovations en nanotechnologies : Éthique, usages et sociétés ».

La société civile gagnerait également à être associée à ces réflexions, même si la participation des citoyens ne va pas de soi, car la chimie souffre aujourd’hui d’un manque d’intérêt. Laurence Lestel rappelle qu’au moment de sa création au Conservatoire National des Arts et Métiers, à Paris, au 19ème siècle, la chaire de chimie industrielle attirait plus de 600 personnes soucieuses de s’informer et de comprendre. En comparaison, les débats sur la chimie peinent aujourd’hui à trouver leur public.

Plusieurs pistes ont finalement été esquissées pour encourager la participation des citoyens aux choix en matière de chimie. Il a notamment été proposé que les citoyens soient consultés lors des évaluations et promotions des chercheurs, pour émettre un avis sur l’intérêt des recherches menées d’un point de vue social. Diverses instances d’expression collective pourraient également être créées, pour réfléchir aux orientations à donner à la chimie en général, dans un esprit de dialogue ouvert et de co-élaboration progressive de solutions.

 

Il reste fort à faire pour créer les conditions d’une confiance réciproque entre les professionnels de la chimie et les citoyens. Les recherches en toxicologie et en écotoxicologie méritent d’être fortement soutenues. Mais il ne suffit pas de connaître les risques, il faut aussi les appréhender et les apprivoiser collectivement. Une profonde évolution des pratiques s’avère nécessaire, pour favoriser la participation des citoyens et l’émergence d’une culture commune des risques. La période de crise actuelle pourrait constituer un terreau favorable au renouveau des espaces de concertation, en s’inspirant des pistes ébauchées lors de nos rencontres et compilées dans cet article.

 

Nathalie FABRE

 

[1] Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature

[2] Jean-Pierre Cloraec est chimiste au Laboratoire de Chimie du Département Sciences et Technologies des Matériaux et des Surfaces (STMS) à l’Institut de Nanotechnologies de Lyon (INL), Ecole Centrale.

 

Evolutions du climat : comment encourager les changements de comportement ?

 

Dans le cadre du cycle Et si on en parlait  « Changements de climat : changements de société ? », l’Université de Lyon organisait le 20 octobre dernier une balade urbaine dans le quartier de la Confluence, sur le thème « Comment aménager la ville face aux changements climatiques ? ». Animée par Jean-Philippe Fouquet, sociologue à l’Université de Tours (1), et Lise Serra, diplômée en architecture et doctorante en urbanisme, cette rencontre a permis de s’interroger sur les façons d’inciter les populations à modifier leurs comportements.

Pensé comme le symbole lyonnais du quartier durable, le quartier de la Confluence – 150 hectares dans le 2e arrondissement de Lyon – était le lieu idéal pour aborder la question de l’aménagement des villes face au changement climatique. En trois grandes étapes – l’Hôtel de Région, le Pôle de commerces et de loisirs et une séance d’échanges à La Maison de La Confluence – la balade urbaine a soulevé de nombreuses interrogations : comment inciter les citoyens à modifier leurs comportements ? Quelle autonomie leur accorder ? Comment mettre en place une réflexion globale – qualité du bâtiment, mobilité de ses occupants, usages… – pour réduire notre bilan carbone ?

 

ATTENTION : les bandes-sons suivantes ne sont pas audibles par certaines versions du navigateur Firefox ; auquel cas veuillez changer de navigateur.

 

Penser global, anticiper et associer les populations

Installé à La Confluence depuis juin 2011, l’Hôtel de Région est l’exemple type d’un projet architectural répondant à la démarche HQE® (Haute Qualité Environnementale) (2). Sa conception a aussi bien pris en compte la performance énergétique du bâtiment (panneaux solaires, toiture végétalisée, récupération des eaux de pluie…) que son accessibilité pour les 1 500 agents qu’il accueille. Ce qu’explique Damien Grataloup, chargé de mission en maîtrise d’ouvrage à la Région Rhône-Alpes : « la norme HQE ne se limite pas à la gestion de l’énergie. Elle prend en considération des cibles de confort, de bien-être et une dimension sociale : comme l’embauche de personnes en insertion pour ce chantier. Un Plan de Déplacement Administration (PDA) a été mis en place, en concertation avec les agents, ce qui a conduit à créer des parkings vélo et une station Vélov. Le tout, à proximité de la gare de Perrache ». Cette implantation – et le travail de concertation engagé – a permis de réduire de manière significative l’utilisation de la voiture comme mode de transport pour les trajets domicile-travail.

Sociologue, Jean-Philippe Fouquet insiste sur cette prise en compte globale, et le recours à la concertation, pour impulser des attitudes plus respectueuses de l’environnement.

Damien Grataloup renchérit en citant le cas d’une banque : un nouveau siège exemplaire en termes d’innovation et de sobriété énergétique mais une absence de réflexion sur la mobilité des salariés. Résultat : « le siège étant situé plus en périphérie, le personnel utilise davantage la voiture pour s’y rendre, ce qui implique que l’empreinte écologique de l’entreprise est plus importante qu’auparavant ». D’où la nécessité de penser global et d’anticiper pour inciter à de nouveaux usages. Reste à déterminer comment sensibiliser les habitants ─ quel que soit leur niveau de vie ─ à l’adoption de comportements vertueux. Du débat d’idées émergent quelques éléments de réponse.

 

Responsabiliser sans culpabiliser : l’exemple des smart grids

Benoît Bardet, directeur de la communication de la SPLA (3) Lyon Confluence, souligne l’aspect parfois contre-productif des discours autour du changement climatique : catastrophistes et culpabilisants, ils n’incitent pas les populations à s’impliquer. En effet, évoquer la fonte des glaces ou le réchauffement climatique global ne permet pas au citoyen de se sentir en capacité d’agir, à son échelle, sur la réduction du bilan carbone. Or, chacun peut déjà tenter de réduire sa consommation d’énergie, au sein de son logement.

Pour accompagner au changement,  Maxime Valentin, chef de projet et responsable développement durable de Lyon Confluence, évoque le recours à la technologie : les smart grids ou réseaux électriques intelligents. Ces compteurs électriques de dernière génération sont conçus pour aider les habitants à mieux gérer leur consommation d’énergie en leur transmettant des informations voire des préconisations sur leurs postes de dépenses. Plusieurs projets sont actuellement en phase d’expérimentation, comme Greenlys, Lyon Smart Community et Smart Electric Lyon dans le Grand Lyon ou Linky à Tours. Objectif de ces technologies : responsabiliser le consommateur, sans le culpabiliser, en lui permettant de devenir acteur de la gestion énergétique de son logement. Des incertitudes demeurent toutefois sur le type d’informations à transmettre : « on ne sait pas encore s’il faut dire à une famille au budget contraint ‘votre budget électricité est de tant pour l’année, vous en avez déjà consommé 60%, faites attention’ ou s’il faut aussi lui dire d’éteindre la veille de son ordinateur », explique Maxime Valentin. Les participants s’interrogent : faudra-t-il devenir technophile ou expert ? A-t-on vraiment besoin de ces outils technologiques ? etc.

 

Pour avoir étudié les smart grids, Jean-Philippe Fouquet estime que le potentiel d’économies d’énergie réalisées grâce à ces outils n’est pas négligeable. Il met toutefois en garde contre d’éventuelles tensions entre les consommateurs vertueux et les autres, désignés comme fautifs, quand ils n’ont pas toujours de marge de manœuvre pour adopter des conduites plus sobres. « À Tours, les habitants de l’hypercentre, privilégiés en termes d’offre modale [NDLR : ils ont la possibilité de se déplacer en voiture, en transports collectifs, en vélo ou à pied], commencent à voir leurs voisins des zones péri-urbaines comme les véritables responsables Jean-Philippe Fouquet            de la pollution », s’inquiète le chercheur.

 

Face au changement climatique, il est essentiel de s’adapter, aussi bien à l’échelle d’une ville que d’un foyer. Toutefois, il est de la responsabilité des pouvoirs publics d’accompagner les populations au changement en veillant à ne pénaliser personne. Et ce, afin que chacun puisse agir, à son niveau et selon ses marges de manœuvre.

Coraline BERTRAND

 

(1) Sociologue à l’Université François-Rabelais de Tours et ingénieur de recherches, Jean-Philippe Fouquet est chercheur associé au sein du laboratoire CITERES (CItés, TERritoires, Environnement et Sociétés, UMR 7324 – CNRS). Également co-responsable du CETU-ETIcS (Centre d’Expertise et de Transfert de l’Université – Expertise, Transfert, Ingénierie et Connaissance Sociale), il travaille notamment sur les réseaux intelligents ou smart grids. Très investi sur la thématique du développement durable, il l’appréhende sous l’angle des recompositions territoriales et des mobilités. 

(2) Un concept apparu dans les années 1990. « Il ne s’agit pas d’une réglementation ni d’un label, mais d’une démarche volontaire de management de la qualité environnementale des opérations de construction ou de réhabilitation de bâtiment. » (Source : Ademe)

(3) Société Publique Locale d’Aménagement

© Seb Coupy – Université de Lyon


Eduquer à l’alimentation et à la santé : retour d’expérience des acteurs de terrain

 

Les enjeux de l’éducation à l’alimentation sont multiples : prévention des cancers, lutte contre le surpoids, l’obésité et les pathologies qui leur sont associées, transition vers une agriculture plus durable, etc. Dans le cadre de sa dynamique Et si on en parlait, l’Université de Lyon co-organisait le 10 mai 2012 une rencontre interprofessionnelle pour échanger sur les approches éducatives autour de l’alimentation (1). A quelles problématiques les professionnels de terrain sont-ils confrontés ? Comment y répondent-ils ?  Retour (non exhaustif) sur les échanges.

Écouter les échanges sur le site des Bibliothèques Municipales de Lyon

Lire la transcription intégrale des échanges

 

Tenir compte des différences culturelles et des réalités de vie

Comme le rappelle Sébastien Goudin, diététicien-nutritionniste, enseignant à l’Université Claude Bernard Lyon 1 et chargé de mission à l’ADES du Rhône, de nombreux paramètres entrent en ligne de compte dans nos choix alimentaires : le budget, la dimension de plaisir liée au goût, les traditions familiales et culturelles, l’influence des médias, etc. Pour éduquer à la santé, il est est important de tenir compte de tous ces paramètres et des réalités de vie de chacun. Autant que possible, il s’agit d’éviter les discours culpabilisants, en proposant des objectifs réalistes et adaptés : « Manger cinq fruits et légumes par jour, personne n’y arrive, pas même les professionnels de santé ! ».

Les professionnels s’efforcent d’adopter une pédagogie différenciée, en adaptant leur discours à leur public. Dans certaines familles démunies, les friandises constituent parfois la seule chose que les parents peuvent offrir à leurs enfants, à défaut de vacances ou de console de jeux. Il faut alors être vigilant, pour « éviter que la famille ne se sente remise en cause dans ce qu’elle pense être un geste parental positif ». Il y a aussi tout un travail à mener sur les modèles culturels pour faire évoluer certaines représentations ou, au contraire, valoriser certaines pratiques : « on observe que les modèles alimentaires traditionnels sont souvent très en lien avec l’équilibre nutritionnel ».

 

Attirer les jeunes : quelles méthodes ? Quels outils ?

Plusieurs professionnels témoignent de difficultés à travailler avec les jeunes adolescents sur les questions liées à l’alimentation. Certains sujets semblent plus porteurs que d’autres, comme par exemple l’étude de l’influence que les médias exercent sur nous, qui peut se décliner à travers des activités ludiques comme des tests produits (réalisés marque cachée puis marque visible), une activité proposée par l’ADES du Rhône et particulièrement appréciée des adolescents. Dans l’ensemble, pour intéresser les jeunes, il s’agit surtout d’utiliser des outils participatifs et des formes de médiation « impliquantes », comme l’Abaque de Régnier ou le théâtre-forum. Ces outils sont à choisir au cas par cas en fonction des objectifs que l’on s’est fixés.

 

Passer de la théorie à la pratique : un travail de longue haleine !

Pour encourager des changements de comportement, les professionnels travaillent sur les connaissances, les représentations mais aussi sur les savoir-faire, au travers d’ateliers cuisine par exemple. C’est une façon d’initier à de nouvelles pratiques alimentaires. Souvent, un effort de sensibilisation est aussi déployé en direction des parents, car ce sont eux qui tiennent les cordons de la bourse. C’est pourquoi ils sont souvent invités à découvrir le travail de leurs enfants, valorisé sous forme d’une petite exposition, par exemple. Mais il faut être clair sur les objectifs que l’on se donne : développer l’esprit critique et outiller les enfants pour qu’ils puissent plus tard faire des choix éclairés, c’est déjà beaucoup. Prétendre changer les comportements en un jour serait irréaliste : « c’est peut-être la 50ème personne qui intervient qui va faire changer les choses. On n’est jamais tout seul à changer les comportements, c’est un travail commun. » Un travail commun qui suppose des interventions à plusieurs niveaux, pour sensibiliser enfants et familles mais aussi pour faire évoluer leur environnement et faciliter les changements de comportements.

D’où la nécessité de créer des liens entre professionnels autour de ces enjeux. Tel était l’objectif de la rencontre du 10 mai. Seul regret de cette journée : l’absence de représentants des milieux culturels et de l’éducation nationale.

 

Nathalie Fabre

(1) Rencontre organisée par l’Université de Lyon et l’organisme de formation de l’UCPA, en partenariat avec Cap Culture Santé et la Médiathèque du Bachut.

Les photos illustrant cet article sont issus des ateliers Juniors autour de l’alimentation, organisés par l’Université de Lyon dans le cadre du programme européen SciCafé (copyright : Université de Lyon).

 

Accéder à une « alimentation de qualité »: quels choix possibles ?

Dans le cadre de ses rencontres Et si on en parlait, l’Université de Lyon organisait, le 5 mai 2012, une balade urbaine chez des commerçants lyonnais. Commentée par l’ethnologue Anne-Élène Delavigne, cette rencontre a permis de se renseigner sur les différentes options de consommation et d’en débattre.

Manger local, bio, artisanal ou industriel… quels en sont les avantages, les contraintes et les limites ? Ces façons de consommer garantissent-elles des achats responsables et de qualité ? Et sont-elles accessibles à tous ? Pour répondre à ces questions, trois types d’enseignes – supermarché, boucherie-charcuterie-traiteur de quartier et épicerie bio et équitable – ont été visités.Objectif : se faire une idée des contraintes et des modes de fonctionnement qui leurs sont propres.

Ethnologue, Anne-Élène Delavigne est rattachée depuis 1999 au laboratoire d’éco-anthropologie et d’ethnobiologie, CNRS – Muséum national d’histoire naturelle – Paris 7 (UMR 7206). Elle étudie le statut des animaux en France, les changements des pratiques alimentaires urbaines ou encore la place de la nature productive en ville. Elle a publié une thèse à l’EHESS, consacrée au rapport à la nature, à l’animal et à la viande au Danemark. Parmi ses travaux, on trouve de nombreuses études sur le statut des bouchers, l’abattage des animaux, la vente directe de viande ou le rapport à la viande.

 

ATTENTION  : les bandes-sons ne sont pas audibles avec certaines versions du navigateur Firefox. Veuillez changer de navigateur.

Trois visites, trois façons de consommer

Au supermarché, les fruits proviennent essentiellement de l’étranger : Colombie, Espagne, Thaïlande, Côte d’Ivoire, USA… quand la boucherie est estampillée UE ou France. Une signalétique spécifique, mise en place après la crise de la vache folle, qui a bouleversé le secteur. D’après le gérant,  « en matière de traçabilité du bœuf, les normes ont été ajoutées les unes après les autres ». Une contrainte liée aux exigences de la clientèle, qui varient selon les profils socio-économiques, et dont les supermarchés tiennent compte pour leur approvisionnement : « Le bio a plus de succès à Lyon qu’à Vaulx-en-Velin », estime le gérant.

Installé à Lyon depuis vingt-cinq ans, le boucher-charcutier-traiteur Guillard représente la cinquième génération de l’entreprise familiale. Chaleureux, bon vivant, il évoque avec enthousiasme ses produits et l’histoire de sa maison. Avec son équipe, il prépare compotes, bûches, confitures, pâtés, terrines ou andouillettes : des produits frais, faits maison, qui plaisent à une clientèle locale, fidèle et plutôt âgée. « Aujourd’hui, les jeunes ne prennent pas le temps : une génération «  micro-ondes » qui se contente de produits industriels, sous vide. Et dont le pouvoir d’achat ne permet pas toujours de s’offrir la qualité », déplore le commerçant de quartier. Son enseigne se porte pourtant bien. Seule ombre au tableau : la difficulté du métier qui n’attire plus la relève.

Ouverte depuis deux ans, l’épicerie bio et équitable 3 ptits pois dénote. Proposés en vrac, la plupart des produits – thé, biscuits, épices, petits pots, produits d’hygiène et d’entretien… – sont labellisés DEMETER, Agriculture biologique (AB) ou encore Nature & Progrès. Un système d’étiquetage très précis permet aux consommateurs d’effectuer des  choix les plus éclairés possibles. Mais, une fois sensibilisés et informés, les clients deviennent de plus en plus exigeants. Ce qui se vérifie au sein du groupe : remise en cause de la sélection de biscuits à base d’huile de palme, interrogations quant à la provenance lointaine de certains produits (Pays-Bas, Chine, Bosnie…), doutes quant à la fiabilité des labels bio étrangers. 

 

De multiples définitions possibles de la qualité

Les réactions des participants en témoignent : à chacun ses critères de choix des produits. Certains privilégieront les produits bio, d’autres la fraîcheur, le caractère artisanal, la proximité géographique ou encore le commerce équitable ! La définition de la qualité est donc propre à chaque individu, selon ses références personnelles. De la même façon, chaque commerçant – charcutier-traiteur, épicier – se positionne selon un engagement précis et des valeurs propres.

L’ambivalence de la qualité se retrouve dans la diversité des labels et leurs critères respectifs. Le Label Rouge privilégie les qualités organoleptiques du produit – sa texture, son goût, son aspect – quand les labels bio renvoient à des règles strictes de production, comme le fait de ne pas utiliser de pesticides lors de l’élaboration du produit. Quant aux Appellations d’origine contrôlée (AOC), elles privilégient le rapport au terroir, la localisation de la production. Voir sur ce sujet l’article « Les produits de terroir passent à la marmite de Laurence Bérard ».

La consom’action : des choix complexes…

Certains citoyens font aujourd’hui le choix d’une consommation plus responsable. Ils s’efforcent de mettre en cohérence leur alimentation avec leurs valeurs : rémunération juste des producteurs, protection de l’environnement, préservation de la santé… Anne-Elène Delavigne revient sur les profils – en fait assez diversifiés – de ces nouveaux consom’acteurs.

Dans les faits, choisir son alimentation en faisant coïncider des enjeux de santé, de solidarité et de protection de l’environnement s’avère complexe. Les AMAP (1) proposent ainsi une consommation locale, plus respectueuse de l’environnement, sans être nécessairement équitable. Selon Anne-Élène Delavigne, dans certaines AMAP parisiennes, les consommateurs ont des revenus beaucoup plus importants que les producteurs. Ce qui place ces derniers dans « une relation très asymétrique, sans possibilité de revaloriser le prix des paniers en fonction des revenus de leur clientèle ».

 

… pas forcément accessibles à tous

De l’avis d’Anne-Elève Delavigne, la consom’action permet de « faire bouger les choses », mais suppose de la part des citoyens un fort investissement : en termes de temps (pour s’informer, connaître les produits et les réseaux) et de moyens financiers. Consommer responsable a un coût et reste de fait « encore très marginal ».

Face à ce constat, Anne-Élène Delavigne s’interroge : « comment faire pour partager ces valeurs et éviter que ce type de consommation ne soit réservé à des segments très ciblés et privilégiés de la population ? » Si l’on souhaite généraliser ces nouvelles façons de consommer, il faudrait favoriser l’agriculture péri-urbaine et repenser l’aménagement du territoire, par exemple. Car nourrir toute la population reste un défi à relever : « avec les seules épiceries ou boucheries de quartier, pourrait-on fournir tout le monde avec ces garanties de qualité, d’artisanat ? En d’autres termes, sans les supermarchés, chacun pourrait-il s’alimenter dans une grande ville comme Lyon ? », relève une participante.

En matière d’alimentation et d’agriculture, si des initiatives émergent un peu partout – portées par l’association Terre de liens ou le mouvement citoyen des Villes en transition par exemple – les défis à relever n’en restent pas moins de taille !

 

Coraline BERTRAND

 

(1) Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne dont « le principe est de créer un lien direct entre paysans et consommateurs, qui s’engagent à acheter la production de celui-ci à un prix équitable et en payant par avance ».