« Cancer : prévenir , traiter et vivre avec  » : la programmation

image esope10 carré

La lutte contre le cancer est en France et à travers le monde occidental une cause majeure, à la fois gouvernementale, médicale et scientifique. Cette maladie, ou pourrions-nous dire « ces maladies » tant le cancer recouvre une pluralité de maux sanitaires et sociaux, revêt une image de fléau contemporain difficile à vaincre.

Néanmoins la recherche avance pour comprendre la « cancérisation », s’intéressant à la fois à des facteurs internes (génétiques, hormonaux…), ainsi qu’externes ou environnementaux (virus, alimentation, irradiations…). Il s’agit également d’améliorer le dépistage et les traitements, et bien en amont de renforcer la prévention à travers la promotion d’une alimentation saine, de l’activité physique, comme à travers la lutte contre l’obésité, le tabac, l’alcool, ou encore les inégalités sociales. Des questions plus polémiques restent ouvertes concernant des facteurs externes comme l’amiante, les pesticides, les nanomatériaux, etc., et les contextes sociétaux qui les génèrent.

Si le temps de la recherche est long, celui de la maladie correspond à l’urgence de vivre, dans les conditions les plus dignes. Dans ce contexte, la relation entre soignants, patients et proches, s’avère précieuse. Les patients deviennent experts, à la fois récepteurs du traitement, et producteurs de savoirs pour l’optimiser. C’est probablement là une démarche nécessaire pour faire avancer la science, afin qu’elle puisse servir au plus près les citoyens.

A Lyon, la recherche scientifique s’inscrit dans l’excellence mondiale en cancérologie.
Les centres de soin sont désormais directement liés aux pôles de recherche, et nous disposons de spécialistes parmi les plus renommés.

Conférences, tables-rondes, visites de labos, film, spectacle et exposition… composent ce cycle Et si on en parlait, permettant au public concerné par la maladie, expert ou simplement sensible à ce sujet notoire, d’échanger directement avec ces scientifiques.

Découvrez  « Et si on en parlait » sur le site web de l’Université de Lyon.

Téléchargez le programme au format pdf ou consultez la liste détaillée et les formulaires d’inscription de ses prochains rendez-vous sur la page du cycle « cancer : prévenir, vivre avec et guérir »

 

Messagers du climat : podcasts des conférences

DSC09511-700x500

En amont de la 21e conférence des Nations unies pour la lutte contre le changement climatique, le Train « Messagers du climat », une exposition créée par l’association Météo et climat présidée par le climatologue Jean Jouzel, a été accueillie à Lyon le 10 octobre 2015.

C’est dans le cadre de la Fête de la science dont l’Université de Lyon est coordinateur (sur le département du Rhône, la métropole de Lyon, la région Rhône-Alpes), que cette expo sur rail était proposée à un grand public.

Plusieurs associations locales et institutions scientifiques ont proposé des animations et stands sur le quai du train :

• INSERM : le climat et la santé
• Météo climat : un réseau de chercheurs français
• Réseau régional d’éducation à l’environnement GRAINE : le climat, pour vous c’est quoi ?
• Association Anciela : les initiatives citoyennes pour le climat
• Alternatiba Lyon : village des initiatives citoyennes « Changeons le système, pas le climat ! »
• Maison rhodanienne de l’Environnement : ressources documentaires sur le climat et l’environnement
• Association HESPUL : modules ludiques « Le climat j’y peux rien ! »
• Agence Locale de l’Energie : s’informer sur la maîtrise de l’énergie et la lutte contre le changement climatique

 

Pour rendre compte de la recherche locale sur le sujet, l’Université de Lyon a proposé une série de conférences à bord du train, captées par son partenaire ; le CNRS Rhône-Auvergne. Voici plusieurs podcasts de ces conférences :

 

« Impacts du climat sur diverses pathologies en santé humaine (virus…) », par Michèle Garlatti, biologiste à l’INSERM :

http://wikiradio.cnrs.fr/broadcast/1003-Impact-du-climat-sur-diverses-pathologies-en-sante-humainevirus

 

« Cyclones et érosion sous les tropiques », par Pascal Allemand, géologue, et Chloé Maréchal, géochimiste, Observatoire de Lyon – Université Claude Bernard Lyon 1 :

http://wikiradio.cnrs.fr/broadcast/1004-Cyclones-et-erosion-sous-les-tropiques

 

« Créer un observatoire local du climat : comment travailler avec les citoyens ? », Didier Soto, géographe-climatologue à l’Université Jean Moulin Lyon 3 :

http://wikiradio.cnrs.fr/broadcast/1006-Creer-un-observatoire-local-du-climat-comment-travailler-avec-les-citoyens-

 

« Phénomènes extrêmes et changement climatique », par Freddy Bouchet, physicien à l’ENS de Lyon :

http://wikiradio.cnrs.fr/broadcast/959-Les-phenomenes-meteorologiques-extremes

 

 

Risques chimiques : un fort besoin de dialogue (3)

Développer de nouveaux outils de dialogue

Retour en 3 billets sur le cycle de rencontres consacré à la chimie (2011). Les propos et avis rassemblés dans ces billets ont émané des différents temps d’ateliers et de débat.

Lire le 1er billet – Les risques au cœur des préoccupation des professionnels et des citoyens ?

Lire le 2ème billet – Le refus contemporain des risques en question

Article initialement publié dans la revue L’actualité chimique – octobre/novembre 2012 – n°367-368

 

Un défi de taille : décider de la part de risque socialement acceptable

Au-delà de la recherche, de l’information et de la communication sur les risques, les participants aux débats ont pointé les difficultés à effectuer des choix et à arbitrer entre bénéfices et risques : comment déterminer ce qui est acceptable du point de vue de la société et choisir la solution ayant le plus de bénéfices pour l’ensemble des acteurs ? Comment construire une position commune et collectivement partagée, par-delà les éventuels intérêts divergents ?

Les nombreuses incertitudes qui entourent les développements des produits chimiques ajoutent encore de la complexité : comment s’assurer que la solution apportée à un problème, ou que le produit de substitution proposé, ne génère pas de problèmes plus importants ? S’il est déjà difficile de choisir entre des technologies aux bénéfices et aux risques bien évalués, il apparaît encore plus complexe de choisir entre des technologies qui n’existent pas encore ou dont les résultats et impacts ne sont pas ou peu connus.

Une réflexion collective sur les risques, et la part de risque ou d’incertitude qui peut être acceptée socialement, mérite ainsi d’être engagée. Cette réflexion ne saurait être dissociée d’une réflexion sur les usages et les bénéfices attendus. Pour Lydie Nemausat (FRAPNA) [1], il ne suffit pas de s’assurer que les produits ont un cycle de vie qui respecte l’environnement, il faut aussi vérifier que les nouveaux produits sont vraiment nécessaires et utiles, d’un point de vue collectif. La chimie contribue largement à façonner le monde de demain. Le slogan du syndicat professionnel de la Chimie allemande, traduit par un participant, est d’ailleurs explicite : « Formons le futur ! ». Ce constat invite à interroger la place et le rôle des différents acteurs dans les choix de recherche et de développement, qui sont aussi des choix de société.

 

Développer des outils de dialogue pour rêver ensemble la chimie de demain

Les participants ont souligné l’intérêt d’une contribution des sciences humaines et sociales pour éclairer les choix. Lors d’une visite publique dans son laboratoire, le chimiste Jean-Pierre Cloarec, enseignant-chercheur à l’Institut des Nanotechnologies de Lyon [2], a ainsi fait état des travaux menés au sein du Laboratoire International Associé en Nanotechnologies et Nanosystèmes, un laboratoire franco-québécois qui comporte un volet d’étude « Innovations en nanotechnologies : Éthique, usages et sociétés ».

La société civile gagnerait également à être associée à ces réflexions, même si la participation des citoyens ne va pas de soi, car la chimie souffre aujourd’hui d’un manque d’intérêt. Laurence Lestel rappelle qu’au moment de sa création au Conservatoire National des Arts et Métiers, à Paris, au 19ème siècle, la chaire de chimie industrielle attirait plus de 600 personnes soucieuses de s’informer et de comprendre. En comparaison, les débats sur la chimie peinent aujourd’hui à trouver leur public.

Plusieurs pistes ont finalement été esquissées pour encourager la participation des citoyens aux choix en matière de chimie. Il a notamment été proposé que les citoyens soient consultés lors des évaluations et promotions des chercheurs, pour émettre un avis sur l’intérêt des recherches menées d’un point de vue social. Diverses instances d’expression collective pourraient également être créées, pour réfléchir aux orientations à donner à la chimie en général, dans un esprit de dialogue ouvert et de co-élaboration progressive de solutions.

 

Il reste fort à faire pour créer les conditions d’une confiance réciproque entre les professionnels de la chimie et les citoyens. Les recherches en toxicologie et en écotoxicologie méritent d’être fortement soutenues. Mais il ne suffit pas de connaître les risques, il faut aussi les appréhender et les apprivoiser collectivement. Une profonde évolution des pratiques s’avère nécessaire, pour favoriser la participation des citoyens et l’émergence d’une culture commune des risques. La période de crise actuelle pourrait constituer un terreau favorable au renouveau des espaces de concertation, en s’inspirant des pistes ébauchées lors de nos rencontres et compilées dans cet article.

 

Nathalie FABRE

 

[1] Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature

[2] Jean-Pierre Cloraec est chimiste au Laboratoire de Chimie du Département Sciences et Technologies des Matériaux et des Surfaces (STMS) à l’Institut de Nanotechnologies de Lyon (INL), Ecole Centrale.

 

Risques chimiques : un fort besoin de dialogue (2)

 

Le refus contemporain des risques en question

Retour en 3 billets sur le cycle de rencontres consacré à la chimie (2011). Les propos et avis rassemblés dans ces billets ont émané des différents temps d’ateliers et de débat.

Lire le 1er billet – Les risques au cœur des préoccupation des professionnels et des citoyens ?

Article initialement publié dans la revue L’actualité chimique – octobre/novembre 2012 – n°367-368


Plusieurs éléments d’explication ont été apportés tout au long des rencontres, pour éclairer les exigences accrues de sécurité de la part des citoyens et des professionnels. C’est surtout à partir des années 60 qu’a émergé une forte prise de conscience environnementale, avec notamment la publication en 1962 du Printemps silencieux de la biologiste Rachel Carson, premier livre sur les effets destructeurs de certains pesticides sur la faune. Les problèmes de pollutions et les accidents qui ont ponctué l’histoire de la chimie ont clairement contribué à entacher son image. Néanmoins, selon Laurence Lestel, chargée de recherche en histoire de la chimie [1] et intervenante lors de la soirée-débat, ce qui a vraiment changé, ce n’est pas tant la conscience des dangers que leur acceptation.

Les préoccupations sanitaires ont en effet émergé très tôt, avec une première question posée en 1804 à l’Institut de France, sur les effets des émanations nauséabondes des usines. Mais, au 19ème siècle, dans un contexte caractérisé par une forte pénibilité de la vie, les dangers étaient alors relativement bien acceptés eu égard aux bénéfices attendus. Les chapeliers, par exemple, manipulaient sciemment des nitrates de mercure toxiques pour feutrer les peaux de lapin, ce qui leur permettait de générer d’importants revenus. [2] Une telle situation ne serait plus acceptée aujourd’hui : l’éradication des crises alimentaires en Europe, l’augmentation de la durée de vie et la progression du confort ont conduit à une profonde évolution des exigences citoyennes.  « Les problématiques évoluent, deviennent de plus en plus fines et la société accepte de moins en moins les risques » (Laurence Lestel)

Le refus contemporain des risques pose question car, dans son projet même de ré-arranger la matière, la chimie inclut toujours une dimension prométhéenne : « la chimie crée son objet » [3] et cette faculté créatrice inclut toujours une part de risque. Les chercheurs ont d’ailleurs rappelé que, scientifiquement parlant, « le risque zéro n’existe pas » : compte tenu des moyens actuels d’investigation, l’innocuité des produits ne peut être garantie. Refuser tout risque impliquerait alors de se priver de toute innovation. De ce point de vue, l’attitude de certains consommateurs à l’affut de nouvelles innovations technologiques a été pointée comme manquant de cohérence.

Il semble donc important de pouvoir transmettre aux citoyens les outils, le savoir et la culture nécessaires à la construction d’une opinion avisée, afin de pouvoir appréhender au mieux les enjeux du débat dans toute leur complexité. De ce point de vue, la communication de l’industrie chimique gagnerait à être repensée : la nécessité de communiquer de manière positive et la « peur de la peur » des citoyens conduisent souvent les industriels à émettre des messages rassurants, qui ne laissent pas de place à l’incertitude. Souvent jugé insuffisant et partial, ce type de communication induit des effets contreproductifs. Il contribue à entretenir l’illusion d’un possible risque zéro, tout en suscitant des réactions de méfiance de la part des citoyens.

Pour apaiser les relations entre chimie et société, une meilleure connaissance et une plus grande transparence sur les risques liés aux produits chimiques semblent donc constituer un préalable indispensable. Des pistes ont été esquissées pour repenser la communication et ouvrir le dialogue entre chimie et société. Anne-Marie Leulan, professeur émérite de sociologie [4],  a par exemple proposé d’encourager le recours à l’art, à l’imaginaire et à la créativité, comme vecteurs efficaces pour apprivoiser les peurs réciproques.

Nathalie Fabre

[1] Laurence Lestel est chargée de recherche en histoire de la chimie (UMR Sisyphe 7619, Université Pierre et Marie Curie, Paris 6). 

[2] Consulter sur ce sujet les travaux d’André Guillerme, historien de la technique

[3] Marcelin Berthelot, La synthèse chimique, Alcan, Paris, 1860, p. 275

[4] Anne-Marie Leulan est professeur émérite de sociologie à l’Université Michel de Montaigne, Bordeaux III, et chargée de mission à l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS (ISCC). 

Ateliers « Chimie » : programmation, articles et reportages

 

“LA CHIMIE AU SERVICE DE LA SANTÉ : DE NOUVEAUX OUTILS POUR LE DIAGNOSTIC MÉDICAL ”
Visite du laboratoire de Chimie de l’Institut de nanotechnologies de Lyon (INL), à l’École centrale d’Écully. L’équipe “chimie des surfaces” de l’INL se compose d’un nombre important de chercheurs et d’ingénieurs, travaillant à la mise au point d’outils d’observation et de mesure, utiles au diagnostic médical, tant en épidémiologie qu’en cancérologie ou dans le domaine des maladies génétiques. Pour observer protéines, sucres et ADN à des échelles toujours plus petites, ils créent des instruments étonnants, tels des bio­puces et des biocapteurs… Ce laboratoire a par ailleurs comme singularité de collaborer avec des philosophes canadiens (Université de Sherbrooke) pour mettre en perspective les applications de leurs recherches.
Samedi 14 mai 2011 de 9h30 à 12h30, avec Jean-Pierre CLOAREC, chimiste.

A lire sur le sujet :
Le reportage sur la visite du laboratoire
L’interview de Jean Pierre Cloarec



“LA VALLÉE DE LA CHIMIE : L’HISTOIRE HUMAINE D’UN TERRITOIRE INDUSTRIEL”

Balade urbaine, organisée à travers plusieurs villes de la vallée de la chimie (Feyzin, St Fons…).
Nous aborderons la construction et l’évolution historique de la vallée. Nous découvrirons également com­ment les habitants perçoivent la présence industrielle et quelles représentations du risque ils s’en font. Trajet en car puis échanges au café Ninkasi de Gerland.
Mercredi 18 mai 2011 de 17h à 20h, avec François Duchêne, géographe à l’École nationale des Travaux Publics de l’État (labo. RIVES).

Lire et écouter le reportage sur la balade urbaine
Lire le reportage sur la Vallée de la Chimie
Lire l’interview de Thierry Coanus, urbaniste spécialiste des risques


“LA NATURE, UNE RESSOURCE CHIMIQUE ?”

Visite du Centre d’étude des substances naturelles, à l’Université Lyon 1 – Campus Lyon Tech, la Doua
Le Centre d’étude des substances naturelles extrait des molécules, d’origine végétale ou animale, qu’il étudie pour trouver des propriétés susceptibles d’intéresser la recherche pharmaceutique, cosmétique, agroalimentaire… Une visite particulièrement intéressante pour réaliser, qu’en matière de chimie, l’opposi­tion entre naturel et artificiel (ou synthétique) n’a que peu de sens.
Samedi 21 mai 2011 de 9h30 à 12h30, avec Gilles Comte, phytochimiste et Floriant Bellvert, ingénieur en physiologie végétale.

Des vidéos ont été réalisées pour valoriser les échanges lors de ces ateliers. Vous pouvez les regarder en cliquant ici.

Séminaire « Chimie et Société »

 

Un séminaire a été organisé le 15 juin 2011, à l’attention des professionnels du secteur de la chimie, des acteurs des collectivités territoriales et de représentants des milieux éducatif et associatif.

La rencontre s’est articulée autour des interventions de :

  • Andrée Marquet, professeur émérite de chimie organique et chimie biologique à l’Université Paris VI ;
  • Thierry Coanus, chercheur au laboratoire RIVES de l’Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat (ENTPE) ;
  • Anne-Marie Laulan, professeur émérite de sociologie à l’Université Michel de Montaigne, Bordeaux III, et chargée de mission à l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS (ISCC) ;
  • Hervé Joly, historien des entreprises et industries au Laboratoire de Recherche Historique Rhône Alpes (LARHRA) de l’Institut des Sciences de l’Homme (ISH).

Lire la synthèse du séminaire « Chimie et Société ».