Festival de science-fiction Les Intergalactiques : « Vivant technologique et écologie »

Les-Intergalactiques-2014Le Festival de science-fiction Les Intergalactiques de Lyon s’est tenu à nouveau cet automne 2014. Entre salon du livres, rencontres d’auteurs et projections de films, les publics présents ont pu se questionner autour du thème annuel « Vivant technologique et écologie ». Parmi les rencontres, la table-ronde / débat du dimanche 26 octobre, organisée en partenariat avec Et si on en parlait, a réuni deux auteures et un chercheur pour discuter de la question « Modifier le vivant : doit-on imaginer le pire pour l’avenir ? » Podcast de la rencontre avec les auteures : Sylvie Lainé-Cruzel et Estelle Faure ; le biologiste, Sylvain Charlat (laboratoire de biométrie et biologie évolutive (UMR CNRS 5558) ; Rencontre animée par Anna Lavayssière (Festival les Intyergalactiques) (56 min).

 

 

 

 

Les Biotechnologies : nouvel Eldorado lyonnais ?

Retour sur la balade urbaine dans le quartier Gerland, le 28 juin 2014

Article et vidéo

 

 

Article par Marianne Chouteau, professeur associée au Centre des Humanités de l’INSA de Lyon et membre-fondateur de l’agence FRV100 :

Le rendez-vous a lieu square du Professeur Galtier. Nous partons à la découverte du cœur du biopôle de Gerland, à travers l’univers des  biotechnologies.

En groupe resserré, nous longeons l’avenue Marcel Mérieux, petites haltes devant les restaurants Gamboni et Carnerie Hall – marques d’une époque : celle où la halle Tony Garnier abritait les abattoirs de la ville de Lyon. Puis après avoir tourné à droite, allée d’Italie, nous stationnons un moment devant l’amphithéâtre Charles Mérieux de l’École Normale Supérieure. Nous nous arrêtons plus loin, face à la Halle Tony Garnier, devant la place des Docteurs Mérieux, et prenons conscience de l’importance de cette famille de médecins et biologistes sur l’ensemble du quartier. Quelques mots d’histoire. 1947 : la halle Tony Garnier héberge les abattoirs de la ville de Lyon. Une épidémie de fièvre aphteuse touche le bétail, Charles Mérieux, convaincu de la nécessité de créer des vaccins pour protéger les bêtes, se rend auprès de Édouard Herriot, maire de la ville, et lui demande un espace pour créer l’Institut Français de la Fièvre Aphteuse. Ce laboratoire, installé dans 10 000 m² de la halle sera la première pierre lyonnaise de la galaxie Mérieux et les fondements du biopôle de Gerland.

Un pas de géant pour la virologie

Mais l’ingéniosité de Charles Mérieux ne s’arrête pas là : le médecin lyonnais comprend qu’il faut trouver un moyen de fabriquer les vaccins en grande quantité. A l’occasion d’une collaboration avec le biologiste hollandais Frenckel, il récupère les langues des animaux sains après que ces derniers sont abattus et les ensemence in vitro par le virus de la fièvre aphteuse. Mérieux fait avancer la virologie d’un pas de géant : plus besoin de stocker les animaux malades, la production de vaccin se fait in vitro, elle devient industrielle et permet de prévenir toute autre pandémie. En visionnaire de génie, Mérieux négocie encore : il propose à l’État de retenir 5 francs sur chaque dose de vaccin vendu afin de constituer un fond qui servira à créer le Laboratoire National de Pathologie Bovine (LNPB) en 1952, le laboratoire officiel de contrôle. Pour ce faire, il obtient une parcelle de terrain de 4000 m² environ à l’intérieur des abattoirs par un bail de 99 ans et un loyer de 1 nouveau franc. D’un point de vue architectural, Mérieux pense ce lieu pour que toute fuite de virus soit impossible. Aussi met-il en place deux principes fondamentaux. « La marche en avant » : pas de retour en arrière possible : les bovins entrent dans un endroit, subissent des tests en avançant, sont abattus dans les abattoirs du laboratoire et « la boîte dans la boîte » : une double coque qui protège contre toute fuite et tout contact à l’extérieur.

Dans les années 1960, d’autres laboratoires sont implantés en Iran ou à Moscou. Alain Mérieux prend la suite de Charles, développe la santé animale et humaine. Vend, acquiert, revend, initie, teste, développe. Malgré un destin familial tragique, les Mérieux assoient progressivement leur emprise sur les sciences du vivant lyonnaises.

Un quartier tourné vers l’avenir

Si le passé marque le quartier, il se dessine aussi en ses murs des perspectives futures.

Nous traversons le boulevard scientifique. Puis laissant derrière nous le pont Pasteur et avant de nous engager dans la rue Jonas Salk, père du vaccin contre la poliomyélite, nous regardons le Musée des Confluences qui se dresse sur l’autre rive. Nous voilà au cœur du biopôle. De part et d’autre, les bâtiments de Sanofi-Pasteur. Ayant généré plus de 3,9 milliards de chiffres d’affaire en 2012, le groupe Sanofi, spécialiste de la santé humaine et animale, emploie 13 000 personnes dans le monde et possède de nombreuses filiales.

Plus loin nous dépassons Arrow génériques (spécialiste de médicaments génériques), Tecan (spécialiste du diagnostic), Biomnis (laboratoire de biologie médicale spécialisée), puis la cité scolaire internationale, et stoppons deux minutes devant les locaux d’Aguettant – entreprise familiale depuis 1903 qui fabrique des  solutions et produits  médicaux .– Quelques mètres plus loin, nous nous trouvons à l’angle de la rue Fleming (biologiste qui a découvert la pénicilline) et du boulevard scientifique, devant l’Institut de Génomique Fonctionnelle de Lyon, face au laboratoire P4 et aux locaux de Biomnis, en aplomb de la Fondation Mérieux qui domine le quartier. Ici, se dessine une grande partie du futur biotechnologique lyonnais.

Le laboratoire P4 (protection niveau 4), nommé Jean-Mérieux, est un équipement majeur du quartier. Unique en France, il a été financé et conçu par la fondation Mérieux. Confié à l’Institut national de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM), il est dédié à la recherche publique ou privée sur les agents pathogènes de classe 4, de type Ebola, Lassa, Crimée-Congo, etc., . Il symbolise la technicité, la performance, l’excellence du territoire en matière de virologie. Mais il est aussi source d’inquiétudes et de débat quant à son emplacement en plein ville, malgré les nombreuses mesures de sécurité.

Alors que nous regagnons petit à petit notre point de départ par la rue du Vercors, d’autres lieux symboliques apparaissent : le dos de l’Ecole Normale Supérieure (ENS), l’Institut de Biologie et Chimie des Protéines, l’Établissement Français du Sang, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES), les laboratoires de Mérial qui emploie 5600 personnes dans le monde entier.

4 chercheurs, 4 spécialités

De retour square du Professeur Galtier avant de rencontrer les quatre scientifiques qui clôtureront cette visite, nous nous arrêtons devant les locaux de l’Institut de Recherche Technologique (IRT), Bioaster. « Unique IRT sélectionné dans le domaine de la santé par le Commissariat général à l’investissement, Bioaster est dédié à l’infectiologie et la microbiologie », nous explique Patrick chercheur à l’IRT. Son objectif est de créer des liens entre les entreprises et la recherche publique.

Hélène, chercheure à l’INSERM, travaille bien en amont de ces applications industrielles. Elle tente de comprendre comment le virus est pathogène et perturbe le fonctionnement des cellules. Nathalie, enseignante-chercheure en infectiologie et immunologie, s’attache quant à elle à transmettre aux étudiants de l’ENS son savoir. Enfin, Philippe, ingénieur de recherche, met son ingéniosité au service des chercheurs pour concevoir des technologies susceptibles, à terme, de construire des vaccins.

Les questions fusent. Comment maintenir un équilibre entre la liberté du chercheur et l’injonction de résultats ? Quand on est scientifique, peut-on tout à la fois être rigoureux et créatif ? L’infectiologie, spécialité lyonnaise, est-elle compétitive ?

C’est alors un sujet à débat qui est soulevé : la recherche publique doit-elle contribuer au développement économique de groupes industriels ? Comment alors maintenir son indépendance et orienter ses financements ? Dans un domaine technoscientifique comme la virologie pour lequel de nombreux citoyens s’avèrent méfiants (notamment face au principe de vaccination), il semble important d’ouvrir le débat public.

Si le quartier de Gerland garde les traces de son passé, il accueille aussi de nouvelles perspectives de changement tant du point de vue scientifique, avec notamment les établissements de formation supérieure, qu’économique avec le nombre important d’entreprises présentes sur ce sol. Sa méconnaissance par les Lyonnais tient notamment de la complexité des activités en place, mais peut-être aussi deux craintes conjuguées : celle des spécialistes d’ouvrir leur porte dans un contexte de forte compétition et celle  ressentie  vis-à-vis des biotechnologies. Cette balade urbaine et cette rencontre avaient ainsi  pour objectif de donner un premier accès d’information sur ce pôle technoscientifique majeur.

Recueil de nouvelles « Gêne éthique » – INSA Lyon

 La piel que habitoMercredi 4 juin 2014, les étudiants en Bio-informatique et Modélisation à l’Institut National des Sciences Appliquées (INSA – département Biosciences) ont proposé une lecture de nouvelles écrites à l’occasion de leurs enseignements en éthique et sciences humaines. Cette lecture a été notamment proposée dans le cadre des rencontres Et si on en parlait autour du thème Métamorphoses : Et l’Homme fabriqua le vivant.

 

« Lorsque l’on parle de science ou de technologie, on a tendance à séparer ce qui relève de la rationalité de ce qui relève du monde de l’imaginaire. Or, un des objectifs poursuivis par les enseignements de ce module « Ethique et sciences humaines » (à l’INSA) est de faire le lien entre la fiction, l’imagination et les biotechnologies. En d’autres termes, il s’agit simplement de comprendre notre monde en faisant un détour par l’imaginaire, « constitué des représentations que les humains se sont faites de la nature, de l’origine de l’univers et des êtres qui l’entourent » (Godelier, 2006). Pour cela, les étudiants ont tout d’abord travaillé sur les représentations et les imaginaires des biotechnologies véhiculés par des fictions cinématographiques. Par sous-groupes, les étudiants ont exploré six thèmes qu’ils ont mis en débat avec la classe : mutation/évolution, immortalité/fin des maladie, contagion/contamination, figure de l’ingénieur ou du scientifique, apocalypse et enfin sur-Homme / Homme augmenté. […] Le regard que les étudiants ont posé sur ces fictions et sur ce qu’elles véhiculent a fait émerger un grand nombre de questions. » *

Ce travail de réflexion et d’écriture a été encadré par Marianne Chouteau, enseignante à l’INSA et Davyd Chaumard, auteur et metteur en scène de théâtre (Compagnie Marche au Vol). Nous vous invitons à le découvrir tant pour la qualité de ses contenus que de leur créativité.

Télécharger le recueil : Recueil Gêne éthique

Visionner des extraits de la pièce et des échanges avec les étudiants :


 

* Propos issus de la préface du recueil, par Marianne Chouteau.

Marionnettes, automates et robots : miroirs de l’Homme ?

Retour sur la journée d’étude du 12 octobre 2013, organisée par la mission Science et Société de l’Université de Lyon et les musées Gadagne.

Dans le cadre du cycle Métamorphoses #1 : de l’Homme augmenté au robot humanoïde, le dispositif Et si on en parlait organisait une journée d’étude proposant trois conférences-débats sur le thème des automates, suivies d’échanges avec le public ainsi qu’une visite d’exposition.

Réunis aux musées Gadagne, huit experts invités étaient ainsi venus nous présenter les origines culturelles, sociales et spirituelles dans lesquelles s’enracinent nos relations aux marionnettes, automates et robots créés à notre ressemblance.

Retrouvez ici la programmation :
Programme_12octGadagne_p1            Programme_12octGadagne_p2

Au programme de cette journée d’étude se sont tenues trois grandes conférences ayant pour thème :

    • Quelles relations entretenons-nous avec nos objets techniques ?
    • Quelle place joue l’anthropomorphisme dans notre attachement aux robots ?
    • Comment la création artistique questionne-t-elle nos relations aux robots et aux êtres humanoïdes ?

 

Lisez l’article de synthèse de la rencontre CR_marionnettes_robots_ACharvet

 

Retrouvez ci-dessous les enregistrements audio des interventions (dans l’ordre du programme) :

ATTENTION : les bandes-sons ne sont pas audibles avec certaines versions du navigateur Firefox. Veuillez dans ce cas changer de navigateur.

  • Naly Gérard, journaliste culturelle.

 

  • Gilles Montègre, historien des sciences.

 

  • Emmanuel Grimaud, anthropologue.

Intervention 1 :

Intervention 2 :

 

  • Jean-Gabriel Ganascia, chercheur en intelligence artificielle et sciences cognitives.

 

  • Roland Auzet, metteur en scène, directeur de théâtre.

 

  • Lucile Haute, plasticienne, performeuse et chercheuse.

 

(Les interventions de Jean-François Ballay et celle d’Agnès Giard ne sont pas disponibles).

Une rencontre animée par Béatrice Korc, anciennement responsable du Service Science et Société de l’Université de Lyon ; organisée par Pauline Lachappelle, médiatrice à l’Université de Lyon, et Adeline Charvet, journaliste.

Métamorphoses : le film final !

 

D’octobre à novembre 2013, de nombreuses rencontres autour de la thématique « Métamorphoses : de l’Homme augmenté au robot humanoïde » ont eu lieu, au sein de différents lieux culturels.

Ces ultimes rencontres ont permis de questionner les enjeux profonds de l’arrivée des technologies de l’augmentation et de la robotique dans nos vies, et des choix de société à opérer ensemble.

Par le biais de jeux, projections de films, performance artistique, et d’échanges avec des chercheurs et autres experts, l’Université de Lyon a pu proposer d’expliciter ces questions pour toute personne curieuse, et de faire participer le plus grand nombre.

 

La vidéo ci-dessous retrace quelques-unes de ces rencontres et réflexions menées lors de  :

– l’atelier-jeu « Marionnettes, robots et hommes : qui manipule ? » le samedi 9 novembre aux Musées Gadagne, avec la participation de Grégoire Pointeau, doctorant en robotique à l’INSERM.

– le festival de science-fiction « Les Intergalactiques« , le dimanche 27 octobre à la MJC Montplaisir, à l’occasion duquel l’Université de Lyon a animé le débat « Bientôt les cyborgs ? » avec Florent Deligia, journaliste spécialiste des technologies, Sylvie Lainé, chercheure et auteure de science-fiction ; et Claude Ecken, auteur de SF.

– La journée festive « Imaginons l’Homme du futur ! » le samedi 16 novembre au sein de la bibliothèque municipale de la Part-Dieu, organisé par l’Université de Lyon à l’occasion de l’expo Fabrique de l’Innovation avec la participation de : Jean-Michel Besnier, philosophe à l’Université Paris IV Sorbonne ; Rémi Sussan, journaliste spécialiste des technologies ; et l’équipe du laboratoire NE3LS de l’Université de Sherbrooke au Québec, spécialistes de l’éthique des technologies : Johanne Patenaude, Jean-Pierre Béland, Georges-A. Legault, Danielle Tapin, Vanessa Chenel et Marie-Sol Poirier (doctorantes).

 

© Université de Lyon
Les images de ce film ne sont pas libre de droits.

Vous retrouverez l’ensemble du programme des actions Et si on en parlait autour du thème « Métamorphoses : de l’Homme augmenté au robot humanoïde » sur notre site web en cliquant ici.

 

La journée festive du 16 novembre 2013 s’est inscrite dans le cadre du programme européen PLACES.

logo_PLACES_4coul_Cityofscience

 

L’Homo numericus sera-t-il libre ?

Synthèse de la soirée-débat du 23 octobre 2013, organisée par l’Université de Lyon en partenariat avec le CNRS (débats Parlons-en !) et le magazine Lyon Capitale.

Dans le cadre du cycle « Métamorphoses : de l’Homme augmenté au robot humanoïde », les rencontres Et si on en parlait de l’Université de Lyon abordent notre rapport aux nouvelles technologies, dont l’hyper présence au quotidien tendrait à transformer l’Homme et son appréhension globale du savoir et de l’information. Quelles sont ces technologies numériques et comment nous parviennent-elles ? Devons-nous craindre la perte de nos libertés individuelles ? Quid de cet Homme « 2.0 » ?

Pour répondre à ces questions et débattre des enjeux, chercheurs et citoyens étaient réunis lors d’une soirée intitulée « L’Homo numericus sera-t-il libre ? ».

Les nouvelles technologies

Pour l’informaticien Gérard Berry, amorcer le débat en évoquant le terme de « nouvelles technologies » est une erreur. Les innovations que nous évoquons sont déjà présentes dans notre quotidien, et se projeter dans l’avenir afin de prévoir les technologies de demain peut s’avérer périlleux : « Dans 2001, l’odyssée de l’espace, on anticipait des ordinateurs gros et intelligents. C’est raté : ils sont petits et stupides ». De son avis, c’est aujourd’hui l’informatisation des objets et de leur usage qu’il faut considérer : il est clair que la science et la technologie informatique modifient notre perception du monde de manière profonde, notamment dans la notion d’espace et de temps. Mais plutôt que de juger, voire de craindre le changement, le véritable danger serait de n’en apprendre que les usages, au risque de nous rendre dépendants des pays asiatiques et des États-Unis, principaux producteurs de ces technologies.

Vers une informatisation du sujet ?

Les connexions entre ordinateur et système nerveux sont une réalité, mais l’informaticien exclut pourtant la possibilité d’une véritable connexion maîtrisée entre l’ordinateur et le cerveau humain. Pour le neurologue Bernard Croisile, il ne faut ainsi pas penser que l’on va rajouter des « barrettes de mémoire » à nos cerveaux : « Ce qui nous intéresse est d’avoir accès facilement et rapidement à ces grandes quantités incluses dans des mémoires externes. Il n’y a pas d’intérêt à les mettre dans notre cerveau ».

Pourtant, comme le fait remarquer un intervenant du public, il existe des interfaces externes, à l’instar des casques de réalité virtuelle, capables de « duper » notre cerveau. Il s’agit d’ailleurs d’une évolution vers laquelle tendent entre autres les constructeurs de jeux vidéo. Mais pour le neurologue, ces innovations restent dans la même lignée que le recours au trompe-l’œil ou l’invention de la perspective dans l’art pictural : il ne s’agit en réalité que de tromper les aspects sensoriels du cerveau. Gérard Berry nous renvoie ainsi aux travaux d’Anatole Lécuyer sur l’illusion « pseudo-haptique » : la mise en œuvre d’un stimulus exclusivement visuel pouvant induire chez un sujet l’impression d’une force exercée sur son corps.

« Peut-on craindre une perte de la mémoire, des neurones et de l’attention ? »

Répondant aux interrogations du public quant à l’impact des nouvelles technologies sur le cerveau et la mémoire, Bernard Croisile explique que le cerveau se transforme en permanence et dépend des informations qu’il reçoit tout comme des processus qu’il enclenche. Aujourd’hui, les comportements sont différents, mais la transformation réside surtout dans l’utilisation que nous allons faire de ces technologies : « L’information instantanée enrichit la mémoire car j’ai de suite la réponse à la question que je me pose. Il ne faut pas avoir d’inquiétude, notre mémoire va gagner grâce à ces technologies ».

Pour les quatre intervenants, la baisse du niveau en orthographe, souvent présentée comme un des dégâts collatéraux des nouvelles formes de communication, est un problème « franco-français » qu’il faut savoir relativiser. En effet, l’orthographe au 18e siècle n’était déjà plus la même au 19e, et on parlait au 16e siècle de graphie non stabilisée pour l’étude de la langue française, alors que la notion d’orthographe n’existait absolument pas. Il parait donc logique qu’avec des moyens différents, on adapte un système fluide à des technologies qui apportent de nouvelles possibilités.

Les nouvelles formes de transmission du savoir

Nous sommes peu à peu amenés à adopter des méthodes différentes de réflexion. Pour les quatre spécialistes, la différence aujourd’hui se trouve dans l’immédiateté d’accès au savoir qu’impliquent par exemple des outils comme Wikipédia, riche de son caractère hypertextuel. Cette acquisition passe par la maîtrise de l’intertextualité existante entre écritures numériques et imprimées. Pourtant, ces nouvelles méthodes d’accès à la connaissance impliquent une relation très forte entre la pensée et la technique, nous rendant dépendants de nos écrans et de notre matériel numérique. Il faut apprendre ce savoir technique, qui devient lui-même à son tour une forme de culture.

Rebondissant sur la critique de l’immédiateté, le sociologue Francis Jauréguiberry déplore cette opposition brutale entre immédiateté et temps de la réflexion : « Il faut réussir à concilier ces tensions de façon individuelle et collective. Le danger, c’est lorsque l’immédiateté est portée comme une règle de fonctionnement par des institutions et des références culturelles ambiantes ». L’immédiateté est donc un atout, duquel il ne faut pas se rendre entièrement dépendant : la mise en place de projets pédagogiques ainsi qu’une réforme sérieuse de l’enseignement, adaptée aux nouvelles méthodes de transmission du savoir, seraient souhaitables.

L’open-source : gage de liberté ?

Ce que l’on peut craindre en revanche est l’apparition lente mais sûre d’un Internet à deux vitesses. Si tout le monde ne bénéficie pas de la même qualité de connexion, il existe aussi des inégalités dans les usages et les accès aux services qui deviennent payants. Comme le fait remarquer un spectateur, la liberté de l’Homme numérique se situe peut-être dans le logiciel libre : gagnant en autonomie, nous ne serions pas forcés de nous adapter à l’usage incité par les grandes entreprises ayant investi l’industrie de l’écriture. Pour le philosophe Éric Guichard, savoir lire et écrire aujourd’hui, c’est être le plus autonome possible par rapport à ces dispositifs. Il est donc important d’éviter la sacralisation des objets et de chercher à comprendre ce qui se cache derrière les nouveaux processus de transmission du savoir.

Le citoyen de demain est-il libre de ne pas être numérique ?

Selon Hegel, la liberté est l’intellection de la nécessité. S’il parait désormais impossible de vivre totalement « déconnecté », il faut savoir prendre de la distance pour introduire du différé dans cette société de l’immédiat, et s’emparer de la capacité à redevenir anonyme dans l’espace public, lorsqu’on le souhaite. Éric Guichard se veut optimiste : « Je me dis que dans les civilisations qu’on a connues, une personne qui savait lire et écrire, elle était libre ».

Ainsi, dans un quotidien désormais hybride, l’individu s’adapterait aux changements d’un monde de plus en plus en plus informé, et il en irait de sa capacité individuelle à gérer et utiliser ces technologies à bon escient, s’il ne veut pas qu’elles lui dictent des modes de comportement.

Table-ronde disponible en podcast sur  la Wikiradio du CNRS (attention : début des échanges à 3 min 10).