Risques chimiques : un fort besoin de dialogue (2)

 

Le refus contemporain des risques en question

Retour en 3 billets sur le cycle de rencontres consacré à la chimie (2011). Les propos et avis rassemblés dans ces billets ont émané des différents temps d’ateliers et de débat.

Lire le 1er billet – Les risques au cœur des préoccupation des professionnels et des citoyens ?

Article initialement publié dans la revue L’actualité chimique – octobre/novembre 2012 – n°367-368


Plusieurs éléments d’explication ont été apportés tout au long des rencontres, pour éclairer les exigences accrues de sécurité de la part des citoyens et des professionnels. C’est surtout à partir des années 60 qu’a émergé une forte prise de conscience environnementale, avec notamment la publication en 1962 du Printemps silencieux de la biologiste Rachel Carson, premier livre sur les effets destructeurs de certains pesticides sur la faune. Les problèmes de pollutions et les accidents qui ont ponctué l’histoire de la chimie ont clairement contribué à entacher son image. Néanmoins, selon Laurence Lestel, chargée de recherche en histoire de la chimie [1] et intervenante lors de la soirée-débat, ce qui a vraiment changé, ce n’est pas tant la conscience des dangers que leur acceptation.

Les préoccupations sanitaires ont en effet émergé très tôt, avec une première question posée en 1804 à l’Institut de France, sur les effets des émanations nauséabondes des usines. Mais, au 19ème siècle, dans un contexte caractérisé par une forte pénibilité de la vie, les dangers étaient alors relativement bien acceptés eu égard aux bénéfices attendus. Les chapeliers, par exemple, manipulaient sciemment des nitrates de mercure toxiques pour feutrer les peaux de lapin, ce qui leur permettait de générer d’importants revenus. [2] Une telle situation ne serait plus acceptée aujourd’hui : l’éradication des crises alimentaires en Europe, l’augmentation de la durée de vie et la progression du confort ont conduit à une profonde évolution des exigences citoyennes.  « Les problématiques évoluent, deviennent de plus en plus fines et la société accepte de moins en moins les risques » (Laurence Lestel)

Le refus contemporain des risques pose question car, dans son projet même de ré-arranger la matière, la chimie inclut toujours une dimension prométhéenne : « la chimie crée son objet » [3] et cette faculté créatrice inclut toujours une part de risque. Les chercheurs ont d’ailleurs rappelé que, scientifiquement parlant, « le risque zéro n’existe pas » : compte tenu des moyens actuels d’investigation, l’innocuité des produits ne peut être garantie. Refuser tout risque impliquerait alors de se priver de toute innovation. De ce point de vue, l’attitude de certains consommateurs à l’affut de nouvelles innovations technologiques a été pointée comme manquant de cohérence.

Il semble donc important de pouvoir transmettre aux citoyens les outils, le savoir et la culture nécessaires à la construction d’une opinion avisée, afin de pouvoir appréhender au mieux les enjeux du débat dans toute leur complexité. De ce point de vue, la communication de l’industrie chimique gagnerait à être repensée : la nécessité de communiquer de manière positive et la « peur de la peur » des citoyens conduisent souvent les industriels à émettre des messages rassurants, qui ne laissent pas de place à l’incertitude. Souvent jugé insuffisant et partial, ce type de communication induit des effets contreproductifs. Il contribue à entretenir l’illusion d’un possible risque zéro, tout en suscitant des réactions de méfiance de la part des citoyens.

Pour apaiser les relations entre chimie et société, une meilleure connaissance et une plus grande transparence sur les risques liés aux produits chimiques semblent donc constituer un préalable indispensable. Des pistes ont été esquissées pour repenser la communication et ouvrir le dialogue entre chimie et société. Anne-Marie Leulan, professeur émérite de sociologie [4],  a par exemple proposé d’encourager le recours à l’art, à l’imaginaire et à la créativité, comme vecteurs efficaces pour apprivoiser les peurs réciproques.

Nathalie Fabre

[1] Laurence Lestel est chargée de recherche en histoire de la chimie (UMR Sisyphe 7619, Université Pierre et Marie Curie, Paris 6). 

[2] Consulter sur ce sujet les travaux d’André Guillerme, historien de la technique

[3] Marcelin Berthelot, La synthèse chimique, Alcan, Paris, 1860, p. 275

[4] Anne-Marie Leulan est professeur émérite de sociologie à l’Université Michel de Montaigne, Bordeaux III, et chargée de mission à l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS (ISCC). 

Risques chimiques : un fort besoin de dialogue (1)

 

Les risques au cœur des préoccupations des citoyens et des professionnels ? 

En 2011, l’Université de Lyon a consacré un cycle de dialogue et débat Et si on en parlait aux relations entre chimie et société. On constate aujourd’hui des exigences accrues de sécurité de la part tant des professionnels que des citoyens. Or, la chimie – dans son projet-même de ré-arranger la matière – inclut toujours une part de risque. Dès lors, comment décider de la part de risque socialement acceptable ? Face aux incertitudes qui accompagnent les développements de la chimie, un important besoin de dialogue se fait sentir, pour forger une culture commune des risques et fonder un nouveau pacte social entre chimie et société.

Retour en 3 billets sur ce cycle de rencontres consacré à la chimie. Les propos et avis rassemblés dans ces billets ont émané des différents temps d’ateliers et de débat.

Article initialement publié dans la revue L’actualité chimique – octobre/novembre 2012 – n°367-368

 

Premier constat : si la chimie suscite de la fascination, elle génère aussi beaucoup d’inquiétudes quant à ses effets possibles sur la santé et l’environnement. Les risques liés aux produits chimiques sont aujourd’hui très mal perçus et les efforts engagés pour sécuriser les procédés et réduire les impacts ont été largement discutés : réglementation REACh [1], évolution vers une chimie verte ou durable [2], intégration des problématiques environnementales dans les pratiques, etc.

Les professionnels ne sont pas en reste et, loin de tirer fierté de la manipulation de produits dangereux, la nouvelle génération de chimistes exige aujourd’hui davantage de sécurité, comme l’a souligné le professeur de chimie Marc Lemaire [3] lors de la soirée-débat. Il semble au demeurant que les risques diffus (pollutions, effets cancérigènes, perturbateurs endocriniens…) génèrent aujourd’hui davantage d’inquiétude que les risques industriels (Bhopal, AZF…). Une participante aux ateliers a ainsi souligné : « Il y quand même un risque […] bien présent, et tous les jours, c’est la pollution. On parle beaucoup du risque-danger et pas tellement du risque-pollution qui est quand même bien réel, que ce soit par l’odeur, par le sous-sol, par l’eau… »

Néanmoins, comme l’a rappelé Andrée Marquet, professeur émérite de chimie [4], l’attitude des citoyens à l’égard de la chimie est en réalité assez nuancée. Ce qui est ressorti en premier lieu d’une consultation réalisée auprès d’une cinquantaine de personnes [5], ce sont les interrogations sur la science chimique et le besoin d’informations de qualité. Même si les effets négatifs sont clairement pointés, le rôle de la chimie dans tous les domaines de la vie quotidienne est aussi bien reconnu. Cette remarque d’un enquêté témoigne de l’attitude ambivalente à l’égard de la chimie : « Comme Janus, la chimie a deux faces : elle suscite à la fois fascination et crainte ».

On retrouve cette même oscillation entre confiance et inquiétude, dans les perceptions des riverains des installations chimiques classées. Chercheur à l’ENTPE [6], Thierry Coanus a insisté sur la connaissance empirique de leur environnement qu’ont les résidents de la Vallée de la Chimie [7]. Cette connaissance est fondée sur des perceptions sensorielles extrêmement fines et les conduit à formuler – à tort ou à raison – des hypothèses interprétatives sur chaque changement ressenti. En particulier, l’enquête réalisée sur la relation des riverains à l’industrie chimique [8] a révélé l’importance de la dénégation et du recours à des « protections symboliques » ou à des « mistigris du risque » : on observe ainsi, chez certains riverains, une forme de « cécité paysagère », c’est-à-dire une tendance à refuser de voir et de penser les risques pour continuer à vivre en zone dangereuse. Selon le paysagiste Michel Corajoud [9], il faut massivement réimplanter du végétal pour rassurer la population. ‘Si un arbre peut pousser ici, je peux vivre là’, se diraient en somme les habitants. Une réaction qui traduit quelque chose d’important dans la relation des populations à la source du danger et qui est donc à prendre au sérieux, aussi dérisoire que cette attitude puisse paraître par rapport au savoir scientifique et technique. « Il n’y a pas d’irrationalité, il y a d’autres rationalités éventuellement, mais certainement pas d’irrationalité » (Thierry Coanus).

Nathalie FABRE

[1] REACh : règlement européen sur l’enregistrement, l’évaluation, l’autorisation et les restrictions des substances chimiques. Entré en vigueur le 1er juin 2007, REACh vise à assurer un niveau élevé de protection de la santé humaine et de l’environnement contre les risques que peuvent poser les produits chimiques.

[2] Chimie verte (ou chimie durable) : termes désignant, de manière large, une chimie inscrite dans une perspective de développement durable. Chimie dépolluante, démarches d’écoconception, nouveaux procédés chimiques plus respectueux de l’environnement… font partie de la chimie verte.

[3] Marc Lemaire est professeur de chimie à l’Institut de Chimie et Biochimie Moléculaires et Supramoléculaires (UMR5246, Université Claude Bernard Lyon 1). 

[4] Andrée Marquet est professeur émérite de chimie organique et chimie biologique à l’Université Paris VI. 

[5] Enquête « Chimie et société : quel dialogue ? » réalisée par l’association Culture et Liberté, pour la commission Chimie et Société de la Maison de la Chimie en 2010.

[6] Thierry Coanus et François Duchêne sont chercheurs au Laboratoire de Recherches Interdisciplinaires Ville, Espace, Société (RIVES), à l’Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat (ENTPE).

[7] Implantée au Sud de Lyon, la Vallée de la Chimie abrite, sur une superficie d’environ 800 hectares, 14 établissements chimiques, pétrochimiques et pétroliers, classés SEVESO seuil haut, 3 centres de recherche, dépendants d’Arkema, de Rhodia et de l’Institut Français du Pétrole, ainsi que les technopôles de l’Ecole Normale Supérieure et de l’Université Claude Bernard Lyon 1.

[8] Coanus Thierry, Duchêne François, Martinais Emmanuel, « L’industrie chimique et ses riverains : une relation ambivalente. Le cas de la grande région lyonnaise », Responsabilité & Environnement n°48, Annales des mines, 2007, p. 68-76

[9] www.corajoud.com