Fabriquer le vivant : est-ce notre avenir ? Podcast de la soirée-débat

Dans le cadre du cycle 2 Métamorphoses « Et l’Homme fabriqua le vivant », une soirée-débat a eu lieu le jeudi 5 juin 2014, au Ninkasi Kao de Gerland.

Cette soirée-débat Et si on en parlait s’est croisée une nouvelle fois avec les rencontres du CNRS Parlons-en, partenaire visant la même ambition de créer la rencontre entre chercheurs et grand public, autour de sujet de science en société. Le média Lyon capitale s’est également joint à l’animation de ce débat et de sa diffusion.

fabriquer_vivant

 

Fabriquer le vivant : est-ce notre avenir ? Une controverse vive…

 Implants neuronaux contre Alzheimer ou Parkinson, nouveaux plastiques issus de bactéries, virus modifiés pour réparer des gènes, viande de bœuf produite à partir de cellules souches… Ces prouesses visent avant tout à réparer le corps mais aussi à compenser les conséquences de la crise écologique en modifiant et créant de nouveaux organismes vivants. Comment pouvons-nous comprendre les bénéfices et risques en jeu, face à la complexité et la rapidité de ces développements ? Comment décrypter les discours idéologiques de chaque « prise de parti » et envisager, ensemble, l’orientation de notre recherche scientifique pour la société actuelle et future ?

Ces questions ont été débattues avec les intervenants suivants :

► Marie-Hélène Parizeau, philosophe, spécialiste des biotechnologies et de l’éthique des sciences, Université Laval, Québec

► Marc Lévêque, neurochirurgien, spécialiste de la stimulation cérébrale profonde, CHU Pitié-Salpêtrière


► Philippe Marlière, conseiller du Directeur des sciences du vivant du CEA pour la biologie synthétique ; cofondateur de l’entreprise Global Bioenergies pour des alternatives au pétrole
La soirée a été animée avec le concours de Raphaël Ruffier-Fossoul rédacteur en chef du magazine Lyon Capitale et Sébastien Buthion responsable de la communication au CNRS Région Rhône-Auvergne

 

Pour écouter ou ré-écouter ce débat, consulter le podcast !

Podcast « fabriquer le vivant : est-ce notre avenir? »

 

Suite à cette soirée, deux articles ont été rédigés : l’un par Lyon capitale synthétisant les contenus du débat (consultable ici : article_Lyoncapitale_fabriquervivant) et l’autre par le collectif contestataire Pièces et Main d’oeuvre (à consulter sur leur site web).

 

Métamorphoses : le film final !

 

D’octobre à novembre 2013, de nombreuses rencontres autour de la thématique « Métamorphoses : de l’Homme augmenté au robot humanoïde » ont eu lieu, au sein de différents lieux culturels.

Ces ultimes rencontres ont permis de questionner les enjeux profonds de l’arrivée des technologies de l’augmentation et de la robotique dans nos vies, et des choix de société à opérer ensemble.

Par le biais de jeux, projections de films, performance artistique, et d’échanges avec des chercheurs et autres experts, l’Université de Lyon a pu proposer d’expliciter ces questions pour toute personne curieuse, et de faire participer le plus grand nombre.

 

La vidéo ci-dessous retrace quelques-unes de ces rencontres et réflexions menées lors de  :

– l’atelier-jeu « Marionnettes, robots et hommes : qui manipule ? » le samedi 9 novembre aux Musées Gadagne, avec la participation de Grégoire Pointeau, doctorant en robotique à l’INSERM.

– le festival de science-fiction « Les Intergalactiques« , le dimanche 27 octobre à la MJC Montplaisir, à l’occasion duquel l’Université de Lyon a animé le débat « Bientôt les cyborgs ? » avec Florent Deligia, journaliste spécialiste des technologies, Sylvie Lainé, chercheure et auteure de science-fiction ; et Claude Ecken, auteur de SF.

– La journée festive « Imaginons l’Homme du futur ! » le samedi 16 novembre au sein de la bibliothèque municipale de la Part-Dieu, organisé par l’Université de Lyon à l’occasion de l’expo Fabrique de l’Innovation avec la participation de : Jean-Michel Besnier, philosophe à l’Université Paris IV Sorbonne ; Rémi Sussan, journaliste spécialiste des technologies ; et l’équipe du laboratoire NE3LS de l’Université de Sherbrooke au Québec, spécialistes de l’éthique des technologies : Johanne Patenaude, Jean-Pierre Béland, Georges-A. Legault, Danielle Tapin, Vanessa Chenel et Marie-Sol Poirier (doctorantes).

 

© Université de Lyon
Les images de ce film ne sont pas libre de droits.

Vous retrouverez l’ensemble du programme des actions Et si on en parlait autour du thème « Métamorphoses : de l’Homme augmenté au robot humanoïde » sur notre site web en cliquant ici.

 

La journée festive du 16 novembre 2013 s’est inscrite dans le cadre du programme européen PLACES.

logo_PLACES_4coul_Cityofscience

 

L’Homo numericus sera-t-il libre ?

Synthèse de la soirée-débat du 23 octobre 2013, organisée par l’Université de Lyon en partenariat avec le CNRS (débats Parlons-en !) et le magazine Lyon Capitale.

Dans le cadre du cycle « Métamorphoses : de l’Homme augmenté au robot humanoïde », les rencontres Et si on en parlait de l’Université de Lyon abordent notre rapport aux nouvelles technologies, dont l’hyper présence au quotidien tendrait à transformer l’Homme et son appréhension globale du savoir et de l’information. Quelles sont ces technologies numériques et comment nous parviennent-elles ? Devons-nous craindre la perte de nos libertés individuelles ? Quid de cet Homme « 2.0 » ?

Pour répondre à ces questions et débattre des enjeux, chercheurs et citoyens étaient réunis lors d’une soirée intitulée « L’Homo numericus sera-t-il libre ? ».

Les nouvelles technologies

Pour l’informaticien Gérard Berry, amorcer le débat en évoquant le terme de « nouvelles technologies » est une erreur. Les innovations que nous évoquons sont déjà présentes dans notre quotidien, et se projeter dans l’avenir afin de prévoir les technologies de demain peut s’avérer périlleux : « Dans 2001, l’odyssée de l’espace, on anticipait des ordinateurs gros et intelligents. C’est raté : ils sont petits et stupides ». De son avis, c’est aujourd’hui l’informatisation des objets et de leur usage qu’il faut considérer : il est clair que la science et la technologie informatique modifient notre perception du monde de manière profonde, notamment dans la notion d’espace et de temps. Mais plutôt que de juger, voire de craindre le changement, le véritable danger serait de n’en apprendre que les usages, au risque de nous rendre dépendants des pays asiatiques et des États-Unis, principaux producteurs de ces technologies.

Vers une informatisation du sujet ?

Les connexions entre ordinateur et système nerveux sont une réalité, mais l’informaticien exclut pourtant la possibilité d’une véritable connexion maîtrisée entre l’ordinateur et le cerveau humain. Pour le neurologue Bernard Croisile, il ne faut ainsi pas penser que l’on va rajouter des « barrettes de mémoire » à nos cerveaux : « Ce qui nous intéresse est d’avoir accès facilement et rapidement à ces grandes quantités incluses dans des mémoires externes. Il n’y a pas d’intérêt à les mettre dans notre cerveau ».

Pourtant, comme le fait remarquer un intervenant du public, il existe des interfaces externes, à l’instar des casques de réalité virtuelle, capables de « duper » notre cerveau. Il s’agit d’ailleurs d’une évolution vers laquelle tendent entre autres les constructeurs de jeux vidéo. Mais pour le neurologue, ces innovations restent dans la même lignée que le recours au trompe-l’œil ou l’invention de la perspective dans l’art pictural : il ne s’agit en réalité que de tromper les aspects sensoriels du cerveau. Gérard Berry nous renvoie ainsi aux travaux d’Anatole Lécuyer sur l’illusion « pseudo-haptique » : la mise en œuvre d’un stimulus exclusivement visuel pouvant induire chez un sujet l’impression d’une force exercée sur son corps.

« Peut-on craindre une perte de la mémoire, des neurones et de l’attention ? »

Répondant aux interrogations du public quant à l’impact des nouvelles technologies sur le cerveau et la mémoire, Bernard Croisile explique que le cerveau se transforme en permanence et dépend des informations qu’il reçoit tout comme des processus qu’il enclenche. Aujourd’hui, les comportements sont différents, mais la transformation réside surtout dans l’utilisation que nous allons faire de ces technologies : « L’information instantanée enrichit la mémoire car j’ai de suite la réponse à la question que je me pose. Il ne faut pas avoir d’inquiétude, notre mémoire va gagner grâce à ces technologies ».

Pour les quatre intervenants, la baisse du niveau en orthographe, souvent présentée comme un des dégâts collatéraux des nouvelles formes de communication, est un problème « franco-français » qu’il faut savoir relativiser. En effet, l’orthographe au 18e siècle n’était déjà plus la même au 19e, et on parlait au 16e siècle de graphie non stabilisée pour l’étude de la langue française, alors que la notion d’orthographe n’existait absolument pas. Il parait donc logique qu’avec des moyens différents, on adapte un système fluide à des technologies qui apportent de nouvelles possibilités.

Les nouvelles formes de transmission du savoir

Nous sommes peu à peu amenés à adopter des méthodes différentes de réflexion. Pour les quatre spécialistes, la différence aujourd’hui se trouve dans l’immédiateté d’accès au savoir qu’impliquent par exemple des outils comme Wikipédia, riche de son caractère hypertextuel. Cette acquisition passe par la maîtrise de l’intertextualité existante entre écritures numériques et imprimées. Pourtant, ces nouvelles méthodes d’accès à la connaissance impliquent une relation très forte entre la pensée et la technique, nous rendant dépendants de nos écrans et de notre matériel numérique. Il faut apprendre ce savoir technique, qui devient lui-même à son tour une forme de culture.

Rebondissant sur la critique de l’immédiateté, le sociologue Francis Jauréguiberry déplore cette opposition brutale entre immédiateté et temps de la réflexion : « Il faut réussir à concilier ces tensions de façon individuelle et collective. Le danger, c’est lorsque l’immédiateté est portée comme une règle de fonctionnement par des institutions et des références culturelles ambiantes ». L’immédiateté est donc un atout, duquel il ne faut pas se rendre entièrement dépendant : la mise en place de projets pédagogiques ainsi qu’une réforme sérieuse de l’enseignement, adaptée aux nouvelles méthodes de transmission du savoir, seraient souhaitables.

L’open-source : gage de liberté ?

Ce que l’on peut craindre en revanche est l’apparition lente mais sûre d’un Internet à deux vitesses. Si tout le monde ne bénéficie pas de la même qualité de connexion, il existe aussi des inégalités dans les usages et les accès aux services qui deviennent payants. Comme le fait remarquer un spectateur, la liberté de l’Homme numérique se situe peut-être dans le logiciel libre : gagnant en autonomie, nous ne serions pas forcés de nous adapter à l’usage incité par les grandes entreprises ayant investi l’industrie de l’écriture. Pour le philosophe Éric Guichard, savoir lire et écrire aujourd’hui, c’est être le plus autonome possible par rapport à ces dispositifs. Il est donc important d’éviter la sacralisation des objets et de chercher à comprendre ce qui se cache derrière les nouveaux processus de transmission du savoir.

Le citoyen de demain est-il libre de ne pas être numérique ?

Selon Hegel, la liberté est l’intellection de la nécessité. S’il parait désormais impossible de vivre totalement « déconnecté », il faut savoir prendre de la distance pour introduire du différé dans cette société de l’immédiat, et s’emparer de la capacité à redevenir anonyme dans l’espace public, lorsqu’on le souhaite. Éric Guichard se veut optimiste : « Je me dis que dans les civilisations qu’on a connues, une personne qui savait lire et écrire, elle était libre ».

Ainsi, dans un quotidien désormais hybride, l’individu s’adapterait aux changements d’un monde de plus en plus en plus informé, et il en irait de sa capacité individuelle à gérer et utiliser ces technologies à bon escient, s’il ne veut pas qu’elles lui dictent des modes de comportement.

Table-ronde disponible en podcast sur  la Wikiradio du CNRS (attention : début des échanges à 3 min 10).

Robot & Frank : les robots demain dans nos vies ?

Dans le cadre du cycle « Métamorphoses #1 : de l’Homme augmenté au robot humanoïde », la mission Science et Société de l’Université de Lyon organisait, en partenariat avec le cinéma Comœdia,  une projection suivie d’un débat autour du film Robot & Frank, en présence de Maxime Petit, chercheur en robotique à l’INSERM.

L’aspect social de la robotique

L’action de Robot & Frank se déroule dans un « futur proche », décrivant sur un ton réaliste le miroir possible de notre société dans un monde robotisé. Frank, cambrioleur « à la retraite » atteint par la maladie d’Alzheimer, se fait offrir par son fils un robot domestique, dont la conception n’est pas sans rappeler le fameux ASIMO. D’abord réfractaire à la présence de la machine, il décide progressivement de tirer parti des capacités hors-normes de l’humanoïde et d’en faire son partenaire de crime : l’occasion pour le retraité de retrouver une seconde jeunesse. Le récit nous propose ainsi une rencontre touchante entre la mémoire défaillante de Frank et l’hyper-mémoire de la machine.

Cet univers réaliste, c’est-à-dire vraisemblable, dresse une vision de ce que pourrait être l’arrivée des robots humanoïdes dans nos vies et pose à son tour de nouvelles questions, dont ont pu débattre le chercheur et le public venus assister à cette projection-débat.

Vers une supplantation de l’Homme ?

À l’heure de nos métros automatisés, des robots aspirateurs ou encore de la Google Car circulant sans chauffeur, tout semble confirmer que les robots sont déjà parmi nous. L’assistance se pose ainsi la question d’une possible éviction de l’homme par la machine, s’appuyant sur les données du film projeté dans la soirée : « Il existe un manque de démarche éthique. Nous sommes sept milliards d’humains sur terre, on manque de compagnons, et on cherche à utiliser des robots à la place d’êtres humains, alors que ces investissements pourraient servir à renforcer le service public social ». À cette remarque, le chercheur de l’INSERM rétorque que parmi les robots qui seront en mesure de manipuler une personne, la présence d’un être humain devient obligatoire : « les robots ne donnent pas d’ordres, mais seulement des invitations à agir. En maison de retraite, le robot assume ainsi plutôt un rôle d’assistant ».

Maxime Petit, qui définit le robot comme « une machine capable de sentir son environnement et de s’y déplacer », nous explique en effet qu’il existe deux branches distinctes de la robotique appliquée, se rapportant à l’industrie et aux services. Actuellement, les robots industriels sont utilisés pour les métiers dits dangereux, nocifs ou répétitifs, pouvant réduire l’espérance de vie. Les robots de service se déclinent quant à eux en plusieurs applications, parmi lesquelles l’exosquelette, la téléprésence, ou le « robot compagnon », comme illustré dans le film. En termes d’applications réelles, on pense notamment à NAO, robot travaillant au contact d’enfants autistes, ou encore Paro, le « robot phoque » utilisé dans certaines maisons de retraite. En effet, parmi les robots domestiques en développement, aucun modèle n’est présentement capable de cumuler toutes les fonctionnalités que réunit le robot fictif du film.

La robotique au service de l’armée

Plusieurs pays, les États-Unis en tête, consacrent à la robotique une part importante de leur budget de défense. Les militaires développent ainsi divers exosquelettes dont le but est d’améliorer l’endurance du soldat, lui permettant de transporter et manipuler des charges lourdes comme des missiles, à la manière de l’exosquelette Hercule, officiellement financé et soutenu en France par le ministère de la Défense. L’armée américaine travaille également à la conception d’armures intégrales de protection antibalistique, tel le modèle TALOS, rappelant le héros de bande-dessinée Iron Man. Mais à l’heure actuelle, l’utilisation la plus marquante de la robotique dans le domaine militaire reste probablement celle des drones de combat, machines de guerre entièrement automatisées, mais nécessitant l’aval d’un contrôleur humain pour ouvrir le feu.

Outre un certain nombre de controverses au regard du droit international et de la liberté individuelle notamment, l’utilisation de ces « robots volants » relance la problématique de la distanciation de l’acte de tuer, le contrôleur pouvant se trouver à des milliers de kilomètres du champ de bataille : ôter la vie deviendrait ainsi plus facile et paraîtrait moins « réel » pour le soldat, à la manière d’un jeu vidéo.

Pourquoi vouloir humaniser nos robots ?

Les robots industriels ne possèdent ni visage ni jambes, étant uniquement optimisés pour leur fonctionnalité. Mais aujourd’hui, les laboratoires travaillent à l’étude de l’humanisation des robots domestiques, engageants et proactifs. À l’aide de sociologues, les chercheurs en robotique analysent la réaction de l’homme au contact des robots, s’appuyant notamment sur la courbe de la « vallée dérangeante ». Cette théorie développée par le roboticien japonais Masahiro Mori étudie la zone acceptable du degré d’imitation caractérisant l’apparence d’un androïde : plus celle-ci se rapproche de l’humain, plus ses défauts produisent une forme d’inquiétante étrangeté. Toutefois, au-delà d’un certain niveau de perfection, la confiance et l’acceptation prédominent. Cette tendance à l’humanisation des machines traduirait ainsi une volonté d’acceptabilité de la robotique.

Si l’étude des interactions entre l’humain et les robots reste une science jeune, le rapport entre la robotique et les sciences humaines ne s’arrête pas là. En « robotique développementale », comme nous explique le chercheur, on aborde l’apprentissage du robot comme on le ferait pour l’enfant, empruntant certains concepts au domaine de la psychologie du développement, notamment pour l’acquisition du langage et de la parole. « Nous travaillons de concert avec des sociologues, et la recherche en robotique est soumise à de nombreux comités d’éthique et de surveillance, impliquant des cahiers des charges exigeants », nous assure Maxime Petit. Les lois d’Asimov sur la robotique constituent de facto un ensemble de méta-lois, à la base de toute création de robots humanoïdes.

Quel impact sur notre société ?

Le film, abordant divers enjeux de société comme la dignité de la personne assistée par un robot ainsi que les conséquences réelles sur son autonomie, soulève des points de vue plutôt mitigés, certains s’inquiétant de devoir laisser nos aînés aux bons soins des machines et remettre en cause notre fonctionnement familial. De même, peut-on espérer une égalité d’accès économique à ce type d’outils ou peut-on présumer qu’il ne sera que l’apanage de quelques privilégiés ? Quelle norme morale, quelles valeurs de l’humanité va-t-on transmettre à nos robots ? Quels humains seront chargés de les programmer ? La France doit-elle se positionner dans la recherche internationale pour miser sur un développement plus « social » de la robotique ? Autant de questions éthiques pour lesquelles les chercheurs en sciences humaines et sociales et les comités de surveillance auront assurément un rôle à jouer, avec l’implication des citoyens.

Maxime Petit, chercheur au laboratoire « Integrative Neuroscience & Robotics Group » de l’INSERM, travaille actuellement sur le projet « open source » du robot iCub, sur lequel collaborent plusieurs laboratoires européens. Sa thèse porte sur la robotique intelligente et les interactions entre l’homme et le robot.

Quais du Polar : quand des auteurs et des chercheurs imaginent l’humain du futur…

En 2013, le festival Quais du Polar a accueilli Et si on en parlait pour la première fois, affirmant ainsi un fort intérêt pour la science-fiction et ses liens avec les enjeux sociétaux de la recherche contemporaine.

2 sujets ont été abordés :

– « De l’évolution naturelle aux manipulations génétiques, quel humain demain ? »

– « Hybridation Homme-machine : la réalité rejoint-elle la fiction ? »

Autour du cycle « Métamorphoses : de l’Homme augmenté au robot humanoïde », deux tables-rondes ont ainsi réuni une diversité de chercheurs et d’auteurs, afin d’explorer leurs imaginaires communs et faire le point sur les avancées scientifiques comme sur les projections qui resteront pour l’instant à l’état de fantasmes sur le devenir de l’Homme.

Quelques retours en vidéo…

 

Intervenants présents lors de ces tables-rondes :

 « De l’évolution naturelle aux manipulations génétiques, quel humain demain ? »

Auteurs :

– Bernard Werber (Troisième Humanité),

– Thierry Béthune (L’Enfant de Néandertal)

– Franck Thilliez (Gataca).

 

Intervenants scientifiques :

– Marylène Patou-Mathis, paléontologue (Muséum National d’Histoire Naturelle, Laboratoire de Préhistoire et Institut de Paléontologie Humaine)

– Sylvain Charlat, généticien (Laboratoire « Biométrie et Biologie Évolutive », CNRS – Université Claude Bernard Lyon 1).

 Animée par Béatrice Korc, responsable du service Science et Société de l’Université de Lyon

 

« Hybridation Homme-machine : la réalité rejoint-elle la fiction ? »

Auteurs :

– Norman Spinrad (Le Temps du rêve)

– Marin Ledun (Zone Est)

Autres intervenants et scientifiques :

– Rémi Sussan, journaliste spécialiste des nouvelles technologies et de science-fiction

– Karim Jerbi, neurobiologiste, spécialiste des interfaces cerveaux-machine, Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon, INSERM – CNRS

 Animée par Julien Pouget, organisateur du Festival de science-fiction, Les Intergalactiques de Lyon.

Métamorphoses de l’Homme : présentation du sujet

Robot Nao
Robot Nao

 

Depuis février 2013, l’Université de Lyon s’associe à différentes manifestations scientifiques et culturelles pour aborder les grands enjeux liés à la transformation de l’humain par les technologies. 

On assiste depuis le début du XXIe siècle à une accélération des avancées scientifiques et technologiques qui ouvrent des perspectives de transformation radicales du vivant. La promesse de la science de vaincre l’imperfection humaine et de permettre à l’Homme de maîtriser son environnement est-elle en train de se réaliser ? Ou bien, comme le craignent certains, est-elle en train de développer des outils qui signeront la fin de l’humanité telle que nous la connaissons ? Qu’en est-il de notre définition du vivant à l’heure de la convergence entre les sciences de l’ingénieur, les sciences du vivant et l’informatique ?

C’est donc en explorant ces grandes questions que la dynamique de dialogue science-société Et si on en parlait fait peau neuve en 2013, en vous proposant de nouveaux types de rencontres avec des chercheurs. La thématique annuelle, baptisée « Métamorphoses : de l’Homme augmenté au robot humanoïde », s’attache plus particulièrement à explorer les transformations de l’humain liées à la réparation et à l’augmentation du corps, mais aussi aux évolutions en robotique et intelligence artificielle qui permettraient de créer des créatures à notre image, ou « d’augmenter » nos environnements pour qu’ils soient connectés plus directement à nos corps et pensées…

 

Programme en ligne sur le site de l’Université de Lyon en cliquant ici.

Programme plaquette des activités de l’automne : LIVRET ESOEP#6

Programme plaquette de la journée Robots du 2/02/1013 à l’ENSATT : brochure ensatt