Ma Ville, le climat et moi : consultation citoyenne

P1010182

De novembre 2014 à juillet 2015, l’Université de Lyon a mis en place une démarche exploratoire de recherche participative sur le climat à l’échelle de son territoire. Associée à une étude de préfiguration d’un observatoire local du climat (EPOC), cette démarche a été menée par le LabEx Intelligences des mondes urbains. Elle a ainsi permis d’additionner à des données techniques des données issues de l’expertise d’usage, du ressenti et du vécu des habitants, ainsi que des questionnements et propositions de recherches et d’actions.  

La démarche de consultation

Cette recherche s’est déroulée en trois étapes :

  1. Des micro-trottoirs ciblant les motivations et les freins des habitants à participer à une recherche sur le climat. (travaux réalisés par des étudiants en Master Géographie à l’Université Jean Moulin Lyon 3, sous la direction de Pauline Texier) ;
  2. Des focus-groupes permettant de cerner leurs représentations/perceptions des changements climatiques à une échelle globale et locale ainsi que des capacités d’actions/réactions des habitants en cas de fortes chaleurs ;
  3. Des étals de marchés visant à élargir le champ des personnes impliquées.

Les deux synthèse cartographiée, fruits de ces rencontres, sont disponibles ici :

gt1 gt2
Groupe de travail n°1 Groupe de travail n°2

Voici en images une présentation des étapes de la consultation :

 

Résultats de la consultation citoyenne

La collecte de données s’est effectuée de décembre 2014 à juillet 2015. Afin d’analyser ces paroles citoyennes, les outils et méthodes de la psychologie sociale ont été mis en œuvre. Ci-dessous deux rapports permettent de comprendre les résultats : un rapport de synthèse grand public et un rapport scientifique d’analyse psycho-sociale.

Téléchargements :

Valorisation et poursuite de la consultation

Du point de vue de la recherche, cette consultation permet aujourd’hui de nourrir un groupe de travail interdisciplinaire en sciences humaines et sociales, pour contribuer à un futur observatoire local du climat. Quelques paroles de chercheurs en vidéo :


En amont de la 21e conférence des nations unies sur les changements climatiques, cette consultation a reçu le soutien d’acteurs publics :

–    Le Label COP21 du Ministère de l’ecologie, du développement durable et de l’énergie.
+ d’info

–    Le soutien de la Direction Régionale Rhône-Alpes de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL), pour l’apport de cette consultation dans le domaine de l’éducation à l’environnement et au développement durable.
+ d’info
–    Le soutien de la Conférence des Présidents d’Université, pour l’apport de cette expérimentation pour le développement durable des campus et l’ouverture de la recherche à la société civile.
+ d’info sur le site de la CPU
+ d’info sur le site du Ministère de l’enseignement supérieur et la recherche
Plusieurs publications sont en cours de travail par un groupe de recherche interdisciplinaire relié au LabEx Intelligences des Mondes Urbains. Ces publications seront mises en lignes au fur et à mesure sur cette page.


Avec le soutien de :

logo-grand-lyon-la-metropole imu-s cop21-label

Messagers du climat : podcasts des conférences

DSC09511-700x500

En amont de la 21e conférence des Nations unies pour la lutte contre le changement climatique, le Train « Messagers du climat », une exposition créée par l’association Météo et climat présidée par le climatologue Jean Jouzel, a été accueillie à Lyon le 10 octobre 2015.

C’est dans le cadre de la Fête de la science dont l’Université de Lyon est coordinateur (sur le département du Rhône, la métropole de Lyon, la région Rhône-Alpes), que cette expo sur rail était proposée à un grand public.

Plusieurs associations locales et institutions scientifiques ont proposé des animations et stands sur le quai du train :

• INSERM : le climat et la santé
• Météo climat : un réseau de chercheurs français
• Réseau régional d’éducation à l’environnement GRAINE : le climat, pour vous c’est quoi ?
• Association Anciela : les initiatives citoyennes pour le climat
• Alternatiba Lyon : village des initiatives citoyennes « Changeons le système, pas le climat ! »
• Maison rhodanienne de l’Environnement : ressources documentaires sur le climat et l’environnement
• Association HESPUL : modules ludiques « Le climat j’y peux rien ! »
• Agence Locale de l’Energie : s’informer sur la maîtrise de l’énergie et la lutte contre le changement climatique

 

Pour rendre compte de la recherche locale sur le sujet, l’Université de Lyon a proposé une série de conférences à bord du train, captées par son partenaire ; le CNRS Rhône-Auvergne. Voici plusieurs podcasts de ces conférences :

 

« Impacts du climat sur diverses pathologies en santé humaine (virus…) », par Michèle Garlatti, biologiste à l’INSERM :

http://wikiradio.cnrs.fr/broadcast/1003-Impact-du-climat-sur-diverses-pathologies-en-sante-humainevirus

 

« Cyclones et érosion sous les tropiques », par Pascal Allemand, géologue, et Chloé Maréchal, géochimiste, Observatoire de Lyon – Université Claude Bernard Lyon 1 :

http://wikiradio.cnrs.fr/broadcast/1004-Cyclones-et-erosion-sous-les-tropiques

 

« Créer un observatoire local du climat : comment travailler avec les citoyens ? », Didier Soto, géographe-climatologue à l’Université Jean Moulin Lyon 3 :

http://wikiradio.cnrs.fr/broadcast/1006-Creer-un-observatoire-local-du-climat-comment-travailler-avec-les-citoyens-

 

« Phénomènes extrêmes et changement climatique », par Freddy Bouchet, physicien à l’ENS de Lyon :

http://wikiradio.cnrs.fr/broadcast/959-Les-phenomenes-meteorologiques-extremes

 

 

« Changements de climat : changements de société ? » : Synthèse des débats

 

Dans le cadre des rencontres Et si on en parlait, une soirée-débat a été organisée le 15 novembre 2012 pour faire le point sur les changements climatiques et leurs conséquences pour nos sociétés. Quels sont les différents scenarios envisagés et comment risquent-ils d’affecter nos modes de vie ? Quelles évolutions – techniques, sociales, économiques, culturelles, etc. – la situation exige-t-elle ? Comment lever les freins à l’engagement de changements et adapter nos sociétés à la nouvelle donne climatique ?

Autant de questions qui constituent des défis colossaux pour les chercheurs, les citoyens, les responsables politiques, les acteurs économiques, etc.

En présence d’Hervé Le Treut, climatologue, Institut Pierre Simon Laplace (Paris) ; Jean-Paul Bozonnet, sociologue de l’environnement, Sciences Po (Grenoble) et Patrick Lagadec, spécialiste de la gestion des crises « hors cadre », École polytechnique (Paris), les échanges ont permis de prendre l’ampleur des changements possibles, repérer certains obstacles et identifier quelques chantiers prioritaires à engager pour relever les défis auxquels nous sommes confrontés.

Lire la synthèse des échanges

Regarder la vidéo du débat

Les inondations en Rhône-Alpes: quels souvenirs pour quelles anticipations ?

 

Dans le cadre des rencontres Et si on en parlait, l’Université de Lyon organisait le 13 octobre 2012 une balade urbaine pour faire découvrir Lyon sous les eaux, discuter des risques d’inondations et débattre des modalités de prévention. Retours sur cette balade par S. Oswald, doctorante en Communication à l’ENS Lyon au C2SO (1).

 

Sous les effets des changements climatiques, les scientifiques envisagent une recrudescence et/ou une intensification des « évènements climatiques extrêmes » : inondations, tempêtes, vagues de froid ou de chaleur, etc. On estime aujourd’hui que 45% des communes rhônalpines sont exposées aux risques d’inondations.  La situation n’est pas nouvelle et la ville de Lyon conserve des traces –parfois infimes– des grandes inondations passées. Quelle mémoire gardons-nous des grandes crues du Rhône et de la Saône aux 19ème et 20ème siècles ? Quels sont les enjeux liés à cette mémoire, pour la transmission de la culture des risques auprès des habitants ? Et pour les pouvoirs publics qui doivent anticiper d’éventuelles futures catastrophes ?

ATTENTION : les bandes-sons ne sont pas audibles avec certaines versions du navigateur Firefox; auquel cas veuillez changer de navigateur.

Les inondations lyonnaises aux 19ème et 20ème siècles : entre mémoire et oubli

 Au 15ème siècle Lyon subit un double tournant historique : urbain avec les foires lyonnaises entraînant un développement démographique et infrastructurel important ; climatique avec « le petit âge glaciaire » durant lequel l’instabilité climatique était notable. Les premiers endiguements côté Saône datent de cette époque, avec la création du plan Perrache. Puis, au 16ème siècle, la digue des Brotteaux est construite.

Ces aménagements ne suffiront malheureusement pas à protéger Lyon des deux grandes crues de 1840 et 1856. En 1840, la digue des Brotteaux cède, entraînant un déferlement impressionnant qui traversa toute la Presqu’île. Le quartier de Vaise par exemple sera englouti sous près de 4 mètres d’eau. Une deuxième crue –encore plus importante- suivra en 1856, générant un traumatisme psychologique et une prise de conscience de la vulnérabilité de la ville.

 

Mentionner cette prise de conscience naissante c’est questionner le vécu des sinistrés. Quelle mémoire les sinistrés gardent-ils des inondations ? Elodie Levasseur, doctorante en psychologie sociale (au GREPS Université Lumière Lyon 2) se fait ici la porte-parole des sinistrés de 1980 (Haute Loire) et de 2008 (l’Arbresle), qu’elle a interviewés au cours de sa thèse.

Suite à l’inondation, deux attitudes sont caractéristiques :

– Le déni : on cherche à oublier ; la catastrophe est ici refoulée (même si des marques intimes peuvent être conservées dans l’espace privé, comme des marques de niveau dans les caves par exemple).

– L’acceptation : la mémoire est ici mieux conservée, on « vit avec » en développant éventuellement des aménagements spécifiques pour mieux s’adapter  (pièce de survie, mobilier « plastique » facile à nettoyer…).


Repenser l’urbanisme pour prévenir les risques : du Plan Kleitz au PPRI

La crue – très violente – de 1856, qui sert encore aujourd’hui de référence historique pour les politiques publiques de prévention, va pousser à se pencher plus sérieusement qu’en 1840 sur les dangers des crues.

En 1856, l’Etat met en place le plan Kleitz pour lutter contre les inondations. On élève les quais de 1 mètre au-dessus du niveau de la crue de 1856 ; on crée des digues de première urgence (celle « insubmersible » des Brotteaux, actuel bd L. Bonnevay et le quai-digue de la Tête d’Or), mais surtout des champs d’expansion des crues visant à protéger le coeur de l’agglomération. Ce plan s’efforce de protéger certes mais aussi et surtout de prévenir : il faut accepter que l’eau s’épande dans des zones périurbaines moins denses. Ceci ne se fit pas sans résistances de la part des territoires ainsi « sacrifiés » par les autorités.

 Ces aménagements ont eu pour conséquence de créer un faux sentiment de sécurité, alors que le risque lui-même reste bien réel.

Les cartes montrées lors de la balade par L. Marchand, chargée de mission de l’association Robin des Villes, sont parlantes : une grande partie de Lyon pourrait être exposée demain à une inondation. Le risque ne vient aujourd’hui plus tant des fleuves (inondations directes : crues du Rhône, de la Saône) que des réseaux souterrains : les inondations indirectes (la pluie remonte par capillarité). Cette information suscite intérêt et émoi et les participants se pressent pour connaître le niveau de risque auquel ils sont exposés.

 

 

 

 

 

 

 

A gauche: modélisation des risques de crues directes. A droite: modélisation des risques de crues indirectes (© Claire Combe)

 

Vers le développement d’une culture des risques avec le Plan de Prévention des Risques Inondation (PPRI)

Le PPRI poursuit les travaux d’aménagement du territoire et de prévention des risques engagés avec le Plan Kleitz. Il s’agit de réduire au maximum les risques d’aléas (inondations) et de dommages, à l’aide de nombreux outils réglementaires et techniques (modélisation informatique, digues, champs d’expansion des crues, etc.) Faute de données suffisantes, les changements climatiques ne sont pas pris en compte dans les politiques de préventions des risques liées aux fleuves, mais ils le sont par contre intégrés aux politiques sur le littoral.

Le PRRI inclut également un volet « Culture du risque », au travers duquel les pouvoirs publics s’efforcent de sensibiliser les populations et de les associer aux politiques de prévention.

Cette « culture du risque » comme expertise de situations de crise ne va pas de soi, tant la tentation d’oublier et de refouler peut être forte de la part des populations. Le discours des sinistrés recèle ainsi un « va et vient » entre une mise à distance (« c’est exceptionnel, ça n’arrivera plus ») et une remémoration angoissante du drame.

Quoi qu’il en soit, les transformations climatiques passées, présentes et futures montrent l’importance de la mémoire collective, de sa transmission et du respect de la souffrance individuelle liée à la catastrophe. Ceci pour plus de solidarité et plus de dialogue entre autorités politiques, scientifiques et populations sinistrées.

 

Séverine OSWALD

(1) Laboratoire C2SO : Communication, Culture et Société du Centre Norbert Elias (ENS Lyon / Institut Français de l’Education). La thèse de Séverine Oswald est financée par la Région Rhône-Alpes.
Logo_Région Rhône-Alpes
© Photos 1 et 2 : Sébastien Coupy/ Université de Lyon ; Modélisation des risques de crues : Claire Combes

La planète se réchauffe ? Refroidissons-la !

 

Face à la réalité du réchauffement climatique et aux difficultés que rencontrent les États à limiter à +2°C la hausse des températures, certains scientifiques proposent de modifier volontairement le climat pour provoquer un refroidissement artificiel de la planète. Regroupées sous le terme de géo-ingénierie, ces techniques – controversées – commencent à trouver des échos et des financements. Que peut-on raisonnablement en attendre ? Quels sont les enjeux ? Tour d’horizon de la question.

 

Qu’entend-on par géo-ingénierie ?

Ce terme complexe désigne les projets de grande ampleur imaginés par certains scientifiques pour agir directement sur le climat de la planète et provoquer une baisse artificielle des températures afin de lutter contre le réchauffement climatique. On distingue deux types de projets de géo-ingénierie : ceux visant à capturer le CO2 pour limiter la quantité de gaz à effet de serre présents dans l’atmosphère et ceux visant à gérer le rayonnement solaire. Pour capturer efficacement le CO2 et limiter ainsi l’effet de serre, certains scientifiques imaginent par exemple d’avoir recours à la fertilisation des océans. Il s’agirait d’ensemencer les mers via des ajouts de fer afin de faciliter la multiplication du phytoplancton : cette plante marine microscopique se nourrit de fer et absorbe le CO2 qu’elle rejette ensuite sous forme d’oxygène (1).

CC – Éruption du Pinatubo (1991)

Quant à la gestion du rayonnement solaire, il s’agit de faire en sorte que l’atmosphère et la surface de la Terre renvoient une part plus importante du rayonnement solaire vers l’espace pour que les rayons du soleil ne chauffent pas (trop) la planète. On s’est notamment rendu compte que d’importantes éruptions volcaniques, comme celle du Pinatubo (Philippines) en 1991, avaient eu pour effet de diminuer les températures atmosphériques d’un demi-degré environ, pendant près d’un an. Afin de reproduire ce phénomène, des scientifiques envisagent d’envoyer des particules de souffre dans l’atmosphère pour faire obstacle aux rayonnements solaires et les renvoyer vers l’espace.

Poursuivant le même objectif, certains chercheurs proposent de repeindre en blanc les toits et les routes des zones urbaines du monde entier. En effet, une surface blanche renvoie toute la lumière qu’elle reçoit. Ce projet permettrait selon ses promoteurs d’augmenter la réflectivité de la Terre (le renvoi des rayonnements du Soleil vers l’espace ; les scientifiques parlent de l’albédo de la planète) et de « compenser » ainsi nos émissions de CO2. D’autres évoquent encore l’envoi de milliers de miroirs dans l’atmosphère pour réfléchir la lumière du soleil.

 

Des projets controversés

Loin de faire l’unanimité, ces idées avancées pour modifier rapidement le climat de la Terre font particulièrement débat. D’après un rapport de la Royal Society (2), la fertilisation des océans  autrement dit la séquestration marine du carbone comporte d’importants risques écologiques : acidification des océans ou encore perturbation grave de l’équilibre de la faune et la flore marine. Elle serait également peu efficace, d’après les résultats du programme international de recherche KEOPS (3).

CC – J. MacNeill – Catamaran fabricant des nuages

Quid du refroidissement de la planète par l’envoi de particules de soufre dans la stratosphère ? Pour la Royal Society (2), cette technologie a le mérite de pouvoir faire baisser rapidement le thermomètre (dès la première année) sans être trop coûteuse. Pourtant, elle risque d’endommager la couche d’ozone. De plus, une étude de Ken Caldeira et Damon Matthews – chercheurs à la Carnegie Institution de Washington et à l’Université Concordia du Québec  – précise qu’une fois mise en place, cette technologie ne pourrait être interrompue sans risquer de voir le CO2 capturé brutalement libéré et provoquer ainsi un réchauffement très rapide de la planète, de près de 7°C par décennie. Ce que confirme le climatologue Hervé Le Treut, directeur de l’Institut Pierre-Simon Laplace (IPSL) et membre de l’Académie des Sciences : « cette technologie n’a aucune pérennité car il faudrait envoyer chaque année plusieurs millions de ballons de soufre dans l’atmosphère. Or, en cas d’arrêt, cela provoquerait en effet un réchauffement brutal du climat. Elle me paraît donc dangereuse ».

Concernant le fait de peindre en blanc nos toits et routes, Bertrand Guillaume, maître de conférences à l’Université  de technologie de Troyes et coauteur de Scénarios d’avenir. Futurs possibles du climat et de la technologie (4), se montre sceptique. Selon lui, si le pouvoir de compensation de cette méthode est considérable – « 44 gigatonnes de dioxyde de carbone (GtCO2) » – elle n’en reste pas moins extrêmement coûteuse et son bilan carbone très lourd. Car, « la production d’une tonne de peinture engendre l’équivalent de 2,5 à 3 tonnes de CO2 ». Or, il s’agirait de repeindre 1,5 million de km2 – soit 1% de la surface de la Terre – et il faudrait repeindre tous les dix ans pour que la compensation reste significative… Une question se pose : a-t-on vraiment besoin de la géo-ingénierie ?

 

La nécessité d’ouvrir le débat

Difficile de trancher quand la géo-ingénierie suscite trois réactions : « elle est notre unique option » ; « elle est particulièrement dangereuse et incertaine » ; « elle doit rester une solution de dernier recours ». Certains chercheurs insistent sur le problème éthique voire moral que les technologies de géo-ingénierie leur posent. Ils estiment ainsi que la planète n’est pas un terrain d’expérimentation et que l’Homme ne devrait pas tenter de contrôler le climat à l’échelle mondiale. Ces mêmes scientifiques soulignent que la géo-ingénierie ne repose pour le moment que sur des simulations informatiques, ce qui implique que ses conséquences ou effets secondaires restent largement méconnus. Enfin, ils rappellent que des solutions opérationnelles, mêlant réponses techniques et modification des comportements, existent déjà et mériteraient d’être mises en œuvre pour lutter contre le réchauffement climatique.

CC – Klaus Lackner – Columbia University – Arbres artificiels pour capter le CO2

Quant aux tenants de « l’unique option », ils avancent l’argument du temps en faveur de la géo-ingénierie : nous sommes pressés par le temps car depuis la première conférence mondiale sur le climat en 1979, nous n’avons pas suffisamment réduit nos émissions de CO2 pour contrer le réchauffement climatique. Circonscrire la hausse des températures à +2°C d’ici 2020 serait déjà hors de notre portée (5) dans la mesure où cela supposerait de réduire de 8,5% par an nos émissions de CO2 quand elles ne cessent d’augmenter, d’après l’Organisation météorologique mondiale. Prenant acte de ces données, certains chercheurs envisagent la géo-ingénierie comme un palliatif incontournable face au manque de réactivité de nos sociétés.

À ce stade des recherches, force est d’admettre que de multiples incertitudes demeurent. Pourtant, la géo-ingénierie commence à trouver des échos et des financements.  Le milliardaire Bill Gates finance ainsi une équipe de chercheurs-militants souhaitant convaincre gouvernements et structures internationales de soutenir des projets de géo-ingénierie…

Pour ouvrir le débat sur ces questions, nous vous proposons une soirée « Changements de climat : changements de société ? », le jeudi 15 novembre 2012, en présence du climatologue Hervé Le Treut, de l’économiste Patrick Lagadec et du sociologue Jean-Paul Bozonnet. Comment adapter nos sociétés à la nouvelle donne climatique ? La géo-ingénierie fera-t-elle partie demain de l’arsenal de solutions incontournables pour faire face aux changements du climat ? Quelles sont les implications – sociales, culturelles, économiques… – des différentes options envisagées ?…  Venez en débattre avec nous le 15 novembre !

Coraline BERTRAND

 

(1) Par la photosynthèse, le phytoplancton produit une grande quantité d’oxygène nécessaire à la vie dans l’eau, mais aussi, grâce aux échanges gazeux à la surface des océans, il fournit les 2/3 de l’oxygène de l’air de notre planète, le dernier 1/3 provenant des végétaux des continents.

(2) Geoengineering the climate. Science, governance and uncertainty (2009). La Royal Society est l’équivalent britannique de notre Académie des Sciences.

(3) Seize laboratoires de recherche – dont le CNRS – ont participé au programme KEOPS (KErguelen Ocean and Plateau compared Study). Cette campagne océanographique internationale s’est déroulée début 2005, près des Îles Kerguelen dans l’océan Austral. Les résultats mettent en doute l’efficacité de la fertilisation des océans par ajout de fer.

(4)Scénarios d’avenir. Futurs possibles du climat et de la technologie, Bertrand Guillaume et Valéry Laramée de Tannenberg, Armand Collin, collection Emergences, 2012

(5) Selon l’étude « Emission pathways consistent with a 2°C global temperature limit« , parue dans la revue  Nature Climate Change, en novembre 2011

Pour aller plus loin :

Interviews croisées des chercheurs David Keith et Olivier Boucher  (La Recherche, n° 467, sept. 2012)

Dossier Géo-ingénierie du climat, perspectives britanniques, Science et Technologie au Royaume-Uni, janvier-février 2012

Extrait vidéo d’une conférence sur la géo-ingénierie par David Keith, professeur à la Harvard Kennedy School et ancien directeur de l’Institute for Sustainable Energy Environnement and Economy (ISEEE), 2007

 

Changements de climat : certitudes et incertitudes

Climatologue, directeur de l’Institut Pierre-Simon Laplace (IPSL), chercheur au Laboratoire de Météorologie Dynamique de l’IPSL et membre de l’Académie des Sciences, Hervé Le Treut sera présent lors de la soirée-débat « Changements de climat : changements de société ? », le 15 novembre prochain. Il fait ici le point sur les connaissances scientifiques concernant l’avenir du climat.

 

Comment prévoit-on aujourd’hui les changements de climat ?

© Hervé Le Treut

 

La compréhension physique des processus en jeu  constitue la base principale de la prévision. On utilise  des modèles numériques qui  simulent sur ordinateur les évolutions du climat en tenant compte des lois de la physique : lois de la conservation de la masse, de l’énergie et de la quantité de mouvement. Autrement dit, les climatologues travaillent sur une maquette numérique, sorte de planète artificielle obéissant à ces lois physiques.

L’état actuel de nos émissions de gaz à effet de serre et nos connaissances quant à la persistance de ces gaz dans l’atmosphère (qui peut atteindre  un à plusieurs plusieurs siècles) nous permettent d’anticiper un réchauffement global de la planète. Celui-ci est d’ailleurs déjà décelable dans les zones continentales, arctiques…  Depuis vingt ans, la fonte de la banquise et des calottes polaires (Groenland et Antarctique) est devenue parfaitement compatible avec la prévision des modèles  climatiques des années 70 ou 80, en réponse aux gaz à effet de serre. Elle est aussi compatible  avec les anticipations des modèles plus récents et plus complets.

Quelles conclusions les modèles disponibles permettent-ils de tirer ?

Ils permettent d’attribuer avec un haut niveau de certitude le réchauffement climatique en cours aux gaz à effets de serre, et de dire que ce réchauffement n’en est qu’à ses débuts,  sans toutefois nous permettre de déterminer avec exactitude son ampleur. Les modèles montrent aussi que l’on peut limiter le réchauffement à  2°C au XXIe siècle, à condition de stabiliser et même réduire nos émissions de CO2 d’ici la fin du siècle. Or, nous n’en prenons pas le chemin… Ce qui explique que d’autres scénarios  tablant sur une poursuite des émissions actuelles prévoient une augmentation des températures beaucoup plus importante, pouvant atteindre 5°C voire 6°C ! À titre de comparaison, la température globale de la planète n’a fluctué que de quelques dixièmes de degrés au cours des derniers millénaires…

Quelles incertitudes demeurent ?

Nous ne savons pas précisément de combien de degrés les températures vont augmenter :  cela dépend de nos activités et des efforts fournis en matière de réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, mais aussi d’incertitudes scientifiques concernant par exemple le rôle des nuages.  Tout n’est pas prévisible et il est aussi très difficile d’obtenir des anticipations régionales fiables. On sait qu’un dérèglement global est en cours mais on ne sait pas comment les différents territoires seront affectés. On évoque de possibles sécheresses dans le sud de la France et autour de la Méditerranée : ce sont des évolutions probables, mais non des prévisions certaines. C’est la même chose pour les précipitations intenses et les autres phénomènes climatiques extrêmes : quelle que soit la performance – actuelle et future – de nos outils, nous ne pourrons établir que des probabilités, ou des niveaux de risques. 

Quels désaccords entre experts persistent ?

Le réchauffement climatique nous obligera à faire des choix car tout un ensemble de problèmes (énergétiques, démographiques, écologiques, …) se développe simultanément.  Il faudra dans ce contexte se demander comment gérer les ressources en eau, protéger la biodiversité…  avec des implications politiques et même éthiques. Se mettre d’accord sur la façon de régler ces questions, notamment à l’échelle de la communauté internationale, est un enjeu majeur. Bien sûr il existe des « climato-sceptiques ». Mais , les désaccords de fond  concernent plus les leçons à tirer,  les actions à entreprendre que le  constat scientifique – même si devant la menace du changement climatique, ses conséquences imprécises et la peur de l’avenir qu’elles entraînent, certains ont tendance à refuser la réalité, à minimiser voire à nier ce phénomène. Le réchauffement climatique nous pose un véritable défi, qu’il faudra  pourtant relever.

Propos recueillis par Coraline BERTRAND

 

Pour discuter de toutes ces questions, rendez-vous le 15 novembre 2012 – Soirée-débat « Changements de climat : changements de société ?  », en présence d’Hervé Le Treut, Patrick Lagadec et Jean-Paul Bozonnet