Projection-débat “Frankenstein ou nos rêves d’immortalité”

Retours sur la soirée qui s’est déroulée le mardi 7 octobre au cinéma Le Zola, avec la participation de Vincent Giudice, biologiste spécialisé dans la recherche sur le cellules souches. Un article de Vincent Giudice.

 

Frankenstein

 « Frankenstein ou le Promethée moderne » a été publié en 1818 par Mary Shelley. Il y a presque 200 ans ! Pourtant ce livre de « fiction scientifique », comme le définit le professeur Jean-François Chassay (Université du Québec), est encore d’actualité. Aujourd’hui, dans l’imaginaire collectif, le monstre de Frankenstein est le symbole de la thérapie à base de cellules souches, de la modification génétique, de la greffe d’organes artificiels ou « bioficiels » et plus généralement de la « fabrication » d’une nouvelle vie…mais il alimente également la crainte vis à vis des transgressions éthiques possibles de la part des scientifiques sur des sujets tels que le clonage ou les cellules souches embryonnaires. Est-ce que la science a rééllement rejoint la fiction scientifique du début du 19ème siècle ? Quels sont les risques de dérives scientifiques et comment sont-ils limités ? Ces deux questions permettront de comprendre et nuancer le mythe de Frankenstein qui entoure encore aujourd’hui la recherche scientifique.

 

Aujourd’hui peut-on réparer le vivant ?

Dans le roman de Mary Shelley, Frankenstein fabrique un monstre en assemblant différentes parties de cadavres « choisies pour leur beauté » et en lui donnant la vie grâce à un courant électrique.

Concernant les greffes de différentes parties de corps humains, Mary Shelley était en avance sur son temps. En effet, la première greffe (une greffe de peau) a eu lieu en 1869 soit plus de 50 ans après la sortie du livre. Aujourd’hui la greffe d’organes prend de nouvelles directions avec les organes artificiels et « bioficiels », mais la thérapie cellulaire n’a pas dit son dernier mot.

Quotidiennement les chercheurs font des avancées spectaculaires dans ces deux domaines.

Dans le domaine de la thérapie cellulaire, l’utilisation des cellules souches semble prendre le dessus. Il existe différents types de cellules souches :

  • les cellules souches embryonnaires (ou cellules ES) qui correspondent aux premières cellules de l’embryon. Elles sont capables de se différencier dans toutes les différentes sortes de cellules (musculaires, digestives, neurones, cellules sanguines…) et donc potentiellement capables de réparer n’importe quel organe. Les cellules souches embryonnaires sont récupérées sur des embryons surnuméraires issus de fécondation in vitro. En 2006, le professeur Yamanaka a réussi à « fabriquer » des cellules ressemblant aux cellules souches embryonnaires à partir de cellules de peau. Ce sont des cellules iPS (induced pluripotent stem cells). Ces cellules iPS sont une alternative à l’utilisation des cellules ES au niveau thérapeutique.

(image infographie http://www.cortex-mag.net/wp-content/uploads/2014/05/infographie-cellules-iPS.jpg)

  • Les cellules souches adultes qui sont capables de se différencier uniquement en un type cellulaire précis. C’est notamment le cas des cellules souches hématopoïétiques qui se différencient uniquement en cellules sanguines.

 Cette année, des médecins japonnais ont lancé les premiers tests de traitement de la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge) grâce à des rétines produites à partir de cellules iPS de chaque patient.

 L’utilisation des cellules iPS se limite pour le moment à de la réparation tissulaire. Le problème actuel pour la fabrication d’organes à partir de ces cellules est la reconstruction en 3D de ces derniers. Pour pallier à cela, des scientifiques développent des techniques pour fabriquer des organes « bioficiels » grâce aux imprimantes 3D. Dans les années à venir, ils pourront ainsi façonner des organes fonctionnels morphologiquement adaptés à chaque personne.

https://www.dailymotion.com/video/x1np3sk_le-premier-coeur-bioficiel-dans-10-ans_news

 Enfin concernant les organes artificiels, une des avancées récentes les plus spectaculaires est la greffe du cœur artificiel de la société Carmat. D’autres organes artificiels sont en cours d’élaboration notamment un pancréas permettant une production contrôlée d’insuline.

 

Aujourd’hui peut-on redonner vie ?

Dans le livre de Mary Shelley, le professeur Frankenstein redonne vie à son monstre. Aujourd’hui la science ne permet pas cela. Néanmoins, dans une étude publiée en 2012, des scientifiques ont réussi à récupérer des cellules souches mésenchymateuses (un des différents types de cellules souches adultes) sur des cadavres et à recréer du cartilage, des os et de la graisse. On est cependant encore loin de pouvoir donner vie à un organisme entier.

 

Quels sont les risques de dérive scientifique aujourd’hui ?

 « Seuls ceux qui les ont éprouvées peuvent concevoir les séductions de la science. » Marie Shelley décrit ici parfaitement les sirènes qui attirent tous les scientifiques. Les lois de bio-éthiques ont été créées pour limiter les dérives notamment celle de 2004 qui réglemente l’utilisation des cellules souches embryonnaires et interdit le clonage humain pour la recherche scientifique en France.

Cependant dans les autres pays les lois sont quelque peu différentes. Récemment, trois équipes scientifiques indépendantes dont celle de Shoukhrat Mitalipov, située aux Etats-Unis, ont réussi à cloner un embryon humain. Il ne s’agit pour le moment que de clonage thérapeutique ; les embryons ne sont pas réimplantés et sont uniquement utilisés pour créer des lignées de cellules souches embryonnaires permettant par la suite d’effectuer de la thérapie cellulaire. Shoukhrat Mitalipov est d’ailleurs opposé à l’utilisation de sa méthode pour effectuer du clonage reproductif. L’équipe de Jacob Hanna, située en Israël, a quant à elle réussi à créer des souris contenant environ 10% de cellules humaines. A chaque fois, les équipes scientifiques ont arrêté le développement de ces embryons avant la naissance. Est-ce qu’un jour cette limitation éthique sera dépassée ? Pourrait-on imaginer un scénario comme celui du film « Splice » dans lequel les scientifiques repoussent à chaque fois la limite par curiosité ? La phrase de Marie Shelley prend ici tout son sens.

 

Notes :

Cet article fait suite à la soirée ciné-débat “« Frankenstein » ou nos rêves d’immortalité…” du 7 octobre 2014. Le cinéma de science fiction anticipe souvent des avancées scientifiques. Aujourd’hui de nombreus films sont plus ou moins rattrapés par la réalité. Voici quelques exemples :

–       Le film “The Island” traite le sujet délicat du clonage reproductif. Aujourd’hui les scientifiques se limitent au clonage thérapeutique et n’ont pas (encore ?) franchi la limite éthique qu’est le clonage reproductif.

–       “Jack et la mécanique du coeur” est un film d’animation dans lequel le héros se fait greffer un coeur mécanique.

–       Le médecin du film “La piel que habito” utilise la thérapie cellulaire pour créer une peau synthétique. 

 

Fabriquer le vivant : est-ce notre avenir ? Podcast de la soirée-débat

Dans le cadre du cycle 2 Métamorphoses “Et l’Homme fabriqua le vivant”, une soirée-débat a eu lieu le jeudi 5 juin 2014, au Ninkasi Kao de Gerland.

Cette soirée-débat Et si on en parlait s’est croisée une nouvelle fois avec les rencontres du CNRS Parlons-en, partenaire visant la même ambition de créer la rencontre entre chercheurs et grand public, autour de sujet de science en société. Le média Lyon capitale s’est également joint à l’animation de ce débat et de sa diffusion.

fabriquer_vivant

 

Fabriquer le vivant : est-ce notre avenir ? Une controverse vive…

 Implants neuronaux contre Alzheimer ou Parkinson, nouveaux plastiques issus de bactéries, virus modifiés pour réparer des gènes, viande de bœuf produite à partir de cellules souches… Ces prouesses visent avant tout à réparer le corps mais aussi à compenser les conséquences de la crise écologique en modifiant et créant de nouveaux organismes vivants. Comment pouvons-nous comprendre les bénéfices et risques en jeu, face à la complexité et la rapidité de ces développements ? Comment décrypter les discours idéologiques de chaque « prise de parti » et envisager, ensemble, l’orientation de notre recherche scientifique pour la société actuelle et future ?

Ces questions ont été débattues avec les intervenants suivants :

► Marie-Hélène Parizeau, philosophe, spécialiste des biotechnologies et de l’éthique des sciences, Université Laval, Québec

► Marc Lévêque, neurochirurgien, spécialiste de la stimulation cérébrale profonde, CHU Pitié-Salpêtrière


► Philippe Marlière, conseiller du Directeur des sciences du vivant du CEA pour la biologie synthétique ; cofondateur de l’entreprise Global Bioenergies pour des alternatives au pétrole
La soirée a été animée avec le concours de Raphaël Ruffier-Fossoul rédacteur en chef du magazine Lyon Capitale et Sébastien Buthion responsable de la communication au CNRS Région Rhône-Auvergne

 

Pour écouter ou ré-écouter ce débat, consulter le podcast !

Podcast “fabriquer le vivant : est-ce notre avenir?”

 

Suite à cette soirée, deux articles ont été rédigés : l’un par Lyon capitale synthétisant les contenus du débat (consultable ici : article_Lyoncapitale_fabriquervivant) et l’autre par le collectif contestataire Pièces et Main d’oeuvre (à consulter sur leur site web).

 

Interview croisée “Peut-on augmenter l’intelligence ?”

En partenariat avec le Grand Lyon et le magazine M3, nous vous proposons un article “Face à Face”, croisant l’interview de Jérôme Goffette, philosophe à l’Université Claude Bernard Lyon 1, et Pierre Fourneret, psychiatre aux Hospices civils de Lyon.

Mêlant une approche scientifique en sciences humaines, et une approche médicale, cette double interview s’intéresse à l’augmentation de l’intelligence.

Accélération, concurrence, exigence accrue de performances : faudra-t-il bientôt muscler notre cerveau pour rester dans la course ? L’augmentation des capacités cognitives est-elle déjà engagée ? Inéluctable ? Possible ? Risquée ?

Les réponses de nos spécialistes dans l’article : M3_FaceAface_augmentation_intelligence (cliquer sur le lien pour ouvrir le pdf)

Propos recueillis par Adeline Charvet, journaliste.

Articles, sites et vidéos à consulter sur le déterminisme

 

Pour aller plus loin sur la thématique “Cerveau, sexe, gènes, sommes-nous vraiment programmés?”, nous vous proposons cette petite sélection (non exhaustive) d’articles, sites web et vidéos à consulter.

Vous pouvez consulter aussi le billet “Naturalisation des comportements : revue de presse”, qui répertorie une série d’articles faisant référence aux origines biologiques de nos comportements.

 

SUR L’ENFANCE, L’ÉDUCATION ET LA PRÉVENTION DE LA DELINQUANCE

Vous pouvez consulter le rapport de l’INSERM “Trouble des conduites chez l’enfant et l’adolescent” (INSERM, 2005), téléchargeable en ligne.

Pour rappel, la publication de ce rapport a suscité de vives controverses et conduit notamment à la création en 2006 du collectif « Pas de 0 de conduite pour les enfants de 3 ans », à l’initiative d’une dizaine de praticiens, critiques par rapport au contenu de ce rapport et aux projets de prévention de la délinquance alors mis en avant par le gouvernement.

De nombreux contenus et prises de position peuvent être consultés en ligne sur le site du collectif, notamment :

Nous vous conseillons également la lecture des articles, vidéos ou ouvrages suivants :

  • Catherine Vidal et Sylviane Giampino, Nos enfants sous haute surveillance, août 2009, Albin Michel, 17.25€ : Sous couvert de prévention, dès la crèche et la maternelle, tests et dépistages se multiplient. Le regard que porte notre société sur l’enfance en est bouleversé. Pour Sylviane Giampino et Catherine Vidal, rien n’est jamais figé ni dans la personnalité ni dans le cerveau.
  • « L’enfance sous contrôle », documentaire de Marie-Pierre Jaury, coproduit par Arte France, Point du Jour, Intuitive Pictures, Société Radio-Canada et CNRS Images (France, 2009, 52 mn). « En Europe, aux États-Unis, au Canada, la recherche s’emploie à trouver des origines psychiatriques, neurologiques ou génétiques à la violence de certains jeunes, et préconise un dépistage toujours plus précoce. La délinquance est-elle une maladie ? La science et la médecine peuvent-elles répondre à des questions qui hier encore, relevaient de l’éducatif et du social ? »

 

SUR LES DIFFÉRENCES HOMMES/ FEMMES :

A visionner : une interview de Catherine Vidal sur le thème « Le cerveau a-t-il un sexe ? » (Catherine Vidal est neurobiologiste et directrice de recherche à l’Institut Pasteur).

A lire en ligne :

Un bon ouvrage pour faire le tour du sujet : Cerveau sexe et pouvoir, Catherine Vidal et Dorothée Benoit-Browaeys. Avant-propos de Maurice Godelier. Collection Regards, Editions Belin, 2005


GENETIQUE

Inné ou acquis ? Par Ernst Peter Fischer, à lire sur le site d’Arte (2007) : Sommes-nous le produit de nos gènes ou de l’environnement ? La réponse varie selon l’époque. Professeur d’histoire des sciences à l’université de Constance, Ernst Peter Fischer brosse l’évolution mouvementée des théories de l’inné et de l’acquis.

A la recherche de l’enfant parfait – Ce que la génétique doit à l’eugénisme, Emilie Guyonnet, Le Monde Diplomatique, juin 2009

 

NEUROSCIENCES

Le cerveau évolue-t-il au cours de la vie ?, Catherine Vidal, Les Petites Pommes du savoir n° 118, Editions Le Pommier, 4,60€ – « Une des découvertes les plus étonnantes est la capacité d’adaptation du cerveau aux événements de la vie. On parle de plasticité pour qualifier cette propriété du cerveau à se modeler en fonction de l’expérience vécue, et même à se réparer en cas d’accident ou de maladie ! »

Sur les usages et mésusages des neurosciences, et notamment leur utilisation au tribunal :

« Le cerveau des pédophiles à livre ouvert », Sandrine Cabut, Le Monde, 8 octobre 2011

 

Nathalie FABRE

 

un éthologue se demande si le genre n’explique pas également le comportement mâle versus femelle chez d’autres espèces animales.

Naturalisation des comportements : Revue de presse

 

D’importants efforts sont fournis, pour identifier des prédispositions et des facteurs de risques génétiques, et repérer les bases neuronales de nos comportements. Ces études sont parfois reprises de manière assez approximative, véhiculant l’idée que tout ce que nous sommes serait prédéterminé biologiquement. Il y aurait ainsi un « gène du tueur » et un « cerveau du pédophile », des raccourcis sans réelle validité scientifique, mais qui ont pourtant la peau dure dans nos représentations.

En voici quelques exemples à retrouver en ligne :

 « La sympathie et la confiance en soi sont en partie génétiques » (revue web Slate, 16 novembre 2011)

« Le cerveau des pédophiles à livre ouvert » (Sandrine Cabut, Le Monde, 8 octobre 2011)

 « Maigreur et obésité : les mêmes gènes sont en cause » (Science et Avenir, 1er septembre 2011)

« Les émeutiers ont, dans le cerveau, des concentrations plus faibles en GABA, une substance qui garde les comportements impulsifs sous contrôle » (Le Daily Mail, 9 août 2011)

« Un gène responsable de l’infidélité et des coups d’un soir ? » (revue web Slate, 2 décembre 2010)

« Le cerveau des femmes, plus actif que celui des hommes » (Charlotte Menegaux, LeFigaro.fr, 18 novembre 2010)

« Un gène contre l’alcoolisme » (L’express.fr, 22 octobre 2010)

« On naît homosexuel, on ne choisit pas de l’être » (AFP, 4 février 2010)

« Le cerveau, cause de la délinquance ? » (AFP repris par LeFigaro.fr, 16 novembre 2009)

« Le “gène de Dieu” : révélation ou hérésie ? » (Rue 89, 24 mai 2007)

« Les femmes ne sont pas les clones des hommes », Entretien avec la psychologue Susan Pinker, « Sciences humaines, dossier sur le post-féminisme, avril 2011

« Il faut sauver les garçons », Entretien de Sophie Roquel avec le pédopsychiatre Stéphane Clerget (Le Figaro Magazine, 20 et 21 août 2011) : Stéphane Clerget y explique notamment que les tendances à l’introspection chez les filles et à la projection chez les garçons seraient liées aux formes différentiées de leurs organes génitaux.    

 

Nathalie FABRE

Vidéos des cafés “sciences et images” sur le déterminisme

Retour en images et sons sur les cafés consacrés à la thématique “Cerveau, sexe, gènes… sommes-nous vraiment programmés ?” (automne 2011). Pour retrouver le détail de ces cafés, cliquer ici.

Ces vidéos ont été diffusées pendant la soirée-débat du 6 décembre 2011 et sont aujourd’hui consultables en ligne, sur notre chaîne You Tube.

Vidéo 1 : “Sommes-nous vraiment programmés ?”, de quoi parle-t-on ? (retours sur l’idée de déterminismes)

Vidéo 2 : Impacts et enjeux du déterminisme social et biologique, dans notre société

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search