Soirée-débat “A qui profitent les Big data ?” – podcast

DSC_8110

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce mardi 28 avril s’est tenu au sein du nouvel amphi de l’Université de Lyon, la soirée-débat du cycle “La Révolution Big Data : chance ou menace ?”.

L’angle de cette soirée était celui de l’économie des Big Data, et des enjeux citoyens.

Ont participé des intervenants de grande qualité, pour le plaisir des publics présents sur place ou auditeurs via la wikiradio CNRS :

Stéphane Grumbach, mathématicien et informaticien, directeur de l’Institut rhônalpin des systèmes complexes (IXXI), directeur de recherche au sein de l’équipe DICE (INRIA  /  ENS de Lyon)

Valérie Peugeot, juriste et politologue, vice-présidente du Conseil national du numérique, chercheure-prospectiviste à Orange-Lab, président de l’association VECAM

Sébastien Nedjar, informaticien, maître de conférence à l’université d’Aix-Marseille et l’IUT d’Aix-en-Provence, Directeur du fab-lab “laboratoire d’Aix-périmentation et de Bidouille”

Florent Deligia, journaliste High-Tech pour le magazine Lyon capitale

Débat animé par Raphaël  Ruffier-Fossoul, rédacteur en chef de Lyon capitale, préparé et modéré par Pauline Lachappelle, chargée de médiation à l’Université de Lyon.

En partenariat avec Lyon capitale, le CNRS Rhône-Auvergne et avec le soutien de la Métropole- Grand Lyon et de la Région Rhône-Alpes.

 

Retrouvez ici le podcast 

(également en ligne sur la wikiradio CNRS), et ci-dessous la présentation du thème :

“A l’heure où nos données personnelles sont stockées en dehors de nos propres objets, où les phénomènes sociaux peuvent être observés en temps réel via l’analyse statistique de mégadonnées, où la connaissance peut être mieux partagée et coproduite, experts comme citoyens se mobilisent pour prôner diverses visions de l’accès aux données.

Beaucoup s’enthousiasment d’une révolution économique et des formidables innovations actuelles et futures (marketing personnalisé, facilitations des usages, nouveaux services…). Quelques autres s’inquiètent en priorité du respect de la vie privée, de l’adaptation des politiques publiques pour les droits de l’Homme sur le web (neutralité du net, droit à l’oubli…) et à l’appropriation du numérique par les citoyens (open source, open acces…).

Est-il possible de croire à l’innovation technologique et économique basée sur l’avènement des Big Data, tout en conciliant la préservation des libertés ?”

 

Lisez l’article du magazine Lyon capitale, numéro 745, juin 2015 : “La technologie peut-elle prédire le futur ?”, par Florent Deligia.

ou : Lyon cap juin 2015 Dossier ESOEP Big Data

(extrait) “”Il est plus simple de prévoir les comportements humains que la météo.” Stéphane Grumbach nous rappelle la révolution qui se trame aujourd’hui dans les bureaux de Google, Apple, Facebook ou Amazon (les GAFA), mais aussi dans de nombreuses autres entreprises, pays ou administrations. Tous les jours, nous laissons des traces numériques qu’il est possible de collecter et recouper pour ensuite nous proposer des publicités toujours plus ciblées, des produits que nous voudrions sans la savoir, améliorer les flux routiers dans une ville, voire prédire le futur. L’utilisation de ces données et regroupées sous l’appellation “big data”.”

Dans cet article :

– A l’origine : les traces

– Le mythe de l’anonymat

– Prédire le futur…

– ou les maladies avant qu’elles n’arrivent

– Juste un fantasme ?

– Encart : Tous fichés, est-il trop tard pour se protéger ?

– Page complémentaire : Les usages du big data

Dignité, solidarité, légalité : quelle fin de vie voulons-nous ?

vignette_findevieLa 7e édition d’Et si on en parlait s’est exceptionnellement incarnée dans une unique soirée-débat le 27 novembre 2014. Il s’agissait de s’interroger sur la représentation – plutôt négative – que nous avons de “la fin de vie”.

 

Le questionnement semble sans fin tant les rebondissements de débats et de réglementation sont nombreux depuis quelques années en France. La question se révèle de plus en plus complexe et nécessite, comme le Comité national d’éthique le soulignait dernièrement, de ne pas « clore de façon définitive des questions dont le caractère lancinant exprime un aspect fondamental de la condition humaine ».

Plus que « la fin », ce sont les « conditions » de la fin qui interrogent. Plus que la crainte du « mourir », c’est l’angoisse de la dégradation, de la souffrance, de l’abandon qui s’exprime. S’ajoute aussi le tourment d’être « un poids » pour les autres, à être vieux trop longtemps. Ces constats se posent dans un contexte où « ce temps de la fin » est majoritairement délégué au médical, l’hôpital ou les institutions étant devenus les lieux où l’on finit sa vie, à l’écart du cercle familial.

Comment en sommes-nous parvenus à cette défiance à l’égard du « mourir » dans notre société ? A cette vision négative de la prise en charge de la fin de vie ? Que dit cette représentation « de la fin de vie » de notre conception du « vivre-ensemble » ?

 

Les intervenants suivants ont brillamment tenté de répondre à ces questions, avec l’animation d’Isabel Santos, journaliste scientifique à Universcience (Cité des sciences et de l’industrie, Paris) :

Marc-Antoine Berthod : Professeur d’anthropologie à la Haute école du travail social et de la santé (EESP) à Lausanne en Suisse. Il conduit actuellement une recherche sur les situations de deuil au travail et sur les risques de prises en charge médicalisées des employés endeuillés.

Nathalie Favre : Cadre de santé au centre de soins palliatifs (pôle Gérontologie de Lyon) et vice-présidente de la Société Française d’Accompagnement et des soins Palliatifs (SFAP).

Damien Le Guay : philosophe, il enseigne à l’espace éthique de l’Assistance publique des hôpitaux de Paris. Président du comité national d’éthique du funéraire et membre du comité scientifique de la société française d’Accompagnement et des soins palliatifs. Il est l’auteur de “Qu’avons-nous perdu en perdant la mort ?” (2003), “La Mort en cendres” (2012) et “Le Fin mot de la vie, contre le mal mourir en France” (2014).

 

Retrouvez en ligne le podcast de cette soirée, enregistré sur la wikiradio du CNRS  (des micros coupures endommagent la bande-son, nous nous excusons pour la gêne occasionnée).

Enfin vous pouvez consulter ces deux articles récents de et avec Damien Le Guay :

– “L‘arbre de l’euthanasie et la forêt du mal mourir“, Valeurs actuelles, 4 novembre 2014.

– “Le rapport sur la fin de vie décrypté par Damien Le Guay“, Le Figaro, 15 décembre 2014.

Ainsi que les articles suivants :

– “Comment assurer à tous une fin de vie digne en France ?“, l’Humanité, 3 novembre 2014, avec les points de vue de Damien Le Guay et de Jean-Claude Ameisen (président du comité consultatif national d’éthique).

– “Ouvrir ou non la voie de l’euthanasie, une lecture du rapport du CCNE par Emmanuel Hirsch (professeur d’éthique médicale, université Paris-Sud”, Huffington Post, 27 octobre 2014.

 

 

Modification et fabrication du vivant : regards critiques de chercheurs

g-dial1

 

 

 

 

 

Le cycle de rencontres Et si on en parlait autour du thème “Métamorphoses : Et l’Homme fabriqua le vivant” s’achève en cet automne 2014. Pour approfondir et analyser les savoirs et questionnements sur la modification / fabrication du vivant par la technologie, nous vous proposons une vidéo de contenus, interviews croisées de quatre chercheurs de haut niveau :

Corinne Dorel, Docteur en biologie, coordinatrice du projet “iGEM 2013 à LYON”, Département Biosciences de l’INSA de Lyon

François Képès, Docteur en biologie cellulaire, Genopole® / CNRS

Jean-Philippe Pierron, maître de conférence à la faculté de philosophie, Université Jean Moulin Lyon III

Jacques Testart, Docteur ès Sciences, Directeur de Recherche honoraire à l’I.N.S.E.R.M., agronome et biologiste, président de “Fondation sciences citoyennes”

 

 

Questions posées  :

10”> Les biotechnologies : de quoi s’agit-il ?

5’7”> Quels différences avec les sélections effectués jusqu’à présent ?

5’14”> Modification ou fabrication du vivant ?

 7’08”> Qu’est-ce que le principe de précaution ?

11’56”> Quels sont les risques et comment les réduire ?

16’00”> A qui  / à quoi ça sert ?

26’05”> Allons-nous transformer l’humain ?

31’12”> Quel est le rôle des scientifiques vis-à-vis des citoyens ?

 

Projection-débat “Frankenstein ou nos rêves d’immortalité”

Retours sur la soirée qui s’est déroulée le mardi 7 octobre au cinéma Le Zola, avec la participation de Vincent Giudice, biologiste spécialisé dans la recherche sur le cellules souches. Un article de Vincent Giudice.

 

Frankenstein

 « Frankenstein ou le Promethée moderne » a été publié en 1818 par Mary Shelley. Il y a presque 200 ans ! Pourtant ce livre de « fiction scientifique », comme le définit le professeur Jean-François Chassay (Université du Québec), est encore d’actualité. Aujourd’hui, dans l’imaginaire collectif, le monstre de Frankenstein est le symbole de la thérapie à base de cellules souches, de la modification génétique, de la greffe d’organes artificiels ou « bioficiels » et plus généralement de la « fabrication » d’une nouvelle vie…mais il alimente également la crainte vis à vis des transgressions éthiques possibles de la part des scientifiques sur des sujets tels que le clonage ou les cellules souches embryonnaires. Est-ce que la science a rééllement rejoint la fiction scientifique du début du 19ème siècle ? Quels sont les risques de dérives scientifiques et comment sont-ils limités ? Ces deux questions permettront de comprendre et nuancer le mythe de Frankenstein qui entoure encore aujourd’hui la recherche scientifique.

 

Aujourd’hui peut-on réparer le vivant ?

Dans le roman de Mary Shelley, Frankenstein fabrique un monstre en assemblant différentes parties de cadavres « choisies pour leur beauté » et en lui donnant la vie grâce à un courant électrique.

Concernant les greffes de différentes parties de corps humains, Mary Shelley était en avance sur son temps. En effet, la première greffe (une greffe de peau) a eu lieu en 1869 soit plus de 50 ans après la sortie du livre. Aujourd’hui la greffe d’organes prend de nouvelles directions avec les organes artificiels et « bioficiels », mais la thérapie cellulaire n’a pas dit son dernier mot.

Quotidiennement les chercheurs font des avancées spectaculaires dans ces deux domaines.

Dans le domaine de la thérapie cellulaire, l’utilisation des cellules souches semble prendre le dessus. Il existe différents types de cellules souches :

  • les cellules souches embryonnaires (ou cellules ES) qui correspondent aux premières cellules de l’embryon. Elles sont capables de se différencier dans toutes les différentes sortes de cellules (musculaires, digestives, neurones, cellules sanguines…) et donc potentiellement capables de réparer n’importe quel organe. Les cellules souches embryonnaires sont récupérées sur des embryons surnuméraires issus de fécondation in vitro. En 2006, le professeur Yamanaka a réussi à « fabriquer » des cellules ressemblant aux cellules souches embryonnaires à partir de cellules de peau. Ce sont des cellules iPS (induced pluripotent stem cells). Ces cellules iPS sont une alternative à l’utilisation des cellules ES au niveau thérapeutique.

(image infographie http://www.cortex-mag.net/wp-content/uploads/2014/05/infographie-cellules-iPS.jpg)

  • Les cellules souches adultes qui sont capables de se différencier uniquement en un type cellulaire précis. C’est notamment le cas des cellules souches hématopoïétiques qui se différencient uniquement en cellules sanguines.

 Cette année, des médecins japonnais ont lancé les premiers tests de traitement de la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge) grâce à des rétines produites à partir de cellules iPS de chaque patient.

 L’utilisation des cellules iPS se limite pour le moment à de la réparation tissulaire. Le problème actuel pour la fabrication d’organes à partir de ces cellules est la reconstruction en 3D de ces derniers. Pour pallier à cela, des scientifiques développent des techniques pour fabriquer des organes « bioficiels » grâce aux imprimantes 3D. Dans les années à venir, ils pourront ainsi façonner des organes fonctionnels morphologiquement adaptés à chaque personne.

https://www.dailymotion.com/video/x1np3sk_le-premier-coeur-bioficiel-dans-10-ans_news

 Enfin concernant les organes artificiels, une des avancées récentes les plus spectaculaires est la greffe du cœur artificiel de la société Carmat. D’autres organes artificiels sont en cours d’élaboration notamment un pancréas permettant une production contrôlée d’insuline.

 

Aujourd’hui peut-on redonner vie ?

Dans le livre de Mary Shelley, le professeur Frankenstein redonne vie à son monstre. Aujourd’hui la science ne permet pas cela. Néanmoins, dans une étude publiée en 2012, des scientifiques ont réussi à récupérer des cellules souches mésenchymateuses (un des différents types de cellules souches adultes) sur des cadavres et à recréer du cartilage, des os et de la graisse. On est cependant encore loin de pouvoir donner vie à un organisme entier.

 

Quels sont les risques de dérive scientifique aujourd’hui ?

 « Seuls ceux qui les ont éprouvées peuvent concevoir les séductions de la science. » Marie Shelley décrit ici parfaitement les sirènes qui attirent tous les scientifiques. Les lois de bio-éthiques ont été créées pour limiter les dérives notamment celle de 2004 qui réglemente l’utilisation des cellules souches embryonnaires et interdit le clonage humain pour la recherche scientifique en France.

Cependant dans les autres pays les lois sont quelque peu différentes. Récemment, trois équipes scientifiques indépendantes dont celle de Shoukhrat Mitalipov, située aux Etats-Unis, ont réussi à cloner un embryon humain. Il ne s’agit pour le moment que de clonage thérapeutique ; les embryons ne sont pas réimplantés et sont uniquement utilisés pour créer des lignées de cellules souches embryonnaires permettant par la suite d’effectuer de la thérapie cellulaire. Shoukhrat Mitalipov est d’ailleurs opposé à l’utilisation de sa méthode pour effectuer du clonage reproductif. L’équipe de Jacob Hanna, située en Israël, a quant à elle réussi à créer des souris contenant environ 10% de cellules humaines. A chaque fois, les équipes scientifiques ont arrêté le développement de ces embryons avant la naissance. Est-ce qu’un jour cette limitation éthique sera dépassée ? Pourrait-on imaginer un scénario comme celui du film « Splice » dans lequel les scientifiques repoussent à chaque fois la limite par curiosité ? La phrase de Marie Shelley prend ici tout son sens.

 

Notes :

Cet article fait suite à la soirée ciné-débat “« Frankenstein » ou nos rêves d’immortalité…” du 7 octobre 2014. Le cinéma de science fiction anticipe souvent des avancées scientifiques. Aujourd’hui de nombreus films sont plus ou moins rattrapés par la réalité. Voici quelques exemples :

–       Le film “The Island” traite le sujet délicat du clonage reproductif. Aujourd’hui les scientifiques se limitent au clonage thérapeutique et n’ont pas (encore ?) franchi la limite éthique qu’est le clonage reproductif.

–       “Jack et la mécanique du coeur” est un film d’animation dans lequel le héros se fait greffer un coeur mécanique.

–       Le médecin du film “La piel que habito” utilise la thérapie cellulaire pour créer une peau synthétique. 

 

Recueil de nouvelles “Gêne éthique” – INSA Lyon

 La piel que habitoMercredi 4 juin 2014, les étudiants en Bio-informatique et Modélisation à l’Institut National des Sciences Appliquées (INSA – département Biosciences) ont proposé une lecture de nouvelles écrites à l’occasion de leurs enseignements en éthique et sciences humaines. Cette lecture a été notamment proposée dans le cadre des rencontres Et si on en parlait autour du thème Métamorphoses : Et l’Homme fabriqua le vivant.

 

“Lorsque l’on parle de science ou de technologie, on a tendance à séparer ce qui relève de la rationalité de ce qui relève du monde de l’imaginaire. Or, un des objectifs poursuivis par les enseignements de ce module “Ethique et sciences humaines” (à l’INSA) est de faire le lien entre la fiction, l’imagination et les biotechnologies. En d’autres termes, il s’agit simplement de comprendre notre monde en faisant un détour par l’imaginaire, “constitué des représentations que les humains se sont faites de la nature, de l’origine de l’univers et des êtres qui l’entourent” (Godelier, 2006). Pour cela, les étudiants ont tout d’abord travaillé sur les représentations et les imaginaires des biotechnologies véhiculés par des fictions cinématographiques. Par sous-groupes, les étudiants ont exploré six thèmes qu’ils ont mis en débat avec la classe : mutation/évolution, immortalité/fin des maladie, contagion/contamination, figure de l’ingénieur ou du scientifique, apocalypse et enfin sur-Homme / Homme augmenté. […] Le regard que les étudiants ont posé sur ces fictions et sur ce qu’elles véhiculent a fait émerger un grand nombre de questions.” *

Ce travail de réflexion et d’écriture a été encadré par Marianne Chouteau, enseignante à l’INSA et Davyd Chaumard, auteur et metteur en scène de théâtre (Compagnie Marche au Vol). Nous vous invitons à le découvrir tant pour la qualité de ses contenus que de leur créativité.

Télécharger le recueil : Recueil Gêne éthique

Visionner des extraits de la pièce et des échanges avec les étudiants :


 

* Propos issus de la préface du recueil, par Marianne Chouteau.

Fabriquer le vivant : est-ce notre avenir ? Podcast de la soirée-débat

Dans le cadre du cycle 2 Métamorphoses “Et l’Homme fabriqua le vivant”, une soirée-débat a eu lieu le jeudi 5 juin 2014, au Ninkasi Kao de Gerland.

Cette soirée-débat Et si on en parlait s’est croisée une nouvelle fois avec les rencontres du CNRS Parlons-en, partenaire visant la même ambition de créer la rencontre entre chercheurs et grand public, autour de sujet de science en société. Le média Lyon capitale s’est également joint à l’animation de ce débat et de sa diffusion.

fabriquer_vivant

 

Fabriquer le vivant : est-ce notre avenir ? Une controverse vive…

 Implants neuronaux contre Alzheimer ou Parkinson, nouveaux plastiques issus de bactéries, virus modifiés pour réparer des gènes, viande de bœuf produite à partir de cellules souches… Ces prouesses visent avant tout à réparer le corps mais aussi à compenser les conséquences de la crise écologique en modifiant et créant de nouveaux organismes vivants. Comment pouvons-nous comprendre les bénéfices et risques en jeu, face à la complexité et la rapidité de ces développements ? Comment décrypter les discours idéologiques de chaque « prise de parti » et envisager, ensemble, l’orientation de notre recherche scientifique pour la société actuelle et future ?

Ces questions ont été débattues avec les intervenants suivants :

► Marie-Hélène Parizeau, philosophe, spécialiste des biotechnologies et de l’éthique des sciences, Université Laval, Québec

► Marc Lévêque, neurochirurgien, spécialiste de la stimulation cérébrale profonde, CHU Pitié-Salpêtrière


► Philippe Marlière, conseiller du Directeur des sciences du vivant du CEA pour la biologie synthétique ; cofondateur de l’entreprise Global Bioenergies pour des alternatives au pétrole
La soirée a été animée avec le concours de Raphaël Ruffier-Fossoul rédacteur en chef du magazine Lyon Capitale et Sébastien Buthion responsable de la communication au CNRS Région Rhône-Auvergne

 

Pour écouter ou ré-écouter ce débat, consulter le podcast !

Podcast “fabriquer le vivant : est-ce notre avenir?”

 

Suite à cette soirée, deux articles ont été rédigés : l’un par Lyon capitale synthétisant les contenus du débat (consultable ici : article_Lyoncapitale_fabriquervivant) et l’autre par le collectif contestataire Pièces et Main d’oeuvre (à consulter sur leur site web).