Articles, sites et vidéos à consulter sur le déterminisme

 

Pour aller plus loin sur la thématique “Cerveau, sexe, gènes, sommes-nous vraiment programmés?”, nous vous proposons cette petite sélection (non exhaustive) d’articles, sites web et vidéos à consulter.

Vous pouvez consulter aussi le billet “Naturalisation des comportements : revue de presse”, qui répertorie une série d’articles faisant référence aux origines biologiques de nos comportements.

 

SUR L’ENFANCE, L’ÉDUCATION ET LA PRÉVENTION DE LA DELINQUANCE

Vous pouvez consulter le rapport de l’INSERM “Trouble des conduites chez l’enfant et l’adolescent” (INSERM, 2005), téléchargeable en ligne.

Pour rappel, la publication de ce rapport a suscité de vives controverses et conduit notamment à la création en 2006 du collectif « Pas de 0 de conduite pour les enfants de 3 ans », à l’initiative d’une dizaine de praticiens, critiques par rapport au contenu de ce rapport et aux projets de prévention de la délinquance alors mis en avant par le gouvernement.

De nombreux contenus et prises de position peuvent être consultés en ligne sur le site du collectif, notamment :

Nous vous conseillons également la lecture des articles, vidéos ou ouvrages suivants :

  • Catherine Vidal et Sylviane Giampino, Nos enfants sous haute surveillance, août 2009, Albin Michel, 17.25€ : Sous couvert de prévention, dès la crèche et la maternelle, tests et dépistages se multiplient. Le regard que porte notre société sur l’enfance en est bouleversé. Pour Sylviane Giampino et Catherine Vidal, rien n’est jamais figé ni dans la personnalité ni dans le cerveau.
  • « L’enfance sous contrôle », documentaire de Marie-Pierre Jaury, coproduit par Arte France, Point du Jour, Intuitive Pictures, Société Radio-Canada et CNRS Images (France, 2009, 52 mn). « En Europe, aux États-Unis, au Canada, la recherche s’emploie à trouver des origines psychiatriques, neurologiques ou génétiques à la violence de certains jeunes, et préconise un dépistage toujours plus précoce. La délinquance est-elle une maladie ? La science et la médecine peuvent-elles répondre à des questions qui hier encore, relevaient de l’éducatif et du social ? »

 

SUR LES DIFFÉRENCES HOMMES/ FEMMES :

A visionner : une interview de Catherine Vidal sur le thème « Le cerveau a-t-il un sexe ? » (Catherine Vidal est neurobiologiste et directrice de recherche à l’Institut Pasteur).

A lire en ligne :

Un bon ouvrage pour faire le tour du sujet : Cerveau sexe et pouvoir, Catherine Vidal et Dorothée Benoit-Browaeys. Avant-propos de Maurice Godelier. Collection Regards, Editions Belin, 2005


GENETIQUE

Inné ou acquis ? Par Ernst Peter Fischer, à lire sur le site d’Arte (2007) : Sommes-nous le produit de nos gènes ou de l’environnement ? La réponse varie selon l’époque. Professeur d’histoire des sciences à l’université de Constance, Ernst Peter Fischer brosse l’évolution mouvementée des théories de l’inné et de l’acquis.

A la recherche de l’enfant parfait – Ce que la génétique doit à l’eugénisme, Emilie Guyonnet, Le Monde Diplomatique, juin 2009

 

NEUROSCIENCES

Le cerveau évolue-t-il au cours de la vie ?, Catherine Vidal, Les Petites Pommes du savoir n° 118, Editions Le Pommier, 4,60€ – « Une des découvertes les plus étonnantes est la capacité d’adaptation du cerveau aux événements de la vie. On parle de plasticité pour qualifier cette propriété du cerveau à se modeler en fonction de l’expérience vécue, et même à se réparer en cas d’accident ou de maladie ! »

Sur les usages et mésusages des neurosciences, et notamment leur utilisation au tribunal :

« Le cerveau des pédophiles à livre ouvert », Sandrine Cabut, Le Monde, 8 octobre 2011

 

Nathalie FABRE

 

un éthologue se demande si le genre n’explique pas également le comportement mâle versus femelle chez d’autres espèces animales.

Naturalisation des comportements : Revue de presse

 

D’importants efforts sont fournis, pour identifier des prédispositions et des facteurs de risques génétiques, et repérer les bases neuronales de nos comportements. Ces études sont parfois reprises de manière assez approximative, véhiculant l’idée que tout ce que nous sommes serait prédéterminé biologiquement. Il y aurait ainsi un « gène du tueur » et un « cerveau du pédophile », des raccourcis sans réelle validité scientifique, mais qui ont pourtant la peau dure dans nos représentations.

En voici quelques exemples à retrouver en ligne :

 « La sympathie et la confiance en soi sont en partie génétiques » (revue web Slate, 16 novembre 2011)

« Le cerveau des pédophiles à livre ouvert » (Sandrine Cabut, Le Monde, 8 octobre 2011)

 « Maigreur et obésité : les mêmes gènes sont en cause » (Science et Avenir, 1er septembre 2011)

« Les émeutiers ont, dans le cerveau, des concentrations plus faibles en GABA, une substance qui garde les comportements impulsifs sous contrôle » (Le Daily Mail, 9 août 2011)

« Un gène responsable de l’infidélité et des coups d’un soir ? » (revue web Slate, 2 décembre 2010)

« Le cerveau des femmes, plus actif que celui des hommes » (Charlotte Menegaux, LeFigaro.fr, 18 novembre 2010)

« Un gène contre l’alcoolisme » (L’express.fr, 22 octobre 2010)

« On naît homosexuel, on ne choisit pas de l’être » (AFP, 4 février 2010)

« Le cerveau, cause de la délinquance ? » (AFP repris par LeFigaro.fr, 16 novembre 2009)

« Le “gène de Dieu” : révélation ou hérésie ? » (Rue 89, 24 mai 2007)

« Les femmes ne sont pas les clones des hommes », Entretien avec la psychologue Susan Pinker, « Sciences humaines, dossier sur le post-féminisme, avril 2011

« Il faut sauver les garçons », Entretien de Sophie Roquel avec le pédopsychiatre Stéphane Clerget (Le Figaro Magazine, 20 et 21 août 2011) : Stéphane Clerget y explique notamment que les tendances à l’introspection chez les filles et à la projection chez les garçons seraient liées aux formes différentiées de leurs organes génitaux.    

 

Nathalie FABRE

Vidéos des cafés “sciences et images” sur le déterminisme

Retour en images et sons sur les cafés consacrés à la thématique “Cerveau, sexe, gènes… sommes-nous vraiment programmés ?” (automne 2011). Pour retrouver le détail de ces cafés, cliquer ici.

Ces vidéos ont été diffusées pendant la soirée-débat du 6 décembre 2011 et sont aujourd’hui consultables en ligne, sur notre chaîne You Tube.

Vidéo 1 : “Sommes-nous vraiment programmés ?”, de quoi parle-t-on ? (retours sur l’idée de déterminismes)

Vidéo 2 : Impacts et enjeux du déterminisme social et biologique, dans notre société

Génétique : réalités et inquiétudes

(ATTENTION : les bandes-sons ne fonctionnent pas sur certaines version du navigateur Firefox)

Le 23 novembre 2011, l’Université de Lyon proposait dans le cadre des rencontres « Et si on en parlait », un café « sciences et images » sur le thème « Addictions, sexualité, obésité… Une affaire de gènes ? ». Animée par Frédéric Flamant, biologiste à l’Institut de Génomique Fonctionnelle de Lyon (IGFL – ENS Lyon) et Marion Le Bidan, doctorante en philosophie (Université Lyon 3), la rencontre a permis de mieux comprendre la part d’influence de nos gènes sur nos comportements et notre identité. Les intervenants ont également abordé les risques de déformation des connaissances scientifiques par les médias, les politiques…  au profit d’une vision « fataliste »  et un peu simpliste de l’humain.

 

 

En science, il n’existe pas « un gène de… »

Pour bien comprendre le fonctionnement de nos quelques 22 000 gènes, un préambule technique et historique s’imposait.

Le biologiste rappelle que le gène est un « fragment de molécule d’ADN », porté par le chromosome dans nos cellules. Il est composé d’une « séquence de nucléotides », soit de quatre sortes de molécules organiques : les fameuses lettres AGTC (pour adénine, guanine, thymine et cytosine). En modifiant cette séquence, on peut faire muter le gène et déterminer ainsi sa fonction exacte.

Il s’agit ensuite de comprendre les lois sur la transmission des caractères héréditaires : les lois de Mendel. Découvertes en 1865 par l’Autrichien Johann Gregor Mendel,  ces lois constituent la base de la génétique moderne.  Elles permettent notamment d’expliciter un élément fondamental : les allèles. « Les allèles sont les différentes versions des gènes », précise Frédéric Flamant.

Chaque gène est donc représenté par deux allèles, qui peuvent être  dominants ou récessifs. On  appelle « dominants » les allèles qui s’expriment et ont une influence sur l’ensemble des caractéristiques observables d’un individu : apparence physique, fonctionnement physiologique, comportement etc.  Soit le phénotype, en langage scientifique.

Ainsi, deux individus peuvent avoir le même gène, mais si leurs allèles ne s’expriment pas de la même façon – ils n’ont pas les mêmes allèles dominants – alors ces individus seront différents. En ce sens, « l’aspect des gens ne nous renseigne pas directement sur leur patrimoine génétique ».

Frédéric Flamant brosse le portrait des recherches en génétique. Il souligne l’impossibilité de reproduire des expériences visant à découvrir un « gène de l’alcoolisme » ou un « gène de la taille », du fait de la complexité de notre patrimoine génétique. Il passe enfin en revue l’évolution d’une génétique moléculaire à une génétique génomique – qui étudie l’ensemble des gènes – les premières expériences de séquençage du génome humain (1) et leur importante marge d’erreur malgré un coût exorbitant (3 milliards de dollars pour décrypter 3 milliards de nucléotides !). Pour le biologiste, il est temps d’entamer le débat avec le public.

 

La génétique ne permet pas de prédire nos actions ou modes de vie

Qui dit génétique dit déterminisme biologique. Mais qu’est-ce que le déterminisme ? « Un concept compliqué », selon Frédéric Flamant, qui suppose que les gènes indiquent une direction. Toutefois, la variabilité de l’espèce humaine et animale – soit le fait qu’ « il n’existe pas dans le monde vivant deux individus [ou animaux] rigoureusement identiques » – ne permet pas de prouver que la présence de tel gène induise tel comportement ou aspect  physique. Car, « la reproduction n’est pas parfaitement conforme. [Si elle l’était], tous les organismes appartenant à une même lignée, c’est-à-dire descendant d’un même parent, seraient identiques entre eux et identiques à leur ascendant commun » (2).

« Ce n’est toujours qu’a posteriori qu’on pourra éventuellement expliquer un comportement ou un état mental par notre génotype », renchérit Marion Le Bidan. Et non l’inverse. De même pour les traits physiques : une fois adulte, on se reconnaît dans nos photos d’enfant. Pourtant, personne n’aurait pu prévoir notre apparence d’adulte, insiste le biologiste. La génétique ne permettant pas de prédire nos actions ou modes de vie, on ne peut évoquer que des prédispositions ou facteurs de risques, soit « des concepts très flous ». Pour bien se faire comprendre, Frédéric Flamant compare génétique et météo :

De son côté, la philosophe souligne qu’avant de parler de déterminisme, on parlait d’hérédité. Une notion qui a conduit, à certaines périodes, à des politiques radicales qui choquent avec le recul de l’histoire. Par exemple, les États-Unis ont, dans certains États, mené des politiques de stérilisation forcée des « faibles d’esprit », au début du XXe siècle (3). A l’époque, on croyait en effet que ce qui était héréditaire venait « de l’intérieur » (sans encore utiliser le concept de gènes), et que l’on pourrait « améliorer biologiquement » la population. Ces théories eugénistes ont conduit à vouloir empêcher les arriérés mentaux de se reproduire. Or, l’expérience a démontré que l’arriération mentale n’était que très rarement héréditaire. De telles politiques eugénistes  ont toutefois été menées dans d’autres pays à la même époque et systématisées par l’Allemagne nazie à partir  de 1933. L’histoire du XXe siècle rend cruciale la compréhension des enjeux et  la diffusion des connaissances  scientifiques.

Pour mieux comprendre, Marion Le Bidan revient sur la différence entre déterminisme et fatalité :

 

« Distinguer les études sérieuses »

Après un détour par les applications et dérives  de la génétique – médecine préventive, diagnostics permettant aux assurances américaines de trier leurs clients selon leurs facteurs de risques, eugénisme … – Marion Le Bidan propose au public d’étudier des coupures de presse afin de comprendre comment les journalistes rendent compte des découvertes scientifiques.  Force est de constater que titres accrocheurs et révélations tentent souvent de pallier le manque de contenu scientifique. « Quand il s’agit de génétique, le langage des médias est soit très flou, soit catégorique et donc scientifiquement faux », analyse la philosophe. Pour sa part, Frédéric Flamant rappelle que dans tous les cas, on ne peut se fier aux résultats d’une seule étude.

Les études scientifiques peuvent  d’ailleurs être sujettes à caution. Car, comme le pointe le biologiste, leurs résultats et leur publication dépendent parfois de leurs sources de financement ou des éventuels conflits d’intérêts des signataires. La trentaine de participants déplore cette opacité et s’inquiète de cette tendance à vouloir trouver une explication biologique à chacun de nos comportements : obésité, alcoolisme, pédophilie, civisme, homosexualité…  Quid des facteurs sociaux ou environnementaux ?

« En rendant biologiques les causes des comportements déviants, les pouvoirs publics auraient une bonne raison de ne plus s’impliquer dans le financement de programmes d’aide. II faut distinguer les études sérieuses et ne pas confondre corrélation et causalité  (4)», insiste Marion Le Bidan. Porteuse d’espoir, la génétique soulève bien des questions d’éthique. A la société et aux instances représentatives de fixer des cadres aux chercheurs. Citoyens également, ces  derniers se doivent d’expliquer leurs travaux et d’entreprendre un travail de médiation auprès du grand public. Un défi réussi par Marion Le Bidan et Frédéric Flamant ce soir-là.

Coraline BERTRAND

 

(1)        Le génome est l’ensemble du matériel génétique, c’est-à-dire des molécules d’ADN, d’une cellule. Plus d’infos.

(2)        Marion Le Bidan a raconté l’histoire de Carrie Buck, première « faible d’esprit » stérilisée de force dans l’Etat de Virginie. Sa plainte a conduit à un arrêt de la Cour Suprême : Buck vs Bell. Plus d’infos (en anglais).

(3)        « (…) deux événements peuvent être corrélés (reliés) sans pour autant avoir des rapports de cause à effet. Par exemple, on ne meurt pas plus parce qu’on est dans un lit d’hôpital, mais on y est parce qu’on est malade, et quand on est malade la probabilité de mourir est plus grande. Il en va ainsi des corrélations délinquance et origine ethnique : même à supposer qu’elles soient vraies, elles ne démontrent pas le rapport de cause à effet ; il peut se faire que la pauvreté, voire la détresse, soient liées à des discriminations ethniques, c’est alors cette misère qui est une cause possible de délinquance. »  Hubert Krivine, maître de conférences honoraire à l’université Pierre-et-Marie-Curie. Plus d’infos.

Café “Sciences et Images” sur la thématique “Enfance et violence”

Enfance et violence : peut-on prédire et prévenir les comportements ?

Samedi 26 novembre de 14h à 17h, avec Roman Pétrouchine, psychiatre (Docteur de la faculté de médecine de Lyon ; praticien pour enfants et adolescents à Aulnay-sous-Bois)

Le 12 octobre 2011, le Ministère de l’éducation nationale a présenté un projet de lutte précoce contre l’échec scolaire. Un dispositif d’aide à l’évaluation des acquis en fin de maternelle a été proposé, pour repérer les enfants de cinq ans susceptibles de rencontrer des difficultés. Le protocole, qui inclut une évaluation du comportement à l’école, conduit à classer les enfants en trois catégories : « rien à signaler », « à risque » ou « à haut risque ».

Cette approche a fait l’objet de critiques : elle rappelle le projet de dépistage des troubles du comportement dès trois ans, qui avait été proposé en novembre 2010. Ou encore l’expertise de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) sur le « trouble des conduites chez l’enfant et l’adolescent » : dans son rapport de 2005, l’INSERM pointait un lien entre le trouble du comportement et la délinquance, considérés comme l’expression d’une même pathologie.

En arrière-plan de ces discours, on retrouve la même idée : celle d’un parcours-type du jeune délinquant (ou du jeune en situation d’échec scolaire) depuis la petite enfance. Si « tout est joué à trois ans » ou à cinq, alors il s’agit de repérer les enfants potentiellement à risque pour leur apporter un suivi adapté et prévenir les éventuels problèmes. Sur la base de ce raisonnement, les explications politiques et sociales des problèmes ne risquent-elles pas d’être délaissées, au profit d’explications exclusivement médicales, appelant des réponses médicalisées ?

Le documentaire « Enfance sous contrôle » a été projeté au cours de cet atelier. Les échanges avec le psychiatre Roman Pétrouchine ont ensuite permis de faire le point sur les différents courants de la psychiatrie, questionner le regard que notre société porte sur ses enfants et réfléchir aux enjeux d’une « détection » des comportements « hors normes ».

Pour lire un article plus complet sur ce café, cliquer ici.

Café “Sciences et Images” sur la génétique

“Addictions, sexualité, obésité… Une affaire de gènes ?”

Mercredi 23 novembre de 19h à 21h, avec Frédéric Flamant, généticien (IGFL) et Marion Le Bidan, doctorante en philosophie (Université Jean-Moulin Lyon 3)

Au 19ème siècle, des scientifiques se sont intéressés aux bosses et protubérances du crâne, censées refléter les dispositions intellectuelles et morales des individus. On pensait alors qu’il existait une « bosse des maths », une « bosse du commerce », voire une bosse du vagabondage et de la criminalité !

Au début du 20ème siècle, les lois de Mendel sur la transmission des gènes chez les végétaux sont reprises et transposées aux comportements humains. Des études sont alors publiées sur les déficiences intellectuelles, l’alcoolisme, la criminalité, la prostitution… considérés comme autant de « maladies héréditaires » trouvant leur fondement dans des caractères biologiques (les gènes), transmissibles de génération en génération. Aux Etats-Unis et en Europe, ces recherches ont justifié de nombreuses stérilisations forcées, présentées comme une façon de lutter contre ces « maladies ».

Aujourd’hui, nos connaissances et techniques scientifiques ont largement évolué et gagné en complexité. Des efforts considérables sont menés pour mieux comprendre notre fonctionnement biologique et par exemple soigner certaines maladies génétiques : trisomie 21, mucoviscidose… 

Cet atelier a permis de présenter l’évolution de la génétique, pour faire le point sur nos connaissances scientifiques et sur les discours qui les accompagnent : les addictions, l’orientation sexuelle, l’obésité, la violence… sont-elles causées par nos gènes, indépendamment de tout facteur social, culturel ou comportemental ? Pourquoi les conceptions privilégiant les facteurs biologiques sont-elles souvent privilégiées, au risque de proposer une vision schématique de l’humain ? Sommes-nous à l’abri de dérives sociales, qui utiliseraient de nouveau la science comme caution ?

Pour lire un article plus complet sur ce sujet et ce café, cliquer ici.

Pour retrouver les autres cafés “Sciences et Images” consacrés au déterminisme, cliquer ici.