Exilé en sursis.

Comprendre les phénomènes migratoires contemporains, c’est également s’intéresser aux parcours, au rapport à l’espace et aux circulations des exilés dans nos villes. Une nouvelle lecture de nos espaces quotidiens s’offre alors à nous – et nous permet de mieux comprendre la lourde réalité de l’ultime étape du parcours souvent périlleux des migrants.

A l’arrivée, il faut nouer des relations, s’informer, survivre, se déplacer, tuer l’ennui … en même temps que l’administration publique acte une destinée : légal ou illégal … recevable ou irrecevable … ?

Autant d’étapes et de réalités auxquelles de nombreuses personnes sont confrontées chaque jour et depuis très longtemps.
Continuer la lecture de « Exilé en sursis. »

Marionnettes, automates et robots : miroirs de l’Homme ?

Retour sur la journée d’étude du 12 octobre 2013, organisée par la mission Science et Société de l’Université de Lyon et les musées Gadagne.

Dans le cadre du cycle Métamorphoses #1 : de l’Homme augmenté au robot humanoïde, le dispositif Et si on en parlait organisait une journée d’étude proposant trois conférences-débats sur le thème des automates, suivies d’échanges avec le public ainsi qu’une visite d’exposition.

Réunis aux musées Gadagne, huit experts invités étaient ainsi venus nous présenter les origines culturelles, sociales et spirituelles dans lesquelles s’enracinent nos relations aux marionnettes, automates et robots créés à notre ressemblance.

Retrouvez ici la programmation :
Programme_12octGadagne_p1            Programme_12octGadagne_p2

Au programme de cette journée d’étude se sont tenues trois grandes conférences ayant pour thème :

    • Quelles relations entretenons-nous avec nos objets techniques ?
    • Quelle place joue l’anthropomorphisme dans notre attachement aux robots ?
    • Comment la création artistique questionne-t-elle nos relations aux robots et aux êtres humanoïdes ?

 

Lisez l’article de synthèse de la rencontre CR_marionnettes_robots_ACharvet

 

Retrouvez ci-dessous les enregistrements audio des interventions (dans l’ordre du programme) :

ATTENTION : les bandes-sons ne sont pas audibles avec certaines versions du navigateur Firefox. Veuillez dans ce cas changer de navigateur.

  • Naly Gérard, journaliste culturelle.

 

  • Gilles Montègre, historien des sciences.

 

  • Emmanuel Grimaud, anthropologue.

Intervention 1 :

Intervention 2 :

 

  • Jean-Gabriel Ganascia, chercheur en intelligence artificielle et sciences cognitives.

 

  • Roland Auzet, metteur en scène, directeur de théâtre.

 

  • Lucile Haute, plasticienne, performeuse et chercheuse.

 

(Les interventions de Jean-François Ballay et celle d’Agnès Giard ne sont pas disponibles).

Une rencontre animée par Béatrice Korc, anciennement responsable du Service Science et Société de l’Université de Lyon ; organisée par Pauline Lachappelle, médiatrice à l’Université de Lyon, et Adeline Charvet, journaliste.

Les inondations en Rhône-Alpes: quels souvenirs pour quelles anticipations ?

 

Dans le cadre des rencontres Et si on en parlait, l’Université de Lyon organisait le 13 octobre 2012 une balade urbaine pour faire découvrir Lyon sous les eaux, discuter des risques d’inondations et débattre des modalités de prévention. Retours sur cette balade par S. Oswald, doctorante en Communication à l’ENS Lyon au C2SO (1).

 

Sous les effets des changements climatiques, les scientifiques envisagent une recrudescence et/ou une intensification des « évènements climatiques extrêmes » : inondations, tempêtes, vagues de froid ou de chaleur, etc. On estime aujourd’hui que 45% des communes rhônalpines sont exposées aux risques d’inondations.  La situation n’est pas nouvelle et la ville de Lyon conserve des traces –parfois infimes– des grandes inondations passées. Quelle mémoire gardons-nous des grandes crues du Rhône et de la Saône aux 19ème et 20ème siècles ? Quels sont les enjeux liés à cette mémoire, pour la transmission de la culture des risques auprès des habitants ? Et pour les pouvoirs publics qui doivent anticiper d’éventuelles futures catastrophes ?

ATTENTION : les bandes-sons ne sont pas audibles avec certaines versions du navigateur Firefox; auquel cas veuillez changer de navigateur.

Les inondations lyonnaises aux 19ème et 20ème siècles : entre mémoire et oubli

 Au 15ème siècle Lyon subit un double tournant historique : urbain avec les foires lyonnaises entraînant un développement démographique et infrastructurel important ; climatique avec « le petit âge glaciaire » durant lequel l’instabilité climatique était notable. Les premiers endiguements côté Saône datent de cette époque, avec la création du plan Perrache. Puis, au 16ème siècle, la digue des Brotteaux est construite.

Ces aménagements ne suffiront malheureusement pas à protéger Lyon des deux grandes crues de 1840 et 1856. En 1840, la digue des Brotteaux cède, entraînant un déferlement impressionnant qui traversa toute la Presqu’île. Le quartier de Vaise par exemple sera englouti sous près de 4 mètres d’eau. Une deuxième crue –encore plus importante- suivra en 1856, générant un traumatisme psychologique et une prise de conscience de la vulnérabilité de la ville.

 

Mentionner cette prise de conscience naissante c’est questionner le vécu des sinistrés. Quelle mémoire les sinistrés gardent-ils des inondations ? Elodie Levasseur, doctorante en psychologie sociale (au GREPS Université Lumière Lyon 2) se fait ici la porte-parole des sinistrés de 1980 (Haute Loire) et de 2008 (l’Arbresle), qu’elle a interviewés au cours de sa thèse.

Suite à l’inondation, deux attitudes sont caractéristiques :

– Le déni : on cherche à oublier ; la catastrophe est ici refoulée (même si des marques intimes peuvent être conservées dans l’espace privé, comme des marques de niveau dans les caves par exemple).

– L’acceptation : la mémoire est ici mieux conservée, on « vit avec » en développant éventuellement des aménagements spécifiques pour mieux s’adapter  (pièce de survie, mobilier « plastique » facile à nettoyer…).


Repenser l’urbanisme pour prévenir les risques : du Plan Kleitz au PPRI

La crue – très violente – de 1856, qui sert encore aujourd’hui de référence historique pour les politiques publiques de prévention, va pousser à se pencher plus sérieusement qu’en 1840 sur les dangers des crues.

En 1856, l’Etat met en place le plan Kleitz pour lutter contre les inondations. On élève les quais de 1 mètre au-dessus du niveau de la crue de 1856 ; on crée des digues de première urgence (celle « insubmersible » des Brotteaux, actuel bd L. Bonnevay et le quai-digue de la Tête d’Or), mais surtout des champs d’expansion des crues visant à protéger le coeur de l’agglomération. Ce plan s’efforce de protéger certes mais aussi et surtout de prévenir : il faut accepter que l’eau s’épande dans des zones périurbaines moins denses. Ceci ne se fit pas sans résistances de la part des territoires ainsi « sacrifiés » par les autorités.

 Ces aménagements ont eu pour conséquence de créer un faux sentiment de sécurité, alors que le risque lui-même reste bien réel.

Les cartes montrées lors de la balade par L. Marchand, chargée de mission de l’association Robin des Villes, sont parlantes : une grande partie de Lyon pourrait être exposée demain à une inondation. Le risque ne vient aujourd’hui plus tant des fleuves (inondations directes : crues du Rhône, de la Saône) que des réseaux souterrains : les inondations indirectes (la pluie remonte par capillarité). Cette information suscite intérêt et émoi et les participants se pressent pour connaître le niveau de risque auquel ils sont exposés.

 

 

 

 

 

 

 

A gauche: modélisation des risques de crues directes. A droite: modélisation des risques de crues indirectes (© Claire Combe)

 

Vers le développement d’une culture des risques avec le Plan de Prévention des Risques Inondation (PPRI)

Le PPRI poursuit les travaux d’aménagement du territoire et de prévention des risques engagés avec le Plan Kleitz. Il s’agit de réduire au maximum les risques d’aléas (inondations) et de dommages, à l’aide de nombreux outils réglementaires et techniques (modélisation informatique, digues, champs d’expansion des crues, etc.) Faute de données suffisantes, les changements climatiques ne sont pas pris en compte dans les politiques de préventions des risques liées aux fleuves, mais ils le sont par contre intégrés aux politiques sur le littoral.

Le PRRI inclut également un volet « Culture du risque », au travers duquel les pouvoirs publics s’efforcent de sensibiliser les populations et de les associer aux politiques de prévention.

Cette « culture du risque » comme expertise de situations de crise ne va pas de soi, tant la tentation d’oublier et de refouler peut être forte de la part des populations. Le discours des sinistrés recèle ainsi un « va et vient » entre une mise à distance (« c’est exceptionnel, ça n’arrivera plus ») et une remémoration angoissante du drame.

Quoi qu’il en soit, les transformations climatiques passées, présentes et futures montrent l’importance de la mémoire collective, de sa transmission et du respect de la souffrance individuelle liée à la catastrophe. Ceci pour plus de solidarité et plus de dialogue entre autorités politiques, scientifiques et populations sinistrées.

 

Séverine OSWALD

(1) Laboratoire C2SO : Communication, Culture et Société du Centre Norbert Elias (ENS Lyon / Institut Français de l’Education). La thèse de Séverine Oswald est financée par la Région Rhône-Alpes.
Logo_Région Rhône-Alpes
© Photos 1 et 2 : Sébastien Coupy/ Université de Lyon ; Modélisation des risques de crues : Claire Combes

A la rencontre de Julia Csergo, historienne de l’alimentation

 

 

© Julia Csergo

Comprendre comment nous mangeons. Savoir comment santé, hygiène et alimentation se combinent. Analyser ce que les gestes de notre quotidien disent de nous. Voici quelques-uns des sujets qui animent Julia Csergo, maître de conférences en histoire contemporaine à Lyon au Laboratoire d’Etudes Rurales (EA 3728-Usc INRA 2024).

Interview initialement publiée sur le site de l’Université de Lyon en janvier 2011.

Spécialiste d’histoire de l’alimentation, Julia Csergo place d’abord son travail dans une approche pluridisciplinaire. Ce n’est pas tout. Pour elle, la recherche est un acte social et nécessite un retour vers la sphère sociale. Son parcours le prouve : elle a, entre autres, été responsable scientifique, auprès du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, du dossier de candidature du repas gastronomique français au Patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO,  dossier qui a été reconnu en novembre 2010.


Pourquoi, aujourd’hui, avez-vous choisi de vous intéresser à l’histoire de l’alimentation ?

C’est un choix qui s’inscrit dans un parcours personnel en histoire contemporaine. Il s’explique à la fois par ma conception de la recherche et par ma formation pluridisciplinaire. Avant de m’intéresser à l’histoire de l’alimentation, et parallèlement à mon cursus en histoire, où j’ai eu l’immense chance d’être formée par des grands historiens tels que Vidal-Naquet, Roche, Leroy-Ladurie, Perrot, Aron, Flandrin, ou encore Corbin., j’ai suivi plusieurs formations : littérature, économie, anthropologie, histoire de l’art. J’ai même obtenu un DESS en « management culturel » ! J’ai soutenu un doctorat en histoire contemporaine sur l’hygiénisme au 19e siècle (les normes et les pratiques d’hygiène corporelle à Paris) qui a été nourri par toutes ces disciplines. D’emblée, cela m’a permis de m’intéresser aux « choses banales », aux choses du quotidien, à ces objets primordiaux qui laissent peu de traces dans les archives. J’avais en tête d’essayer de m’approcher des choses simples de la vie, de comprendre les mécanismes du quotidien et, par là-même, d’analyser ce qui touche aux pratiques sociales et culturelles, aux perceptions et aux sensibilités, dans la tradition de l’Ecole des Annales. Cet intérêt a constitué le fil rouge de mes recherches. Après ce doctorat, je me suis intéressée à l’histoire des loisirs et aux usages sociaux du temps libre. C’est donc à travers les loisirs, la santé et les représentations sociales, les imaginaires collectifs que j’ai appréhendé l’histoire de l’alimentation.
Est-ce un domaine qui existait déjà ?

A l’époque où j’ai commencé, l’histoire de l’alimentation était considérée comme un sujet peu académique, voire peu sérieux. Il y avait peu d’articles de référence en histoire contemporaine, mis à part le travail de Jean-Paul Aron, avec lequel j’ai fait ma thèse. Il n’y avait pas de réseaux de chercheurs non plus et encore moins de laboratoire dédié. C’était à la fois déroutant et passionnant. Je me suis retrouvée face à un vaste champ de recherche où tout était à construire. C’était très stimulant. L’histoire de l’alimentation est un objet total de recherche. Il nécessite que l’on convoque l’histoire, l’anthropologie, l’ethnologie, mais aussi la médecine, les sciences cognitives, la chimie, etc. On doit tenir compte des approches temporelles (quand ?) et culturelles (où ?). C’est très riche. De plus, l’histoire de l’alimentation présente une dimension supplémentaire ; celle de pouvoir apporter des réponses à une demande sociale forte vis-à-vis de laquelle le chercheur est amené à restituer les résultats de sa recherche. En effet, l’alimentation fait partie de notre quotidien et provoque chez chacun d’entre nous des interrogations. Ce retour vers la sphère sociale correspond totalement à ma façon d’envisager la recherche.
Quels sont, aujourd’hui, vos engagements en ce sens ?

J’ai toujours pensé que le chercheur avait un devoir de « vulgarisation », ne serait-ce que parce qu’il travaille avec des fonds publics. Je mène plusieurs actions classiques en ce sens : émissions de radio, participations à des conférences, rédaction d’articles etc. J’essaie aussi, dans des colloques ou des journées d’étude que j’organise, de favoriser les rencontres entre des disciplines de sciences humaines et de sciences dures, les échanges internationaux, mais aussi les rencontres transprofessionnelles chercheurs, acteurs territoriaux, économiques, etc. Dans le domaine de la recherche sur l’alimentation, notre rôle est primordial surtout en temps de crises (grippe aviaire, vache folle, montée de l’obésité) où la dramatisation médiatique est accrue. La connaissance historique peut contribuer à relativiser cette anxiété qui est toujours présente dans le corps social dès qu’il s’agit de l’acte de manger. Mais je souhaite également faire un lien avec la formation en la structurant pour qu’il y ait plus de cohérence avec la société. C’est ce que j’ai fait, par exemple, entre 2000 et 2002 lorsque j’ai été chargée de mission à la Direction de l’Enseignement Supérieur pour créer l’Institut européen de l’histoire et des cultures de l’alimentation à Tours. C’est ce même esprit qui m’avait animé quand j’avais occupé une chaire d’histoire culturelle de l’alimentation à l’école des arts culinaires d’Ecully, ou lorsque j’ai créé en 2008 une licence professionnelle sur la valorisation des produits alimentaires des territoires ruraux à Lyon 2.

 

Propos recueillis par Marianne Chouteau